geek
Crédits photo (creative commons) : Dave O

Attention, top méchant. Oui, les geeks d'aujourd'hui sont des cons. Parce que les anciens geeks, ceux qu'on appellerait aujourd'hui des "nerds", n'étaient pas plus malins mais inspiraient davantage de compassion que de haine. Mais le terme, aujourd'hui galvaudé, donne lieu à des débats sans fin sur ce qui est "geek" et ne l'est pas et inspire les têtes pensantes du marketing pour qui chacun est un peu geek si on peut lui vendre un truc nouveau dont il n'a pas besoin. Le geek d'aujourd'hui est détestable parce qu'en plus, il est fier de lui. Et il n'y a pas de quoi :

  1. Le geek est auto-proclamé
    Le geek se définit comme tel, en tirant une sorte de satisfaction. Il a un avis sur tout ce qui concerne vos perspectives d'achats de produits high-tech et n'a rien à apprendre de nouveau concernant le fantastique ou la SF. Normal, c'est un geek.
  2. Le geek est un gros pigeon
    Quand le geek a découvert qu'il fallait avoir lu Tolkien, Pratchett et Douglas Adams, il s'est empressé de les dévorer et d'affirmer que c'était génial. Il se sent également obligé d'aller voir toutes les merdes labellisées Marvel ou DC pour pouvoir dire que l'esprit original des BD (il dit "comics") a été perdu. Ah, le geek vient d'apprendre que le groupe préféré des mecs de The IT Crowd, c'était Guided by Voices. Il n'a pas encore écouté, mais il trouve déjà ça super.
  3. Le geek est fier d'être geek
    Il y a encore 15 ou 20 ans, un geek, c'était un type douteux en IUT Informatique à la vie sexuelle inexistante et hyper fort à Doom. Et ce n'était pas glorieux. Aujourd'hui, être geek, c'est classe, tant qu'on n'est pas un nerd.
  4. Oui, parce que le geek se moque des nerds, ces geeks d'autrefois
    Regarde moi ces losers, avec leurs jeux vidéo et leurs panoplie de Star Trek... Le geek, si on l'écoute, il a tout lu, il a tout regardé, comme s'il disposait de 40h de temps libre dans sa journée, mais ce n'est pas un "nolife", t'as qu'à voir le nombre de ses amis Facebook (même s'il trouve que Facebook, c'est vraiment naze).
    simpsons-nerd
  5. Le geek méprise les non-geek
    Parce que le geek se sait cultivé. Et si tu ne comprends pas que dans sa culture à lui, on met l'univers élargi de Star Wars au même niveau que l’œuvre de Cervantès, c'est que tu es un con.
  6. Le geek méprise ceux qui se disent "geek"
    Et qui ne le sont pas à ses yeux. C'est à dire à peu près tout le monde. Car seul le geek peut définir qui est geek et qui ne l'est pas. Lui, par exemple, c'est un vrai geek. Mais tous les autres sont loin de son niveau de geekitude. "T'as lu ça ? Ok... et ça ? Ok... t'as vu ce film ? Combien de fois ?... Hahaha, t'es pas un geek alors !"
  7. Le geek tient à inclure tout ce qui l'arrange dans la culture "geek"
    Parce que le geek n'est plus vraiment une brute en informatique : il a inventé le terme "nerd" pour cela. En revanche, il va bien volontiers y inclure ses jeux Nintendo et les séries télé qu'il regardait enfant. Allez hop, un DVD des Cités d'or et une vieille cartouche de Megaman, c'est geek.
  8. Le geek pense faire partie d'une communauté de gens bardés de diplômes
    Et il est très content que les caricatures de geek dans "The Big Bang Theory" soient docteurs dans leurs disciplines (même si cette série, selon lui, a été écrite par des gens loin d'être de vrais geek...)
  9. Le geek a une aversion malsaine pour le sport
    Et pour les sportifs dans leur ensemble. C'est un cérébral. Mais par contre, il ira voir le nouveau Superman (et dira que c'est de la merde).
  10. Le geek a des avis très tranchés sur des sujets complètement débiles
    "Est-ce qu'on peut être geek avec des produits Apple ?", c'est aussi con que "Est-ce que Mötley Crüe est un groupe de métal ?" Mais apparemment, c'est important.

Et vous, vous trouvez qu'on peut être geek et Apple en même temps?

Source : les commentaires les moins brillants du Top 42 des signes que tu es un geek