Au départ, on voulait classer les mafias par ordre de méchanceté. Puis on s’est rendu compte que c’était quand même complexe de mettre en oeuvre un barème de points de méchanceté sur la base d’un nombre de morts ou d’un degré de cruauté dans les exécutions. Donc on a plutôt sélectionné des organisations mafieuses réputées pour leur méchanceté et on a détaillé leurs faits d’armes.

1. La Mara Salvatrucha

Note de méchanceté : 140/20.

La Mara Salvatrucha, ou MS-13, est originaire de Los Angeles, où elle a été fondée par des Salvadoriens dans les années 80. Ensuite, elle s’est étendue dans toute l’Amérique centrale, du Mexique au Salvador. Le gang compte 80.000 membres très organisés qui s’enrichissent en faisant de la traite humaine, du trafic d’armes et de drogue, de la prostitution y compris infantile et du blanchiment d’argent.

Comme on n’a rien sans rien, la Mara en profite pour tuer plein de monde, plus ou moins gratos. Des clandestins, des gens dans les bus qu’ils rançonnent puis tuent juste pour le plaisir de pouvoir se tatouer une larme supplémentaire (une larme pour chaque vie prise), des types qu’ils kidnappent pour avoir une rançon. Et les méthodes sont cool : torture puis séparation des visages des crânes, par exemple.

A LA COOL.

Crédits photo (creative commons) : Federal Bureau of Investigation

2. Les Zetas

Niveau de méchanceté : 40/20.

Les Zetas, au Mexique, sont des anciens membres de l’unité nationale de lutte contre le narcotrafic qui ont changé leur fusil d’épaule pour devenir la garde rapprochée des cartels du Golfe et de Sinaloa. Des pros qui travaillent pour des méchants. Du coup, on commence la formation très tôt en recrutant même des enfants.

La puissance des Zetas les a conduits à vouloir contrôler eux-mêmes le trafic et à déclencher un bain de sang à la frontière mexicaine entre tous les cartels. Depuis, c’est champagne : camps d’entraînements, kidnappings, massacres de centaines de migrants qui gênent le trafic, arsenaux de guerre dignes des armées régulières, meurtres avec décapitation, assassinats de flics, de militaires, de politiques, corruption au plus haut niveau de l’Etat. Leur influence s’étend même jusqu’en Italie, puisqu’ils livrent de la méthamphétamine pour les mafias transalpines. Oui, comme dans Breaking Bad, vous savez, les méchants.

Un petit détail en plus : Les Zetas organisent également des combats de gladiateurs entre personnes qu’ils kidnappent. Le vainqueur (celui qui ne meurt pas) est forcé de rejoindre l’organisation, sans quoi il meurt.

Mata zetas

3. L'Aryan Brotherhood

Note de méchanceté : 30/20.

Les mecs sont à la fois nazis et mafieux. La fraternité aryenne est née dans une prison californienne à la fin des années 60. Ses membres ont tout de suite commencé à passer les Noirs à tabac, parce que bon, ils étaient noirs.

Niveau look, on fait simple, avec des signes SS, des croix gammées et des croix celtiques. Le truc cool, c’est que pour être accepté dans l’organisation, il faut pouvoir justifier un meurtre commis. De façon à pas se retrouver avec des tocards.

Comme ça, ça a juste l’air de débiles violents, mais l’Aryan brotherhood est une véritable mafia, qui produit et vend de la drogue, refile des armes, commandite et exécute des meurtres, extorque de l’argent et prostitue des gens, notamment en prison.

Un petit chiffre : 21% de meurtres commis en prison sont imputables à la fraternité aryenne, qui représente à peine 1% des détenus sur le sol américain.

Crédits photo (creative commons) : United States Department of Justice

4. Le Cartel de Sinaloa

Note de méchanceté : 25/20.

Le cartel dirigé par Joaquin Guzman, arrêté après plusieurs évasions en 2016, était le plus grand cartel du Nord du Mexique. Il va de soi que le fonds de commerce du cartel était (est encore) le trafic de drogue. Mais la compétition entre les différents cartels nécessitait que chacun en envoie plein la vue à l’autre. C’est ainsi que le cartel de Sinaloa a pu exprimer son goût pour la cruauté absolue. Têtes tranchées et disposées dans des bars ou devant des écoles. Oui, bon, le message est passé je crois.

