L’enfer, c’est les autres ! Tous ceux qui, par exemple, ont eu la même idée de voyage, pile en même temps que vous. Et dire que si vous étiez tombé sur ce top un peu plus tôt, vous auriez pu partir jouer les Robinson sur une île (presque) déserte à l’autre bout du monde !

1. Les îles Mergui (Birmanie)

L’archipel se compose de 800 îlots protégés du tourisme et de la pêche intensive par le gouvernement birman. Sur terre, les plages se disputent l’horizon avec la jungle et les formes karstiques dessinées par les roches de calcaire et de granit. Des petits villages se dressent sur les plus grandes îles où vous aurez peut-être la chance de croiser des Mokens, anciens nomade des mers qui ont commencé à poser leurs pagaies ici il y a une vingtaine d’année. Sous l’eau aussi le spectacle est au rendez-vous. Les fonds marins sont du genre animés, entre coraux, poissons, requins-baleine et quelques rares plongeurs aventureux débarqués en bateau depuis la petite ville de Kawthaung ou celle de Ranong en Thaïlande.

View this post on Instagram

Sailing in the Mergui archipelago??

A post shared by Anouck (@anouckrvt) on

2. Kapas Island (Malaisie)

Ici, il n’y a ni route, ni wifi, ni 4G, ni distributeur de billets… Juste quelques bicoques qui accueillent les touristes venus ici reluquer des poissons tout en sifflant goulument leur bouteille de plongée. Un vrai spot à glandouille donc, à déconseiller aux hyperactifs !

View this post on Instagram

Justo hace 1 año llegaba a una isla pequeñita de la costa este de Malasia. La elegí porque no era muy turística y me habían hablado maravillas de ella. La isla apenas tenía unos pocos km de perímetro y constaba de 3 o 4 playas, sin caminos ni vehículos. Antes de ir, tenías incluso que comprar comida suficiente para todo el tiempo que pensabas quedarte, ya que no había ninguna tienda en la isla. Solo me quedaban 7 días antes de coger el vuelo hacia Nepal, así que mi idea era pasar 2 noches e irme a conocer (aunque fuera fugazmente) otra parte del país. Pero como siempre, lo que terminó sucediendo fue otra cosa a la planeada. Al final me quedé una semana en la isla y llegué por los pelos a coger el avión?. Tuve la suerte de que era temporada baja y estaba solo en uno de los pocos hostales de la isla, acompañado de un chico de malasia que estaba de vacaciones "de su mujer" me dijo? y que se pasaba el día bebiendo whiskey. Terminé pasando muchas horas con él y con las 3 chicas y el chico que llevaban el hostel, también de Malasia. Tocando música mirando el atardecer, bañándonos de noche rodeados de plancton brillante, explorando la jungla, aprendiendo equilibrio en el cable, leyendo...desconectando del mundo. Y ahora, de cuarentena, daría lo que fuera por estar allí aunque fuese solo por "2 noches". . One year ago I was heading to a tiny island in the east coast of Malaysia. It had a perimeter of only a few km and no roads or vehicles, just some boats which took people to the island. My plan was to spend 2 nights and then try to visit another place of the country. However, as always, I ended up doing something different as planned. I spent a week in the island?. I was lucky it was low season and I was almost the only one in the hostel, one of the few in the island. The other guest was a malasian guy who was on holidays "of his wife", he said?, and spent all day drinking whiskey. We both spent a lot of time together with the 3 girls and the guy who run the hostel. Playing music watching the sunset, swimming surrounded by glowing plankton, exploring the jungle... #lavueltaalmundo #viajesolidario #kapasisland

A post shared by Un viaje solidario?? (@mochilerosolidario) on

3. Koh Phayam (Thaïlande)

Cette petite île d’à peine 20km2 située en mer d’Andaman est accessible uniquement en ferry depuis la ville de Ranong à la frontière avec la Birmanie. Sauvage, elle se laisse peu à peu séduire par l’appel touristique avec quelques entorses à la quiétude autour de Sunset Beach qui concentre tout l’attirail pour divertir les farangs de nuit comme de jour. Le reste de l’île est à découvrir en mode routard avec des baies où jouer les Crusoé avec d’autres naufragés eux-aussi en quête d’ailleurs. Si vous passez dans le coin, allez trinquer à notre santé au Hyppi Bar, rade brinquebalant les pieds dans l’eau, avec une vue imprenable sur l’horizon.

