800px-Nantes_-_Bicloo
Crédits photo (creative commons) : Remi Jouan

Quand il fait, nous sommes heureux de les trouver. Idem quand il faut rentrer de soirée et que votre carte bleue ne vous permet plus d'emprunter un taxi. Eux, ce sont les vélos en libre service, partout dans vos villes. Evidemment, dans l'esprit de beaucoup de monde, il s'agit d'un vélib. Sauf qu'en fait, c'est un peu plus compliqué...

  1. Les Vélos Jaunes - La Rochelle
    En 1974, le premier vélo en libre service de France est lancé à la Rochelle. Une véritable révolution. Son nom de code, "les Vélos jaunes". Bon, on ne pouvait avoir deux idées géniales en même temps. Par contre, depuis 74, l'erreur aurait pu se rattraper.

  2. Le vélo - Marseille
    A Marseille, on aime bien aller au plus simple et ne pas s'emmerder avec les noms alambiqués. Du coup, les Marseillais ont sobrement et efficacement appelé le système "Le vélo". Comme ça, aucun risque d'oublier entre deux verres de Pastis, fada.
  3. Cy'clik - Rouen
    Dans le genre "on utilise tout le champs lexical des deux roues", Rouen est certainement le leader. Cy'clik, c'est la contraction de Bicyclette et de ... clique. On appelle ça un "mot valise". On espère en tout cas que le mec qui a pondu ça, n'en a pas ramassé une trop grosse pour cette trouvaille.
  4. V'hello - Aix en Provence
    Trouver un nom pour un produit, c'est dur. En fait un jeu de mot, ça l'est encore plus. Nous pouvons donc saluer l'inventivité de la ville d'Aix en Provence, d'avoir tenté le coup. "T'es jeune et t'as pas le permis ? V'hello quoi !" Cette vanne, elle est de nous, par contre. Et nous l'assumons.
  5. Reflex - Chalon sur Saône
    Il y a de ces noms qui ne collent pas vraiment au produit. Ou alors, pire, il y a ceux qui ne donnent pas vraiment confiance. On peut, sans trop se mouiller, dire que le vélo de Chalon sur Saône fait partie de cette deuxième catégorie. On a quand même connu plus vendeur qu'un vélo vous indiquant de rester constamment sur vos gardes.
  6. Bip! - Perpignan
    A Perpignan, il fait beau. Plutôt donc que de passer des heures à choisir un nom en salle de réu', les gars ont certainement dû se faire un marathon de cartoons au soleil. Résultat, un nom bien naze. "Tu rentres comment ce soir ?", "Je prends un Bip ! ". Ce n'est définitivement pas sérieux.
  7. Bicloo - Nantes
    "Le choix du nom "bicloo" vient de l'argot "biclou" signifiant bicyclette." Autant donc s'avouer qu'à Nantes, on n'est pas vraiment du genre à chercher midi à quatorze heures, et tant pis si le nom est moche. De toute façon, les Nantais savent qu'un bicloo sur cinq a un pneu crevé, des problèmes de frein ou la selle complètement dévissé. C'est peut-être même ce qui fait son charme.
  8. VCUB - Bordeaux
    Bordeaux, c'est la Gironde, le département n°33. Jusqu'ici, tout va bien, on comprend la notion de "cube". Mais par contre, on leur a dit aux gars qui ont pondu ça, qu'on passe pour un débile quand on prononce ce nom ? Dans tous les cas, ce n'est pas parce que vous emprunterez un VCUB après une soirée un peu trop arrosée que vous décuberez plus rapidement.
  9. Cristolib - Créteil
    Et pourquoi pas cristaux-liquide pendant qu'on y est ? Non mais sérieusement, qu'est-ce-qui s'est passé ? "A Paris, ils ont le vélib. Nous, on est un peu comme Paris. Sauf qu'on est Créteil. Cristolib les gars". Une affaire pliée rapidement. Les Cristoliens aiment quand un plan se déroule sans accroc.
  10. Vélam - Amiens
    Dans le même genre qu'à Bordeaux, Amiens a opté pour une terminaison rappelant l'encrage local. Sauf qu'ici, ça fait quand même drôlement penser à la chanteuse Lââm. Après, bon, chacun ses goûts. Personne n'est là pour juger.

Alors, vous rentrez comment ce soir ?

Source : Wikipédia