Lire c’est super, c’est éveiller son âme au monde, donner du sens à sa vie, développer ses capacités empathiques, bref, vous connaissez la chanson. Ça c’est ce qu’on voudrait nous faire croire mais ce serait oublier tous les petits moments de solitude un peu tristes par lesquels on passe quand on lit. Oui je parle de ceux où tu te sens comme une merde, mais rassure toi, on les vit tous.

1. Compter les pages pour savoir combien il t'en reste avant la fin du chapitre

Y a deux raisons qui poussent à ça : le livre est ennuyeux à mourir, aussi chiant qu’un plateau télé à 23h sur La Chaîne Parlementaire avec un député de la Creuse et le représentant de la délégation des pêcheurs du lac de Petitpois. Ou alors tu es dans les transports et ta névrose de maniaque t’empêche de stopper ta lecture en cours de chapitre. Donc tu fais partie de ces gens relous qui continuent de lire en sortant de la rame de métro et qui gênent tout le monde.

2. Relire des paragraphes entiers parce que t'as absolument rien suivi des pages que tu viens de lire

Parfois on lit alors que notre esprit n’est pas dans les dispositions adéquates, du coup on lit mais sans lire. On pense totalement à autre chose comme à la bouffe qu’on va se faire ce soir en rentrant, à pourquoi la laverie en bas de chez nous est fermée le mardi ou encore à combien de temps on pourrait rester sans se laver avant que ça se voit. Résultat on n’a rien capté des précédentes lignes et quand Claire demande à Arthur la date de la réunion chez les Delacombe on se demande bien qui sont les Delacombe et pourquoi elle demande ça à Arthur alors qu’elle le déteste. C’est le signe qu’il faut revenir en arrière.

3. Être incapable de raconter le bouquin que t'es en train de lire

Quand tu lis les autres veulent souvent savoir ce qui t’absorbe autant sauf qu’on est souvent bien incapable de résumer les lignes qu’on vient de lire, ni même l’intrigue. « Alors euh bah c’est l’histoire d’une meuf qui va pas très bien, mais parce qu’en fait elle s’ennuie avec son mari donc elle pète un peu un câble, mais il se passe pas grand chose non plus en fait ». C’est un peu léger comme résumé de Mme Bovary.

4. Devoir payer un bouquin à 30€ parce qu'il vient de sortir mais que c'est ton auteur préféré et que t'as trop envie de le lire tout de suite

Coucou J.K Rowling et Ken Follett.

5. Te forcer à finir ce bouquin alors que t'as la certitude que t'en retiendras rien

C’est simple à la minute où on l’aura fini il aura disparu de notre esprit. C’est d’ailleurs à peine si on se souvient de ce qu’on a lu la veille tant le livre est inintéressant, compliqué. Pourtant c’était plein de promesses La Condition Humaine de Malraux, mais en fait non on préfère toujours Naruto.

Source photo : Giphy

6. Supporter le bruit environnant qui te déconcentre

La lecture ça demande de la concentration, y a des petits chanceux qui arrivent à lire dans un boucan infernal et j’en envie de dire allez bien manger vos morts. La plupart des gens normaux sont déconcentrés par tout. Résultat t’es obligé de t’isoler pour lire en paix ou de mettre des boules Quies alors que t’es dans le métro. Puis tu te rends compte que c’est super les boules Quies, ça protège vraiment bien de la pollution sonore et après tu peux plus t’en passer au quotidien. T’as plus d’amis mais t’es au calme.

7. Se rendre compte que t'es totalement passé à côté du message du bouquin

« Ah bon L’Étrange cas du Docteur Jekyll et de Mr. Hyde est un prélude aux théories de Freud et le fantastique vise en fait à théoriser un sujet encore tabou dans l’Angleterre du 19e siècle à savoir la dualité chez l’Homme ? C’est pas juste une histoire fantastique pour faire peur aux ados ? ».

8. Penser aux prochains livres que tu vas lire et t’apercevoir que t'en as rien à foutre de celui que tu lis actuellement

Plus tu lis, plus t’as envie de lire, donc plus tu te renseignes sur tes futurs bouquins et dès qu’il y en a qui te plait vraiment bah t’aimerais t’y mettre tout de suite. Sauf que non tu es bloqué sur ton bouquin actuel, le dernier best-seller de Michel Onfray, t’avais envie de lire parce que bon on en parle souvent de Michel Onfray mais tu comprends pas pourquoi en fait car la vertu romaine c’est pas du tout intéressant. Par contre top hâte de lire le dernier Marc Levy olala trop bien ses histoires d’amour.

9. Ne pas avoir de marque page et utiliser tout et n'importe quoi

Avant tu achetais des marques-pages colorés, chers mais jolis. Puis au bout du 36e marque-page perdu tu as opté pour ses substituts : le ticket de caisse, le papier déchiré, le préservatif (emballé of course), en vrai le champ des possibles est assez large.

10. Devoir faire des recherches parce que tu connais absolument pas le cadre historique du récit

Quand tu lis un bouquin contemporain d’un auteur français en général ça va, mais si tu décides de t’emparer de la littérature japonaise au 16e siècle, bon courage. Entre l’époque qui est différente et la culture, tu vas passer plus de temps à chercher les expressions en japonais qui sont pas traduites dans le livre et à comprendre les us et coutumes de l’époque qu’à suivre l’histoire.

Mais comme dirait Arlette Laguiller « la lecture est une bonne façon de s’enrichir sans voler personne”. #cestprofond