Si le père Noël est un père vraisemblablement très chelou puisqu’il se fait appeler comme tel alors qu’il n’a pas d’enfants mais des lutins qui bossent à l’œil pour lui, il reste plutôt cool par rapport aux pires pères de l’Histoire. Ceux-là devraient te donner des envies de déclarations d’amour à ton papounet.

1. Hérode Ier le Grand

Roi de Judée de 37 avant J.-C. jusqu’à sa mort, Hérode n’était pas le plus fun des padres du game. Alors que les Romains l’ont placé sur le trône de Jérusalem, il devient légèrement pété du casque. D’abord il retire le pouvoir aux prêtres histoire d’être le seul à gouverner, puis un peu en stress sur la moindre rivalité politique, il bute sa femme Mariamne et ses enfants qu’il soupçonne de convoiter son trône. Dans un passage de l’Évangile selon Matthieu on raconte même que les grands prêtres avaient annoncé la naissance du roi des Juifs à Bethléem ce qui incita Hérode à buter tous les enfants de moins de deux ans dans la ville. Un peu à cran le gars.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Pierre Ier le Grand

Celui qu’on nomme modestement l’empereur de toutes les Russies, Piotr Alekseïevitch Romanov, a eu 14 enfants avec deux femmes différentes (les p’tites veinardes). Outre le fait que pas mal d’entre eux ont clamsé à un jeune âge, le bon Pierre a carrément buté un de ses fils Alexei alors qu’il était accusé de conspiration contre son fils (sans aucune preuve concrète). Heureusement, Alexei mourut dans sa cellule de prison avant son exécution (à cause de la séance de torture qu’on lui a fait subir).

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Constantin Ier

Flavius Valerius Aurelius Constantinus de son petit nom, est proclamé empereur romain en 306. Et comme beaucoup d’empereurs, il avait une fâcheuse tendance à flipper qu’on lui pique son pouvoir. Du coup, légèrement rongé par la suspicion, il fait exécuter ses enfants Crispus (avec qui il était pourtant très proche, ce dernier l’accompagnait dans ses manœuvres militaires, les raisons de son exécution sont encore obscures) et Constantin II. Bad dad.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Thomas Boleyn

Ce petit Thomas ne vous dit certainement pas grand chose et pourtant, on peut dire qu’il avait les dents longues. Non pas parce qu’il était britannique, mais bien parce qu’en tant que diplomate anglais au XVIème siècle, il avait une certaine soif du pouvoir. Pour se mettre bien avec le roi Henri VIII, il n’a pas hésité à sacrifier plusieurs membres de sa famille. D’abord sa première fille Mary que le roi avait le droit de tripoter à sa guise puis sa deuxième fille qui est même devenue l’épouse de Henri VIII. On dit même que Thomas aurait laissé sa propre femme coucher avec le roi (mais rien ne permet de prouver ce fait).

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Ivan le terrible

Le truc cool avec Ivan le Terrible c’est que son nom annonce la couleur (super street cred’ de porter ce blase). Tsar de Russie de 1533 à 1584 (nique sa mère le quinquennat), il enfante 9 enfants. 9 malheureuses âmes. 9 innocents qui en ont chié des ronds de chapeau. En 1581, il tabasse sa bru enceinte (qui fait une fausse couche) parce qu’il aime pas comment elle est attifée. Le mari de la bru (donc son fils) s’est un peu vener parce son papounet avait déjà envoyé les deux premières épouses du gosse au couvent après avoir décrété qu’elles étaient stériles. Une chose en entraîne une autre et Ivan le terrible s’emballe… Bref il plante un sceptre dans la tête de son mioche (qui met quelques jours avant de mourir de ce coup fatal). Apparemment les paparazzis de l’époque ont même réussi à capturer le moment en peinture.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

6. Woody Allen

Bon, perso, moi j’adore ses films hein. Manhattan c’est un chef d’oeuvre, et puis Bananas c’est sûrement mon film préféré. Mais c’est vrai qu’épouser sa fille adoptive, ça ne renvoie pas forcément une super image de la paternité. Alors c’est vrai elle était majeure hein, elle avait le choix, et puis c’est une fille adoptive, ouf… mais bon voilà. Si je pouvais voyager dans le temps, pas sûr que je serai revenue dans le passé pour le désigner comme père de mon enfant.

Crédits photo (creative commons) : David Shankbone (1974–) Alternative namesDavid MillerDescriptionAmerican photographerDate of birth1974Authority control: Q12899557creator QS:P170,Q12899557

7. Le père Pire

Bon en fait il s’appelle Dominique Pire. Et c’est un curé. Donc on l’appelle le père Pire. Et forcément je ne pouvais pas passer à côté dans un top sur les pires pères. Parce que c’est bien de rire aussi dans la vie par ces temps moroses. Après en fait il faut savoir que ce type en dehors du nom qu’il porte est plutôt cool dans la mesure où il a reçu un prix Nobel de la paix en 1958 pour l’aide qu’il a pourvu aux réfugiés post-seconde Guerre mondiale.

Spéciale dédicace aux papounets de la Bible

8. David

Ce grand favori de la Bible (tout ça parce qu’il a botté le cul de Goliath pfiou) a l’air plutôt chouette en apparence. Mais si on y regarde bien, question paternité c’est pas ouf ouf. Notamment quand son fils Amnon viole sa fille Tamar et qu’il s’en bat relativement les steaks. Heureusement l’autre frangin Absalom venge sa sœur et bute le violeur avant de se révolter contre David son papounet qui n’aura de ce fait pas de cadeau pour la fête des pères.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

9. Abraham

Un des premiers rôles du blockbuster du livre de la Genèse, cet influenceur ultra tendance a lancé le monothéisme challenge. Super. Mais n’oublions pas qu’à 100 piges, alors que son fils Isaac naît (déjà pas ouf de concevoir un môme à cet âge c’est pas vraiment responsable), Dieu demande à Abraham de lui offrir son fils Isaac. Abraham qui était le fan n°1 de Dieu trouve que c’est une super idée pour rentrer dans les petits papiers de son idole. Il amène son fils sur le Mont Moriah et s’apprête à le buter. Dieu, qui n’est quand même pas le dernier des fdp arrête Abraham à temps, un bélier vient remplacer son fils et c’est pour cette raison qu’on célèbre l’Aïd (ou Tabaski), la fête du sacrifice. Choupi cette histoire.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

10. Loth

Bon pour le coup, on peut dire qu’il s’est vraiment fait entourlouper par ces immondes harpies qui lui servaient de filles… Après le massacre de Sodome et Gomorrhe, le bon vieux Loth se replie dans une grotte elles deux. Comme ils n’ont pas pu prendre de pinard avant que la ville prenne feu, Dieu les pourvoit en vin sans sulfite. Sauf que l’aînée de ses filles commence à flipper un peu et à se dire qu’elle n’aura plus jamais l’occasion de voir le loup, alors elle fait boire son papa et lui offre une partie de sexe non protégé avant d’inciter sa frangine à faire de même. Les deux filles se retrouvent engrossées. Sale ambiance. Bon j’avoue c’est pas tellement la faute de Loth, mais de base, le mec laissait ses filles boire de l’alcool et ça c’est vraiment grave pour l’éducation.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

Source : History, Mom