Vous aimez faire de la randonnée mais vous avez du mal à trouver des parcours à la hauteur de vos attentes ? Vous cherchez des randonnées bien difficiles qui pourraient vous pousser dans vos derniers retranchements et vous contraindre à puiser dans vos réserves ? On a peut-être ce qu’il vous faut. Non pas que les randonnées de ce top soient impossibles, non. Mais elles sont difficiles, c’est certain. Qu’elles soient très longues ou plus courtes…

2. Le GR R2 (Réunion)

On prend le large pour traverser la Réunion. 135 km au programme avec là encore des passages très compliqués et éprouvants. Une variante de d’ultra trail de la Diagonale des fous qu’on peut parcourir à son rythme au risque d’y passer beaucoup plus longtemps que prévu. Par contre, les efforts sont largement récompensés par le panorama.

4. Le GR 54 (Alpes)

Une autre boucle qui part cette fois-ci de Bour-d’Oisans. Les plus expérimentés mettent 12 jours pour faire les 184 km, mais comptez plutôt 15 jours pour être large. Super difficile mais on s’en souvient. Et pas qu’au niveau des mollets.

5. Le GR 10 (Pyrénées)

On traverse les Pyrénées, de Hendaye à Banyuls et on récupère à l’arrivée avec un bon verre de vin. Bon, par contre, mieux avoir des congés de côté, car si on veut tout faire en une seule fois, soit 870 km, il faut bien compter 2 mois. À noter que l’intégralité du parcours n’est pas difficile mais quand même…

6. Le Sentiers des Roches (Vosges)

15 petits km à parcourir. No problemo ! Enfin en principe parce qu’ici, le terrain est plutôt accidenté. Un sentier parfois très éprouvant, à flanc de montagne, qui monte à pic, pour un parcours dangereux pour quiconque s’y pointe en touriste.

7. Les Bains de Panticosa (Pyrénées)

Une autre rando assez courte, de moins de 12 bornes que l’on peut diviser en deux, à partir du refuge de Respomuso : 7 heures de montée ardue et 8 heures de descente pour se flinguer les jambes. Un parcours qui transite par le col de Tebarray et le glacier de l’enfer. Hardcore !

8. La GTJ (Jura)

Parfait pour admirer le Jura sous toutes les coutures, ce parcours de 388 km présente un dénivelé positif de 13 400 mètres. On part de Montbéliard et on arrive à Culoz, au sud de Genève. C’est bien sûr superbe mais certains passages nécessitent de l’expérience. Et puis il faut être endurant.e.

10. Le Mont Buet (Alpes)

On termine par une autre montagne, de 3096 mètres, qui offre de belles perceptives de randonnées bien difficiles. C’est long et très technique. Surtout avec la neige au sommet qui est là presque toute l’année. Cela dit, une fois en haut, préparez-vous pour le spectacle ! Et faites gaffe pour la descente.

Il n’y a plus qu’à choisir !

Source : Mountain Spirit