800px-MonCheri
Crédits photo (creative commons) : A. Kniesel

« Les goûts et les couleurs, ça ne ne se discute pas », certes, mais si il y a bien un truc sur lequel on est tous plus ou moins d’accord, c’est que les « Mon Chéri » c’est vraiment de la merde, et qu’on ne supporte plus de s’en faire offrir pour les fêtes de fin d’année. Sur le papier pourtant c'est pas mal, de la cerise, du chocolat, de l'eau de vie, on est pour. Et pourtant... pourtant ça ne fonctionne pas. Et ça ne fonctionne pas depuis 1956. Alors qui blâmer en 2014 pour la boîte de Mon Chéri au pied du sapin ? On a une petite idée.

  1. La faute à Ferrero
    Pour commencer. Parce que c’est quand même eux les vieux sadiques qui continuent de produire cette saloperie depuis près de 60 piges. Ce ne sont pourtant pas des mauvais mecs, ils produisent aussi le Nutella, les Ferrero Rocher ou les Kinder, ce qui ne fait que renforcer notre surprise, et notre déception...
  2. La faute aux quelques détraqués qui aiment ça
    C'est vrai que sans cette minorité d'irréductibles, Ferrero aurait arrêté sa production depuis longtemps. On en connait tous au moins un, et généralement on ne l'oublie pas. Après les fêtes, comme des charognards sur un champ de bataille, ils se pointent chez vous, et vous vous faites un plaisir de leur refourguer vos déjections fourrées à la liqueur... Ces gens ne sont pas sains, et vous devriez arrêter de les voir.
  3. La faute aux vieux
    A votre avis qui achète le plus de Mon Chéri ? Et qui en offre tout le temps des chocolats ? Il faut se rendre à l’évidence, l’immense majorité de vos « Mon Chéri » provient de vos grands-parents ou de votre vieille tante. Les mêmes papys qui pètent à table en toute impunité, les mêmes mamies qui mettent des capuches en plastique transparent quand il pleut. Tout est dit.
  4. La faute à une bonne partie de l’Europe
    Les Allemands, qui les produisent (forcément, quand il y a un coup fourré ils ne sont jamais loin...), les Italiens, qui en sont les inventeurs (jamais loin non plus ceux-là) et les Portugais, les plus vicieux, qui fabriquent la liqueur dégueulasse qu’on met dedans. (Sans parler de leur manie de foutre de la faïence partout, c’est pénible à la fin...) Alors, qui est-ce qui disait que l’Europe était vouée à l’échec et que l’on ne savait pas travailler la main dans la main ?
  5. La faute aux fumiers du marketing de chez Ferrero
    les mecs ont sûrement passé un pacte avec le diable pour trouver toutes ces idées monstrueusement habiles. Premièrement, dénommer ce vomitif « Mon Chéri » pour faire croire à un produit comestible et deuxièmement, créer des boîtes-piège où on les mélange avec de vrais bons chocolats comestibles. La foutue liqueur ne manque pas de contaminer ses petits copains et toute la boîte se retrouve avec un vieux goût de mort. Un peu comme mettre une merde de chien au milieu d’un paquet de M&M’s. Des mecs aussi vicieux que ça n’ont pas grand-chose à envier à Francis Heaulme. Vous avez bien lu.
  6. La faute aux pouvoirs publics
    Pour poser des radars ou augmenter les impôts il y a du monde, mais quand il s’agit de prendre à bras le corps les VRAIS problèmes de la nation, il n'y a plus personne. Sans compter qu’il y a de l’alcool là-dedans. Selon Slate, au bout de 35 Mon Chéri on peut dépasser la limite légale autorisée pour la conduite. Faut pas s’étonner, après, qu’il y ait autant d’accidents de la route
  7. La faute au Père Noël
    Cette vieille barrique qui pue l’eau de vie et la bouse de rennes. Reste à savoir s’il est vraiment responsable, mais c’est bien lui qui est incriminé à chaque boite offerte. « Tiens, le Père-Noël a encore pensé à toi cette année… » Ah ? Par contre j’ai l’impression qu’il a encore oublié mon iPad...
  8. La faute à la loi Evin
    Et aux mesures préfectorales visant à réduire la vente d'alcool passée une certaine heure. Le poivrot est montré du doigt et se tourne vers toutes les bonnes occasions d'avaler sa dose d'alcool sans être victime du regard accusateur de la société. Parti comme on est, le jour où une boite vendra des chocolats au tabac, ça fera un carton, les fumeurs pouvant en consommer sans forcément entendre la toux pleine de reproches de leurs concitoyens. Si vous voulez picoler, faites ce que vous voulez, mais ne polluez pas notre chocolat!!!
  9. La faute à vous-même
    Si vous aviez été clair la première fois vous n'auriez plus aucun problème. « Non Mamie, je t’ai déjà dit que je préférerais manger du vomi de clochard plutôt qu’un seul de ces trucs. Voilà. Je t'aime aussi.» C’est quand même pas compliqué.
  10. La faute aux boucs-émissaires habituels
    On ne va pas reprocher quelque chose à quelqu’un sans citer quelques-uns des « clients » préférés des médias. Ça pourrait bien être la faute des islamistes radicaux qui espèrent dégoûter les infidèles de l'alcool. Ou bien la faute des Chinois qui vont sûrement se placer sur le marché du chocolat liquoreux dans les mois à venir. Dieudonné pourrait y trouver un intérêt aussi d'ailleurs, si on creuse un peu on va trouver. Fallait que ce soit dit.

Mon Chéri, laissez-vous surprendre !