Ils nous prennent en étau. Les vieux ont gagné la guerre. Non contents de disposer des pouvoirs économique et politique, ils ont réussi à se cloner pour fermer la quadrature du cercle sociétal. Vieux devant, vieux derrière : les millenials ne sont rien d’autre que des retraités déguisés qui, parfois, portent une casquette en guise de béret. On est foutus, les mecs.

1. Ils matent la télé h24

Alors on appelle peut-être plus ça la télé mais Netflix, enfin jusqu’à nouvel ordre ça reste un écran diffusant des images auquel on se connecte via inscription et paiement et permettant de se divertir. Wahou la révolution ; le binge watching de séries, c’est exactement comme se faire la maxi compil d’Arabesque le jeudi aprem sur TV Breizh.

2. Ils se déplacent en trottinette électrique

La trottinette électrique, c’est le monte-escalier Stana du jeune. Plus aucun effort, rien. A part les vieux, qui fait de la trottinette ? Et puis vous pouvez pas prendre un vélo comme les gens normaux ? Ou au moins une trottinette pas électrique ? C’est quoi cette histoire.

Source photo : Giphy

3. Ils baisent pas

La sexualité des jeunes n’a jamais été aussi faible. Ça, pour faire de la trottinette et mater des séries y’a du monde, mais pour mélanger ses miasmes plus personne. Ah oui, c’est fatigant de baiser, mais faut pas exagérer quand même. Et arrêtez avec l’excuse des rhumatismes qui font mal quand il fait humide, c’est juste triste.

4. Ils n'ont plus envie de bosser

Ça les fait chier d’aller pointer dans une boîte toute leur vie et on les comprend. De même d’ailleurs que les vieux ont suffisamment donné et veulent profiter de leur retraite peinards. Mais la comparaison ne s’arrête pas là ; millenials comme vieux croûtons n’ont aucune envie de bosser, mais ils ne cessent de se plaindre qu’ils n’ont pas de boulot et qu’on ne les respecte pas. C’est de la schizophrénie générationnelle.

5. Ils sont persuadés qu'ils savent tout mieux que tout le monde

« Gnagnagnagnagnagna c’est pas comme ça qu’on fait, gnagnagnagnagnagna son projet est pas réaliste, gnagnagnagnagnagna tu comprends rien, c’est du génie cette musique, gnagnagnagnagnagna mais putain tous les autres sont des cons à part moi. » On dirait mon père.

Source photo : Giphy

6. Ils s'habillent dans de grands vêtements informes

Parce qu’ils n’en ont plus rien à foutre du regard des autres. Dans le cas des vieux, ça se comprend : tous leurs amis sont morts et le temps de leur splendeur est très lointain ; dans le cas des millenials, c’est encore plus retors : ils sont tellement avides d’être bien perçus par les autres qu’ils font semblant de s’en foutre pour avoir l’air cool. Mais de là à s’habiller en peignoir…

7. Ils n'arrêtent pas de dire que c'était mieux avant

La musique ? C’était mieux avant. Le cinéma ? C’était mieux avant. La télé ? C’était mieux avant. Le travail ? C’était mieux avant. Le pouvoir d’achat ? C’était mieux avant. La politique ? C’était mieux avant. La technologie ? C’était mieux avant. Les vieux ? C’était mieux avant. Les jeunes ? C’était mieux avant. La guerre ? C’était mieux avant. Même l’avant était mieux avant.

8. Ils picolent et ils fument

Faisant fi toutes les études qui montrent que l’alcoolotabagisme est l’une des premières causes de mortalité en France, les millenials, comme les petits vieux, se murgent h24 à la vieille prune en dépensant la thune qu’ils n’ont pas en cigarettes. Une certaine idée du balec’ à la fois splendide et pathétique. A 70 ans, ça se comprend , à 20, c’est plus étonnant.

9. Ils adorent les vieilles technologies

Les mecs collectionnent les Laser disc, les vinyles, les Betamax, les walkman et les VHS parce que c’est trop vintage trop cool. Comme les vieux, qui les collectionnent parce qu’ils sont absolument incapables de se servir d’un ordinateur sans demander à leurs enfants des conseils. Absurde.

Source photo : Giphy

10. Ils ne rêvent que d'aller vivre à la campagne

« La vie idéale ? Ne rien foutre de la journée devant Netflix à la campagne. »

A votre avis, cette phrase est-elle signée Jean-René, 75 ans, ancien du service RH de France Cravate, ou Thomas, 25 ans, ancien habitué du service recouvrement de Pôle Emploi ?

Les deux mon capitaine.

Vieillissement prématuré.