referee
Crédits photo (creative commons) : Rafael Peñaloza

Et pourtant, vous n'avez pas le même maillot. Vous êtes celui qu'on ne voit que quand il se trompe, celui dont on ne note que les erreurs. Votre objectif : être la main invisible à qui l'on doit un bon match mais qu'on ne félicite (presque) jamais. Être arbitre, c'est un job ingrat, mais il y a des petites compensations qui justifient des vocations :

  1. Le fait que c'est payé
    Enfin... indemnisé. 40 à 50 euros par matchs en district, frais de déplacement inclus, c'est toujours ça de pris (mais attention, si c'est votre motivation première, tournez vous plutôt vers le trafic de drogue).
  2. Les répliques cultes, à raconter aux collègues
    "Monsieur l'arbitre, vous avez nettoyer vos lunettes avec une tranche de jambon ou quoi ?" "C'est son bide qui est hors jeu monsieur l'arbitre !"
  3. Le plaisir de courir non stop pendant 90 minutes
    Oui, l'arbitre galope aussi, parfois même plus que les joueurs. Comme on dit, "quand on n'a pas de vidéo, on a des jambes".
  4. Les joies de l'administratif
    Tu aimes la paperasse ? Ce boulot est fait pour toi !
  5. Le sentiment d'autorité
    Sans même avoir besoin de parler. On montre le sifflet, on ne fait rien avant mon signal.
  6. Le geste gracieux du carton rouge qui sort lentement de la poche arrière du short
    Avec un regard qui en dit long : "Je vous avais prévenu, Monsieur le Numéro 6... mais vous n'en avez fait qu'à votre tête..."
  7. Les questions improbables à l'examen
    " En seconde période, l’attaquant n°7 de l’équipe A tacle illégalement le n°8 adverse. Ce dernier se relève et donne un coup de pied à son agresseur. Au moment où l’arbitre montre le carton rouge aux deux joueurs l’arbitre est sollicité par l’entraîneur de l’équipe B pour un remplacement. Pendant que l’arbitre note sur sa carte d’arbitrage les deux exclusions, l’assistant procède au changement demandé par l’entraîneur de l’équipe B et procède au remplacement du n°8 par le n°13. L’arbitre fait reprendre le jeu par un coup franc direct consécutif au tacle.
    Quelques instants plus tard, lors d’un nouvel arrêt de jeu, le capitaine de l’équipe A fait remarquer à l’arbitre que l’équipe adverse joue à 11. L’arbitre se rend compte de la situation. Décisions ? "
  8. Les 300 pages du bouquin des lois du jeu
    La réponse à la question précédente s'y trouve peut-être.
  9. Les cris des parents au bord du terrain pour une simple touche
    "OOOOOH Monsieur l'arbitre !!!! La touche!!!! OOOOOOOOOH "
  10. Les belles valeurs inculquées à travers cette fonction
    L'arbitre a toujours raison. Même quand il se trompe. Le principal, c'est de croire que l'arbitre fait de son mieux, et c'est souvent le cas.

Top écrit par Pierre-A

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :