Crédits photo (creative commons) : ToNy

C'est lundi, c'est un top méchant. Quoi? Encore une semaine? Ça va pas être possible, vous n'en pouvez plus de ces JO londoniens, ces pluies de médailles, ces cérémonies protocolaires et ces tenues en lycra. Vous n'avez pas été gagné par "l'esprit olympique" et Nelson Monfort. Topito vous soutient et comprend votre choix de vous tourner vers la résistance anti-olympienne.

  1. Parce que ces Jeux étaient promis à Paris (fourbes d'anglais)
    On n'avait trop rien dit en 2007, mais même quand on est fair-play comme un Français, élégant dans la défaite, il faut convenir que se faire battre par ces fourbes Rosbifs, ça fait mal. Du coup, si vous les regardiez, vous pourriez finir par vous dire que c'est vachement bien les Jeux à Londres. Et ça, faire plaisir à la perfide Albion, jamais !
  2. Parce que le chauvinisme franchouillard, c’est pas votre truc
    Pas plus que l’entonnement haut et fort de la Marseillaise, la main sur le cœur, le regard dans le ciel, au moment où une demi-douzaine de types font un aller-retour express dans le grand bain ou que deux types de 100 kilos se tirent la manche du pyjama en quête d'un "ippon".
  3. Parce que l’ensemble de vos amis les regarde, ces JO
    Et le conformisme aseptisé qui consiste à s’intéresser à ce à quoi tout le monde s’intéresse, précisément au moment où tout le monde s’y intéresse, vous débecte plus que tout. Vous êtes un rebelle, un vrai. En tout cas en ce qui concerne les programmes télé, c'est un début.
  4. Parce que vos grands-parents regardaient les JO avant vous, et ça, ça craint
    Tout comme vos arrière-grands-parents, vos arrière-arrière-grands-parents, et tous vos ancêtres depuis la fin du XIXe. Et même depuis plus longtemps, si vous êtes d’origine grecque, que vos ancêtres n’étaient ni trop femme, ni trop esclave, ni trop métèque (il convient de respecter certaines limites de décence, tout de même).
  5. Parce que les Français sont globalement nuls dans un max de disciplines
    La défaite n'est pas assez douloureuse, il faut en plus se cogner les commentaires d'une mauvaise foi confondante des journalistes et des consultants recrutés par France 2. "La française finit au pied du podium, à la 29ème place, mais c'est déjà très courageux ce qu'elle a fait, compte tenu de sa blessure en 1997...".
  6. Parce que le drapeau breton n'y est pas le bienvenu
    Pour faire défiler des "Nations" du Pacifique administrativement rattachées aux Etats-Unis, le CIO est ok. Mais par contre, un drapeau breton qui flotte dans la tribune d'un stade des Jeux, hors de question, l'Olympisme ne laisse pas la place aux revendications régionalistes. Et n'imaginez même pas boire un Breizh Cola non plus.
  7. Vous trouvez que l'Olympisme d'autrefois est mort et enterré
    Depuis la disparition de Pierre de Coubertin, tout fout le camp : les pigeons du tir sont désormais en argile, il y a des épreuves féminines par dizaines (oui, oui) et apparemment le tir à la corde est tombé en désuétude. D'abord le service militaire obligatoire, ensuite le tir à la corde ? Nos civilisations tombent en quenouilles mes amis.
  8. Parce que vous êtes marxiste, et pas qu’un peu
    C’est-à-dire que vous êtes contre toute idée de mise en concurrence des biens, et surtout des personnes. Alors valoriser un individu aux dépens d’un autre et lui attribuer un statut social le rendant supérieur à son prochain, en lui remettant une jolie médaille et un tas de poignées de mains officielles, vous trouvez ça gerbant. L’agressivité et l’injustice du capitalisme occidental, dans toute sa splendeur. Anti-JO de tous les pays, unissez-vous.
  9. Parce que ça reste quand même une belle collection de sport à la con
    Du ping pong, du tir à l'arc, de la nage sur le dos... n'importe quoi. Vous allez plutôt attendre les Jeux d'hiver pour vibrer sur le curling et le skeleton, des disciplines un tout petit plus subtiles que ces sports de camping. Et en plus, leur "hockey" n'autorise aucune mise en échec brutale? Soyons sérieux...
  10. Parce que le sport vous fatigue, même le cul posé devant votre télé
    Et ce rien qu’en tombant tout à fait par hasard devant une épreuve de dressage (le truc avec les chevaux là). Le simple fait de vous figurer cet étalon alezan en train de lever la papatte en échange d’un morceau d’avoine ou d’un grand coup de bâton dans les cotes vous dessine des auréoles sous les aisselles comme si c’était votre personne que l’on maltraitait de la sorte. Éteignez vite la télé, y’a le hand qui arrive juste après.

Et vous, quelle excuse vous avez trouvée pour sécher les Jeux?