Tu veux t’offrir un tour du monde ? Tu as posé tes congés (sans solde), mis des sous de côté, acheté de bonnes chaussures ? Tu es prêt.e à renoncer à un paquet de trucs pendant ton tour du monde ? Tout est prêt ? Mais est-ce que la date de départ a déjà été fixée ? Parce que quand on se lance dans ce genre d’aventure, suivant où l’on compte aller, mieux vaut faire gaffe à choisir la bonne période. Juste histoire de ne pas se retrouver par exemple en juillet en Inde, au plus fort de la mousson. Alors pour t’aider, on te file quelques périodes qui te permettront d’en profiter pleinement tout en limitant les mauvaises surprises…

1. De janvier à septembre

On peut commencer par filer plein ouest vers le Brésil et visiter l’Amérique du sud avant de rejoindre la Nouvelle-Zélande et l’Australie puis l’Indonésie. On peut en profiter pour se payer l’Inde et monter vers la Chine avant de rejoindre, pas avant juin (car avant il fait froid), la Russie. On termine ensuite en passant l’été en Europe, en se rapprochant doucement de la maison.

2. D'avril à octobre

Notre tour du monde commence en l’Espagne et se poursuit au Portugal. Il ne fait pas trop chaud mais pas froid non plus, on est bien, c’est cool et on peut donc se diriger vers l’Afrique du nord pour visiter le Maroc, la Tunisie, voire l’Égypte et l’Algérie. On traverse ensuite la Méditerranée pour se rendre en Grèce. On remonte sur l’Europe de l’Est et on profite de l’été pour visiter la Russie, d’où on peut s’envoler pour se retrouver aux États-Unis. Un road trip d’un ou deux mois à travers l’Amérique du nord et on rentre en France !

3. De février à août

Un petit tour du monde qui débute par un trip en Amérique du sud, avec au programme le Brésil, la Bolivie, l’Argentine et le Chili. Au mois d’avril, direction l’Australie, avant d’attaquer le Laos, la Thaïlande et l’Inde, juste avant la mousson et les chaleurs terrassantes. On termine par la Chine, avec pourquoi pas un tour à la Grande Muraille et la Mongolie avant de monter dans l’avion du retour.

4. D'octobre à mai

Cap sur l’Afrique du Sud. Cap sur Le Cap en somme, lol. D’ici, on se paye la Namibie, la Tanzanie et le Kenya, en pleine saison sèche. En novembre, direction la Thaïlande, l’Inde et le Laos, juste après la mousson. En décembre, on va passer les fêtes en Océanie puis on file en Amérique du sud avec pourquoi pas des étapes au Chili, en Bolivie et au Brésil, au mois de février, pour profiter du carnaval de Rio. Du coup, on arrive par le Mexique, aux États-Unis, après avoir fait étape à Cancun pour le Spring Break. Fin du voyage à New York, Washington, Philadelphie ou encore Boston. Autant de villes qui permettent de s’offrir un trajet retour à prix réduit.

5. De juillet à janvier

On part plein nord et on fait étape chez nos voisins Belges avant d’aller crapahuter en Irlande puis en Irlande du Nord, Écosse et Angleterre. On se rend ensuite en Islande, si on n’a pas peur de se geler les miches et on se fait la Norvège, la Suède et la Finlande. D’ici, on peut continuer en Russie ou redescendre en Europe de l’est, par l’Allemagne, en transitant par l’Autriche, avant de partir en Asie pour finir en Australie ou en Nouvelle-Zélande pour les festivités du Nouvel-an.

6. De septembre à mai

Et si on allait passer Thanksgiving et Halloween aux États-Unis ? Partir en septembre qui représente en plus de multiples avantages. Ne serait-ce que par rapport à la plus faible fréquentation due à la reprise des cours. Une fois le mois d’octobre achevé, en Californie par exemple, on se fait plaisir en descendant calmement en Amérique centrale puis plus au sud, avant de revenir par l’Afrique du Sud pour finir à Madagascar aux environs d’avril.

View this post on Instagram

? ? @sonyalpha A7R IV ? 24-70mm f2.8 GM

A post shared by Gustavo Kuri (@gustavokuriphotography) on

8. De janvier à avril

Parce qu’il en faut pour tout le monde, un petit tour du monde qui peut par exemple commencer en janvier, au cœur de l’hiver (la période la plus choisie par les voyageurs qui s’engagent dans ce genre de périple). Direction Cuba la douce puis le Chili et l’Argentine, voire le Brésil si on le temps, avant de partir en Afrique du Sud et d’enchaîner avec la Thaïlande ou l’Inde.

9. De septembre à juillet

Vu qu’on n’avait pas encore fait le Japon, on y va après avoir passé un peu de temps en Thaïlande. Puis on va aux Philippines avant d’aller rendre visite aux Hobbits en Nouvelle-Zélande. De là, on file au sud de l’Amérique du Sud pour remonter jusqu’au Mexique, avec passage à La Havane pour terminer en Californie d’où on peut partir pour débuter un road trip dans les parcs nationaux de l’ouest américain.

10. De mai à novembre

Allez, on repart pour un tour direction Seattle. On loue ensuite une voiture et on longe le Pacifique jusqu’au Mexique. Sublime. Ensuite, on prend l’avion pour aller à Hawaï ou ailleurs en Polynésie, puis on transite par la Nouvelle-Zélande, avant de regagner le Japon et au choix, la Thaïlande, le Vietnam, ou encore le Cambodge ou le Laos. On peut ensuite rentrer se reposer à la maison.

The World is Yours. Et sinon tu peux aussi suivre les meilleurs blogs de voyageurs qui ont fait le tour du monde pour y choper un paquet de bons conseils. Prêt.e ? Tu vas désormais devoir entendre tout un tas de phrases insupportables en annonçant ton tour du monde.

Sources : Novo-Monde, Le planificateur à contre sens, tour du mondiste