4. L’île de Coron (Philippines)

C’est une toute petite île nichée au nord de sa grande sœur Palawan qui de son côté, a la faveur des touristes. On y accède en bangka (bateau traditionnel philippin) depuis la ville de Coron, idéal pour admirer les formes karstiques typiques de l’île, tout en gardant un œil sur les eaux turquoises et les fonds marins préservés. Un lieu paradisiaque pas encore (trop) envahi pas nos congénères qui lui préfèrent une ville comme El Nino sur l’île voisine de Palawan.

5. Havelock dans les îles Andaman (Inde)

Située en plein milieu de l’océan indien à 2 bonnes heures d’avion de la côte est indienne, l’île d’Havelock est un subtil mélange d’art de vivre indien débarrassé de sa foule, avec les ingrédients de l’île carte postale. Le coin est notamment réputé pour ses eaux poissonneuses accessibles en plongée,avec ou sans bouteille. Les lézards quant à eux s’échouent sur les nombreuses plages de l’île dont la « Radha Nagar Beach », également surnommée « Beach Number 7», aussi isolée que magnifique, à tel point qu’elle a été élue parmi les 10 plus belles plages d’Asie par le Time magazine. Pas forcément le meilleur moyen de garder l’endroit secret.

6. Tioman Island (Malaisie)

Direction la côte Est de la Malaisie dans la mer de Chine méridionale sur l’île de Tioman qui a l’avantage d’être une réserve naturelle avant d’être une réserve à touristes. En gros, attendez-vous à partager les lieux avec la faune locale entre singes, tortues marines et autres lézards qui squattent la jungle et les plages environnantes. Dans l’eau aussi, il risque d’y avoir un peu de monde sous vos pieds palmés. Le coin est réputé pour ses eaux claires et poissonneuses.

8. Koh Mak (Thaïlande)

Un peu plus au nord de Koh Kood, l’île de Koh Mak est de loin la plus petite (7km de largeur max) et la plus sauvage du coin. Ici on cultive davantage les palmiers et autres plantations que le tourisme à gogo. Il faut dire que la météo est disons changeante, avec de fréquentes averses, suivies de coups de cagnards. L’Asie quoi !

9. Les îles Banda (Indonésie)

Pour profiter de cet archipel sauvage, il faut du temps. Un bien dont manquent cruellement les touristes de passage en Indonésie. Il faut en effet compter 6 à 12h de mer depuis l’île d’Ambon avant d’arriver à bond port. Les touristes ne se bousculent pas bien que le coin soit réputé comme un des plus accueillants de la région des Moluques. Si le confort est ici sommaire, le sourire des habitants et la chaleur de l’accueil mettent très vite tout le monde à l’aise. Quant à savoir comment vous allez occuper vos journées. C’est là sans doute une des rares questions qui agitera ponctuellement votre cerveau en vacances.

10. Côn Son au Vietnam

L’île de Grande-Condore, son nom à l’époque coloniale française, se trouve au large du Vietnam du sud, suffisamment éloignée de tout pour avoir longtemps accueilli dans son bagne, les prisonniers politiques et de droit commun que la France voulait garder au frais. Ce passé depuis longtemps révolu a laissé la place à un lieu nettement plus accueillant, chaleureux et paisible. Un coin idéal pour s’immerger dans la vie locale, ses traditions, sa gastronomie liée aux produits de la mer, et ses paysages entre ciel et mer.

Bon et comme on n’est pas parti pour sortir de nos frontières tout de suite, c’est le moment où jamais de retrouver nos plus belles îles françaises métropolitaines.