« Il n’a jamais été élu ! » crient ses détracteurs. « Je n’ai jamais été élu, et ça fait de moi un électron libre, un antisystème ! » répond Macron. Il a raison, les preuves de sa non-appartenance au système, ce mot fourre-tout qui ne veut rien dire mais sert à désigner globalement tout ce qu’on critique sans comprendre, sont légion. On peut en faire un tour d’horizon. Remarquez que Belzebuth était un ange, au départ, alors rien n’empêche de se rebeller contre ses racines. Pas sûr qu’il y ait d’autres exemples.

1. Il a fait Sciences Po et l'ENA

C’est vrai que, pour avoir moi-même fait Sciences Po, je peux vous dire que c’est un vrai repaire antisystème. C’est vrai que moi, par exemple, qui ai fait mon lycée à Louis-le-Grand et qui bosse désormais pour un média de vaste diffusion, je me sens maxi antisystème. Et mes potes francs-maçons qui ont fait Sciences Po avec moi combattent en fait le système de l’intérieur. Et alors ceux qui ont fait l’ENA, alors là, on a affaire à de vrais chantres de l’antisystème qui d’ailleurs rêvent de travailler au Conseil d’Etat, une vraie institution antisystème s’il en est. Après, on peut changer, vous me direz. D’ailleurs, Manolo a changé.

2. Il a été associé d'une banque d'affaires

Il a changé, oui. Recommandé par Jacques Attali, antisystème à la télévision depuis 50 ans, il a quitté l’Inspection des finances pour entrer chez Rothschild & Cie, une banque d’affaires antisystème s’il en est, avant d’en devenir associé, puis gérant. Il voulait sans doute agir de l’intérieur contre le système, et il est parvenu à accumuler 2 millions d’euros en 2 ans, comme ça, qu’il a évité de remettre dans le système en les laissant sur un compte.


Crédits photo (creative commons) : Gouvernement français

3. Il a été présenté à Hollande par Jouyet et Attali

Jouyet : un vrai antisystème, Sciences Po, l’ENA, secrétaire d’Etat de Sarkozy, pote d’Hollande, membre du Conseil d’administration de la Fondation nationale des Sciences Politiques qui finance Sciences Po.

Attali : On vient d’en parler.

Hollande : Vous rigolez, j’espère ? Le premier Président de la République total antisystème.

Macron : L’équation est claire. Manolo est antisystème.

4. Il est riche

Le mec a déclaré 3,6 millions d’euros de revenus en 2014 pour les 13 dernières années, et encore, sa fortune a été réévaluée depuis. Ca fait quand même 23.000 par mois cette histoire. Il peut se permettre de sortir 50.000 balles comme ça, juste pour rembourser l’Etat puisqu’il n’a pas honoré les 10 ans qu’il devait au service public après son passage à l’ENA. La richesse, cela dit, c’est un truc assez antisystème, si on y réfléchit, puisque le système, c’est aussi Pôle Emploi, les emmerdes avec la banque, tout ça, tout ça. Antisystème, qu’on vous dit.


Crédits photo (creative commons) : Gouvernement français

5. Il est soutenu par des personnes complètement antisystème

Selon une étude du Cevipof publiée en avril 2016, les soutiens de Macron sont : les personnes âgées (c’est-à-dire prêtes à sortir du système de la vie), les retraités (sortis du système du travail-ennui), les professions indépendantes (sorties du système du salariat), les ménages aux revenus élevés (sortis de chez eux mais il y a une bonne philippine pour s’occuper des enfants). Le candidat antisystème par excellence, quoi.

6. Il a été ministre d'un gouvernement PS

Et c’est vrai que le PS, c’est quand même un parti antisystème, qui a été 14 ans au pouvoir dans les années 80 et 90, puis 5 ans majoritaire au tournant des années 2000, puis à nouveau au pouvoir depuis 2012, et puis aussi qui est systématiquement au deuxième tour des présidentielles sauf en 2002, mais c’était spécial, il y avait un autre candidat super antisystème qui se présentait, vous savez, un type breton qui a un château à Montretout et qui fait de la politique depuis les années 50. Et ministre de l’Economie et des finances, c’est une fonction assez antisystème, puisqu’on dirige le plus gros ministère non-régalien. Le type n’est pas du sérail.


Crédits photo (creative commons) : Photo Claude TRUONG-NGOC

7. Il a fait ses classes dans un lycée privé catho

A Amiens, d’accord. Mais rassurez-vous, il a rejoint ensuite Henri IV, un lycée assez antisystème d’où AUCUN élu de la République ne sort. Et c’est vrai que le privé catho, c’est antisystème. Il faut connaître l’ennemi de l’intérieur, me direz-vous, et vous aurez raison de le dire, pour mieux le combattre et, pour le coup, Macron est un tel transfuge que ça ferait pâlir d’envie les Cinq de Cambridge à la solde de l’URSS pendant le Guerre froide.

8. Son témoin de mariage était un homme d'affaires versant dans les médias

Son témoin de mariage était Henry Hermand, un ancien journaliste, devenu acteur majeur du développement de la grande distribution en France dans les années 1960, à la tête d’un des premiers groupes français d’immobilier commercial, gérant de la revue Faire, puis vice-président des Matins de Paris. Un type totalement antisystème qui l’a parfaitement combattu en généralisant les supermarchés sur tout le territoire et à l’international.

9. Il a conseillé des journalistes membres de la Société des Rédacteurs du Monde

Il a fait ça en 2010, au moment de la revente du journal. Ou devrais-je dire du journal antisystème. Certaines mauvaises langues ont affirmé que Macron agissait pour le compte d’Alain Minc, un type antisystème depuis les années 1970 avec qui il a pactisé lors des rencontres antisystémiques de Beauvais, sans doute.


Crédits photo (creative commons) : Copyleft

10. Lors du lancement d'En marche, le Siège du mouvement était domicilié à l'adresse personnelle du directeur de l'Institut Montaigne

Ca, c’est antisystème, ça brouille les cartes. L’Institut Montaigne, pour information, est un think tank fondé par des personnalités du MEDEF, ce syndicat patronal antisystème associé aux négociations de branche depuis toujours.

11. Il est candidat à la présidentielle

Ce qui est typiquement un truc d’antisystème, puisqu’il faut 500 signatures d’élus locaux pour y arriver. Genre prenons la liste des autres candidats connus : le mec du RPR, que ce soit Juppé ou Sarkozy (deux anti-systèmes de première), le mec du PS, que ce soit Hollande, Valls ou Montebourg (trois anti-systèmes forcenés), Marine le Pen (quelle anti-système, celle-là !), Mélenchon (un autre sacré anti-système), bref, anti-système, Manolo.

En vrai, il a le droit de faire ce qu’il veut Macron. Rien de tout ça n’est une critique sur son parcours, ses idées, et la confiance qu’on peut lui porter. Mais il faut arrêter un peu les conneries avec les candidats faussement antisystème, on ne va pas continuer à être indéfiniment pris pour des imbéciles par la communication politique.