L’animateur David Pakman a récemment publié une vidéo mettant en évidence les signes de démence précoce chez Donald Trump. C’est évidemment une vidéo à charge, mais l’animateur est désormais rejoint par de nombreux psychiatres qui estiment que le Président américain devrait se soumettre à un examen médical approfondi tant son comportement laisse entendre qu’il pourrait peu à peu sombrer dans la folie, façon Alzheimer ou pire encore.

1. La pauvreté de son vocabulaire

Donald Trump utilise un vocabulaire extrêmement limité. La plupart des mots que l’on retrouve dans ses discours sont les mêmes que ceux d’un enfant de 6 ou 7 ans : bien, mal, bon, mauvais… En comparant ce discours avec celui de Reagan aux premières heures de sa maladie, on constate un vrai parallèle. Exemple : « tout le monde ne le sait peut être pas, mais que l’arme nucléaire peut conduire à de mauvaises choses, de très mauvaises choses ».

Pas très évolué, quoi.

2. Son absence de surmoi

Trump est impulsif et semble totalement dépourvu de surmoi. Il n’a pas hésité ainsi à imiter un journaliste handicapé lors d’une conférence de presse pour se foutre de sa gueule. Un comportement digne d’un enfant inconscient de son environnement social.

3. Sa propension à répondre à côté des questions

Trump formule souvent des réponses aux questions des journalistes qui donnent à penser qu’il n’a pas compris ce qui lui était demandé. Quand Marchais faisait ça, on savait qu’il s’agissait d’un exercice incroyable de langue de bois, mais venant de Trump, cette tendance ressemble davantage à un signe avant-coureur de dinguerie.

4. Ses oublis et confusions récurrents

Dans la vidéo où il raconte les coulisses de décision américaine de frapper la base syrienne à partir de laquelle étaient parties les attaques chimiques qui ont choqué le monde entier, Trump confond la Syrie et l’Irak. Soit c’est un signe d’incompétence, soit c’est un signe de démence précoce. Dans les deux cas, c’est terrifiant.

5. Ses problèmes de motricité

On sait que Trump a peur des escaliers et la vidéo dans laquelle il s’accorche à Theresa May pour descendre deux marches a fait le tour du monde. Mais Trump est très souvent sujet à des pertes d’équilibre qui laissent entendre que son oreille interne débloque. Encore un symptôme.

6. Son impulsivité

L’exemple de l’attaque de la base syrienne s’ajoute à la longue liste de décisions prises d’un coup d’un seul en toute impulsivité par Donald Trump depuis sa prise de fonction. Or, cette impulsivité est aussi un symptôme médical classique de démence précoce.

7. Ses difficultés à lire

Dès qu’il est confronté à un texte un peu dense, Trump a le plus grand mal à le lire de manière fluide. Comme ton grand-père qui a Alzheimer.

8. Ses difficultés syntaxiques

Trump n’arrive pas à formuler des phrases à la syntaxe claire. Les confusions syntaxiques et grammaticales sont aussi des signes de débloquage interne profond. Surtout que, lorsque l’on regarde les discours de Trump il y a quelques années, on se rend compte qu’il n’éprouvait pas le même type de difficultés.

C’est réjouissant, hein ?

Sources : Le Nouvel Obs, Europe 1