Allons-y tous ensemble et répétons gaiement :

Le beurre salé, c’est laid.

Le beurre doux, c’est tout doux.

A vous ! A vous ! Je vous entends pas, au fond, là, Rennes. On refait : le beurre salé, c’est laid. Le beurre doux, c’est tout doux !

Voilà, on va y arriver à la fin. En y mettant chacun un peu du sien, je vous promets qu’on arrivera à obtenir un monde meilleur.

1. Le sel est mauvais pour la santé

Voilà déjà bim bam boum je viens de te donner l’argument majeur des défenseurs de tes cellules et de ton espérance de vie et t’es même pas sur Doctissimo mais clic clac dans ta face amateur de beurre salé, si tu veux on te chantera des psaumes à la gloire du beurre salé à ton enterrement et on te mettra dans un caveau avec des offrandes de beurre salé quand nous on sera encore vivants parce qu’on a mangé du beurre doux.

Source photo : Giphy

2. Si tu veux vraiment mettre du sel dans ton beurre, tu peux toujours

Et ouais tu peux alors qu’enlever un à un les cristaux de sel de Noirmoutier du beurre salé, c’est vachement galère parce qu’il faut avoir des doigts agiles, or les gens qui mangent du beurre salé ne peuvent pas être agiles puisque ce sont des moutons moches qui n’ont pas le goût de la vie.

3. Parce que le beurre salé est breton

Et donc en en mangeant on fait le jeu de la mafia bretonne qui essaie de foutre du sel dans tout, dans le caramel, dans le beurre, dans l’eau, dans les huîtres, partout, tout le temps, quand c’est pas de la bière et tout et tout et qu’en plus ils nous ont imposé Manau pour essayer d’obtenir l’indépendance de leur région avec une drôle de langue quand la France est une et indivisible OUI monsieur.

Source photo : Giphy

4. Parce que le beurre rouge rappelle les pires heures du stalinisme

Ah oui, hein, on va pas commencer à ergoter quand même, les types qui se dirigent automatiquement vers le beurre enveloppé dans un emballage rouge sont nécessairement des staliniens qui voudraient que le goulag soit réinventé ; et bah moi je vous le dis, si on réinvente le goulag, on attirera dedans tous les amateurs de beurre salé en semant des mottes rouges comme le petit poucet depuis la Bretagne jusqu’au goulag. Et ouais. Bien eus.

5. Parce que le beurre doux c'est tout doux

Hein Loulou que c’est doux tout doux le beurre doux, doux roudoudou beaucoup de goût on fait joujou chou hibou avec et c’est l’amour fou. J’ai envie de me rouler dedans, c’est dire.

Alors que le beurre salé, c’est laid.

6. Parce que pourquoi pas du beurre poivré tant qu'on y est ?

HEIN POURQUOI PAS ? ALLONS Y ! GÂCHONS NOS PRODUITS ARTISANAUX PRODUITS PAR DES AGRICULTEURS COURAGEUX EN Y FOUTANT DU PAPRIKA OU DU POIVRE OU DU POIVRE DE COMPOT OU DU PIMENT DE CAYENNE ALLONS-Y !

7. Parce que pourquoi pas du beurre sucré TANT QU'ON Y EST ?

Non mais vous avez pas honte ? Vous avez pas honte ? Du beurre sucré ? Allez vas-y, mets-y ton kilo de sucre dans le beurre que ça nous fera du caramel. Non mais les mecs vous avez fumé, c’est n’importe quoi cette histoire, le beurre c’est doux, c’est une baratte, c’est une motte, c’est tout ce que tu veux, mais c’est juste du lait qui a mal tourné, pas besoin d’additifs pourris. Une honte.

8. Parce que Hitler préférait le beurre salé

Preuve définitive que le beurre salé fait le jeu du front national et de Matteo Salvini en Italie et aussi des Hongrois et aussi bien sûr de l’inflation au Venezuela sans compter sur le moment où on a fait l’Inquisition en Espagne et que c’était pas joli joli, ni d’ailleurs le génocide rwandais pas très glop non plus.

9. Parce que les Normands sont les plus forts

Heu Guillaume de Normandie ça vous dit rien ? Parce qu’on l’appelait aussi GUILLAUME LE CONQUÉRANT, PREUVE QU’IL ÉTAIT FORT ET PUISSANT ! Alors que Patrick de Bretagne, c’est juste un concessionnaire auto dans la région de Fougères qu’on surnomme parfois Patoche mais uniquement quand on a bu.

Source photo : Giphy

10. Parce que

Avec votre manie permanente de vouloir discuter, d’attendre que l’on développe dans un mouvement logique arguments et contre-arguments, vous me dégoûtez. Vous me débectez, vraiment. Au bout d’un moment c’est pas bien compliqué, le jeu : j’édicte et vous adhérez, sinon tout part à vau-l’eau et c’est la porte ouverte à tous les courants d’air et la nuit on a froid.

Celui qui aime le beurre salé est fan de Manau.