bigbro
Crédits photo (creative commons) : nickhall

Maintenant que les candidats de téléréalité demandent des contrats de travail, les casteurs sont aussi dans le droit de demander des CVs. Mais au fond, c'est ce qu'ils font depuis le début. Il y a en effet des profils grandement recherchés que l'on retrouve toujours, qu'ils se trouvent dans une île ou dans une maison design, qu'ils chantent ou qu'ils se disputent. Petit tour d'horizon des profils indispensables :

  1. Le candidat qui n'a rien à faire ici
    Sensible, discret, à priori honnête, ce candidat n'a pas les épaules pour être isolé du monde avec des inconnus. A se demander comment il ou elle a atterri ici. Il abandonne souvent au bout de trois jours, et restera au fond la seule personne qui échappera à ce passé encombrant de "candidat" de télé-réalité. C'était quoi son prénom déjà ?
  2. Un candidat avec un prénom bizarre
    Cette mode systématique dans les téléréalités a de quoi étonner quand on cherche à ce que le téléspectateur s'identifie aux candidats. Autrefois, on misait sur les prénoms composés, Claude-Baltazhar ou Corinne-Jane, on parie aujourd'hui sur des noms plus simples, mais qu'on ne donnerait pas à nos gamins.
  3. Un candidat étranger
    Mais suffisamment francophone. Un québécois, c'est très bien. Une touche exotique, c'est indispensable. Une téléréalité, c'est la confrontation entre les cultures. Mais qu'est-ce qui peut bien pousser un Canadien, de passage à Paris, à accepter de participer pendant des mois à une émission qu'il n'a jamais vu ? L'argent peut-être. Ah oui, pas con.
  4. Le candidat à fleur de peau
    Comme une ampoule s'éteint et s'allume, le candidat sentimental pleure et gueule, a tel point qu'il a installé un petit pied à terre au confessionnal. Il est "cash" et déteste l'hypocrisie plus que tout (et aussi la guerre, un peu). Généralement, c'est le finaliste malheureux. Et généralement, il est méga-pénible.
  5. Le candidat qui veut réussir, dans n'importe quoi
    Il veut être célèbre et exprimer sa créativité. Il a "un univers" bien à lui (son cul par exemple) et une sensibilité artistique très vive. Tout ce qu'il lui manque, finalement, c'est un talent. Heureusement, il parviendra à fédérer "son public" juste en mangeant des tartines et en s'engueulant de temps à autres avec ses colocataires comme dans un théâtre de boulevard surjoué. Après cette expérience, c'est l'autoroute vers la gloire, il en est persuadé. Donc NRJ 12 pour 3 mois.
  6. Le candidat qui a une stratégie
    Chaque téléréalité a son "cerveau" (on n'a pas trouvé d'autres mot, mais ça fait beaucoup). Et même si tu es tributaire des votes du public ou de la désignation de tes pairs, certains pensent qu'il est judicieux de s'allier avec des gens détestables. On ne fait pas un bon programme sans un bon méchant. Si il peut être un peu agressif et brutal, c'est un plus.
  7. Le candidat qu'on peut qualifier de "complètement abruti"
    Il est en général passionné de sport, et, par un racisme assez inexplicable, nous vient soit du Nord-Pas de Calais, soit travaille à Nice dans "le monde de la nuit". Ce candidat ne comprend rien à rien, ni aux règles du jeu ni aux alliances qui se forment, il est en général pote avec le "stratège" à qui il voue une loyauté aveugle.
  8. Le candidat qui ne fout rien
    Même dans les téléréalités les plus sportives, il y a un candidat qui glande à longueur de journée. Au bout de quelques semaines, on lui reprochera son manque d'implication, mais rien n'y fera, ce candidat oscille entre la dépression et le constat qu'il est cerné par des cons. Comme si tu ne le savais pas avant...
  9. Le candidat qu'on a déjà vu ailleurs
    A croire que dans un CV de candidats de téléréalité, un peu d'expérience ne fait pas de mal. Du coup, on n'est pas surpris d'apprendre que tel candidat avait déjà participé il y a deux ans à une émission de le TNT ou ce type qui nous est présenté comme un acteur-mannequin travaillant à LA s'était fait bouler aux qualifications d'un télé-crochet avec une reprise de Whitney Houston. Tout se recycle, rien ne se perd.
  10. Le candidat qui va mal tourner
    Prenons un groupe de 10 candidats de téléréalité : 2 vont se retrouver chroniqueur dans une éphémère émission de la TNT, 2 vont revenir en plateau la saison suivante pour dire que c'était "une expérience forte", 3 vont faire une autre télé-réalité, celles qui se concentrent sur "les célébrités", 2 vont retomber dans un anonymat total et 1 va devenir obèse ou tenter de se suicider. Le jeu, c'est de deviner lequel dès la première émission.

Et même avec ça, vous avez encore envie de regarder ?