Vous connaissez Guy Joao ? Et bah Guy Joao, c’est un mec de ouf : un retraité à 9 doigts qui passe ses vacances en Ecosse et qui cachait à sa famille depuis des années qu’il était Xavier Dupont de Ligonnès parce qu’il s’était fait refaire le visage et… Attendez, c’est pas lui en fait ? Ah. Ok. Mais les gens de ce top, eux, sont des vrais caméléons de l’identité.

1. David Galletti - 19 ans dans la peau de Luis Gonzalez

Le 10 mai 1976, une femme est abattue à Brooklyn. Le suspect est rapidement identifié : il s’agit d’un homme aux cheveux frisés qui porte des pattes. Rapidement identifié, mais jamais retrouvé, du moins pas avant un certain jour de 1995, quand David Galletti, manager à l’usine Tupperware d’une minuscule ville de Caroline du Sud, a été cueilli à la sortie de ses bureaux. En 20 ans, Galletti avait totalement changé et ce n’est qu’un concours de circonstances qui a permis de l’identifier grâce à ses empreintes digitales (pas comme Dupont de Ligonnès) : le junkie vingtenaire était devenu un mec bien propre sur lui, père de deux enfants répondant au nom de Luis Gonzalez. Pendant 20 ans, il avait dissimulé sa vraie identité à sa famille. Après avoir nié le meurtre pendant quelques jours, le faux Gonzalez et vrai Galletti a reconnu avoir commis le crime, exprimant même un peu de soulagement : « je savais que ça arriverait un jour ou l’autre ».

2. Robert Ivan Nichols - 20 ans sous un faux nom

En 2002, Joseph Newton Chandler III se suicide dans l’Ohio, aux Etats-Unis. On retrouve son corps une semaine plus tard et on cherche à contacter la famille mais… Il est impossible de la retrouver. Bizarre. On se renseigne auprès de ses anciens collègues, et on découvre le profil d’un mec très très très bizarre qui n’a ni ami, ni fréquentations, vit comme un ermite et semble formé au génie électrique. Ah : et il a été hospitalisé en 2000 après avoir essayé d’insérer sa bite dans un aspirateur. Assez rapidement, on se rend compte que Joseph Newton Chandler n’est pas sa vraie identité. Il s’agit du nom d’un enfant mort dans un accident de la route au Texas, en 1945. Le faux Chandler aurait récupéré cette identité en demandant une carte de sécu en 1978. Dès lors, impossible d’identifier le mort. On spécule : un ingénieur coupable de meurtre ? Un ancien criminel nazi ? Pire : le tueur du Zodiaque ?

C’est finalement en 2018 que les bases de données d’ADN ouvertes ont permis d’identifier l’usurpateur : il s’appelait Robert Ivan Nichols. Les enquêteurs pensent qu’il pourrait avoir un lien avec le meurtre inexpliqué d’Amy Mihaljevic, une jeune fille de 10 ans assassinée en 1989.

3. Monica, épouse fidèle qui était en fait un homme

19 ans après s’être installé avec sa compagne, Monica, Jan, un Anversois de 64 ans, a dénoncé son mariage en justice car sa femme était en réalité un homme, opéré avant leur rencontre. 20 ans à ne rien dire, donc. Mais il faut aussi dire que le Jan en question a l’air d’un vrai con pour dénoncer son mariage après 20 ans de vie commune et s’être mis à la colle avec une jeune fille au pair indonésienne de 20 ans sa cadette. Florilège de ses témoignages : « C’était une fantastique cuisinière, je n’avais aucun soupçon, même si elle n’était pas vraiment douée en repassage ». « Elle portait des vêtements flashys, des tops et des jupes très courtes. Tant que cela restait décent, je pouvais le tolérer. »

Bref, Jan est un vrai con.

4. Et l'histoire inverse s'est également produite

En 2016, Heniyati, 25 ans, se rend compte que l’homme qu’elle vient d’épouser, Suwarti, est en fait une femme. Suwarti avait payé des gens pour jouer sa famille à leur mariage et se faisait passer pour flic. Les doutes ont commencé à affleurer chez Heniyati quand son mari s’est refusé à baiser malgré le passage en justes noces. En plus d’avoir falsifié son identité, Suwarti est également poursuivie pour bigamie car elle était déjà mariée à un homme et mère d’un enfant.

5. Le Bourbon Kid, auteur du Livre sans nom

L’identité de l’auteur du Livre sans nom, gros succès d’édition en Europe en 2010, est un objet de spéculations infinies. Le nom de Quentin Tarantino a même été cité en raison des similitudes entre l’univers de la trilogie et celle du réalisateur. Révélé sur Internet, l’auteur n’a jamais rencontré ses éditeurs successifs ; seul son tout premier éditeur est informé de son identité. Il s’agit probablement d’un inconnu qui a bien senti le coup, mais allez savoir.

6. Banksy - anonyme depuis la fin des années 1990

Jusqu’à nouvel ordre et depuis qu’on entend parler de l’artiste, soit depuis 1998, on ne sait toujours pas qui est Banksy. En revanche, on sait qu’il s’appelle très probablement Robert, qu’il est originaire de Stoke en Angleterre et qu’il est pote avec le chanteur de Massive Attack, voire, mais ça reste à prouver, le chanteur de Massive Attack lui-même. Ce qui est sûr, c’est que Banksy, lui, n’a toujours pas fait le choix de révéler son identité. 20 ans à conserver son secret, ça forge le respect.

7. Frank Freshwaters - 40 ans sous une fausse identité

En 2015, Frank Freshwaters a été arrêté aux Etats-Unis, après 56 ans de cavale. Dans les années 50, il avait renversé volontairement un piéton dans l’Ohio et s’était échappé lors d’un transfert d’établissement pénitentiaire. Après avoir changé de nom, Freshwaters a travaillé comme chauffeur de camion puis pris sa retraite en Floride. Confondu par ses empreintes digitales, il a affirmé « n’avoir pas vu cet homme depuis très longtemps » lorsque les enquêteurs lui ont présenté une photo de lui à l’âge de son arrestation. C’est plutôt classe.

8. Pasquale Scotti - 28 ans sous une fausse identité

Ancien dirigeant de la Camorra, à Naples, Pasquale Scotti réussit à s’enfuir vers la ville de Recife, au Brésil, en 1986. Depuis, la police italienne était à ses trousses, mais il aura fallu attendre 2015 pour qu’elle lui mette la main dessus. Depuis la fin des années 80, Scotti vivait sous une fausse identité avec sa femme et deux filles de 13 et 15 ans. Il se disait entrepreneur et personne, dans son entourage ou sa famille), ne soupçonnait la vérité. Scotti a affirmé avoir fui l’Italie par crainte d’être assassiné.

Moi j’arrive pas à mentir plus de deux minutes. Un peu comme Guy Joao.