Mafias del Mundo: Cártel de Sinaloa

5. La Cosa Nostra

Note de méchanceté : 20/20.

Il n’est peut-être pas nécessaire de détailler tous les faits d’arme de la Cosa Nostra, mafia sicilienne dont les réseaux tentaculaires s’étendent partout dans le monde. En revanche, l’histoire de Thomas Pitera, tellement expert en arts martiaux qu’on le surnomma Thomas Karaté, donne le ton de la violence employée par ces petits anges. Ce tueur à gage employé par la famille Bonnello prenait plaisir à démembrer ses victimes après les avoir butées. Il aurait ainsi séparé le tronc des jambes d’une soixantaine de personnes. A noter que Pitera travaillait… Aux Etats-Unis, preuve supplémentaire de l’influence ÉNORME de la Cosa Nostra dans le monde.

6. La Mafia albanaise

Note de méchanceté : 19/20.

Proxénétisme, trafic de drogue, d’armes, racket, mais surtout trafic humain sont les principaux fers de lance de la mafia albanaise, dont l’influence s’étend jusqu’aux Etats-Unis. En matière de trafic humain, la mafia albanaise a du métier et a développé le principal réseau de passeurs européen, au cœur de toutes les attentions en pleine crise des réfugiés.

Les membres de la mafia albanaise doivent respecter un code d’honneur du XV° siècle qui les engage dans tous les aspects de leur vie privée, mariage, engagement, divorce ou vendetta. Aux Etats-Unis, le cartel est surtout connu pour son implication dans la prostitution et son savoir-faire en matière de passage à tabac et de meurtre est très reconnu.

 

7. Les Yakuzas

Note de méchanceté : 18/20.

Attention, hein, parce que 18, c’est déjà très méchant. La petite particularité des Yakuzas, c’est d’avoir pignon sur rue, puisque la mafia s’organise en associations reconnues avec bureau et même plantes vertes. Avec 60.000 membres, c’est l’une des plus grandes organisations criminelles du monde, qui se spécialise dans la corruption de certains corps de métiers, notamment ouvriers, le trafic d’armes et de drogue et, bien sûr, l’usure parce que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures.

Le petit truc des yakuzas, c’est que leur violence se dirige aussi contre eux-mêmes. Si un yakuza se comporte mal, il doit se couper un doigt. S’il se comporte très très mal, il doit se suicider par éventration devant tout le monde.

Crédits photo (creative commons) : Jorge from Tokyo, Japan

8. Le Primeiro Comando da Capital

Note de méchanceté : 17/20.

Ce gang fondé dans les prisons de Sao Paulo a gagné les favelas de la plus grande ville brésilienne. Il pratique l’extorsion de fonds, le kidnapping et fait flipper tous les quartiers dans lesquels il est implanté. En 2006, le Primeiro Comando da Capital a complètement congelé Sao Paulo pendant une semaine, le temps pour ses membres de pratiquer des expéditions punitives contre des flics ou des représentants de l’Etat.

Crédits photo (creative commons) : Marcelo Horn

9. Les Mungiki

Note de méchanceté : 17/20

Basée dans les bidonvilles de Nairobi, au Kenya, les Mungiki revendiquent 100.000 membres qui portent des dreadlocks en signe de reconnaissance. Leur approche du meurtre est très salissante, avec un goût prononcé pour le bain de sang. Excisions, corruption politique (ils présentent même des candidats aux élections), trafic de drogue. Leur symbole est assez parlant : une tête humaine sur un bâton.

Mafias del Mundo: Mungiki

10. Le Mongrel Mob

Note de méchanceté : 16/20.

Gang de Nouvelle-Zélande connu pour sa violence et son organisation militaire drastique, le Mongrel Mob s’est spécialisé dans le trafic d’armes et de drogues et arrondit ses fins de mois en multipliant les braquages avec violence. Ça reste bon enfant, hein.

Crédits photo (creative commons) : Makaydee269

REJOUISSANT.

Sources : Wikipédia, Vice,