Autant un extincteur c’est vachement pratique en cas d’incendie, autant une extinction c’est vachement mortel en cas de vie sur terre. En ce moment on entend de plus en plus parler de 6e extinction de masse et ça donne mauvais au goût à ce mojito bu à la paille en terrasse chauffée. Du coup, on vous propose un petit retour historique sur les grandes extinctions de masse, même si leurs périodes et leurs causes sont sujettes à débat chez nos copains les paléontologues rapport au fait que personne n’a pensé à nous écrire de journal intime à l’époque pour nous raconter un peu comment ça s’est passé. Pas très sympa.

1. L'extinction de l'Ordovicien

YOUHOU y’a quelqu’un ? On est il y a 445 millions d’années. A cette époque, y’a sonne-per sur terre tout le monde fait la teuf dans les océans. Le souss c’est que d’un coup, la terre s’est gelée le derche et le niveau des océans a baissé tout en se glacant massivement (du moins c’est ce qu’on suppose).

On émet ainsi l’hypothèse de 86 % des espèces marines auraient disparu dans ces conditions peu propices à la bronzette. Didiou, heureusement qu’on n’était pas là à l’époque parce que je vous raconte pas comment on se serait lâché sur le chauffage électrique. Bref les espèces disparues sont des vieux bullots dégueu genre céphalopodes primitifs ou ostracodermes, clairement des bestiaux qu’on n’aurait pas voulu avoir en animal de compagnie donc NO REGRET. Déso pas désoooo.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown author

2. L'extinction du Dévonien supérieur

Là encore 75 % des espèces marines auraient passé l’arme à gauche (pour ceux qui se battent contre le commerce des armes à feu c’est plutôt une bonne nouvelle). En revanche on sait pas trop ce qui s’est passé parce qu’il n’y avait pas encore de feed Instragram à l’époque (c’était il y a entre 380 et 360 millions d’années, Michel Drucker était même pas encore né je vous raconte pas le doss’). Possible qu’ils se soient pris un astéroïde ou une bonne canicule ou que quelqu’un ait encore oublié d’éteindre le gaz avant de partir et que la première tortue dévonienne qui s’est allumée une clope a tout fait péter. Mais bon, tout ça reste encore à l’état d’hypothèse (surtout sur la question des tortues fumeuses).

3. L'extinction du Permien-Trias

POPOPO celle là, elle a tout cassé. Je vous jure, si un jour vous arrivez à voyager dans le temps, faites bien gaffe à pas vous gourer dans vos calculs en allant entre 252 et 245 millions d’années en arrière (avant J.C) si vous ne voulez pas faire partie des 95 % des espèces marines et des 70 % des espèces terrestres à vous faire cuire le cul. Rendez-vous compte, même les moschops se font défoncer et vu leur tronche, toi tu n’aurais clairement eu aucune chance de survie.

Plus grave encore, les trilobites se font aussi terrasser. Et contrairement à une idée reçue due à leur nom, ils ne sont pas dotés de triple membre turgescent, et ne sont donc pas morts à cause de cette étrangeté qu’on leur prête injustement.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Dmitry Bogdanov

4. L'extinction du Trias-Jurassique

AAAAAh là ça commence à vous parler pas vrai ? Bah ouais normal, dès qu’il y a le mot « jurassique » on se sent tous pousser des ailes de paléontologues alors qu’on a juste des ailes de spielbergologue ce qui nécessite moins d’années d’étude.

Il y a environ 200 millions d’années, il se passe un truc assez ouf, un continent entier se fait la malle. C’est la Pangée (mais pas des pieds, LOL MDR HAHA LE RIRE). Alors forcément, ça fout le bordel, les volcans pètent à tout va et on se prend une charge de méthane et et CO² à faire pâlir les écolo de l’époque. Forcément c’est parti en réchauffement climatique de sa race des morts et tout le monde est mourru (du verbe mourrudre) : RIP les amphibiens, les arphosauriens, et autre œil de Sauron.

5. L'extinction du Crétacé-Paléogène

Eh bah non raté. Vous pensiez que c’était juste avant l’extinction des dinosaures ? EH NON. Nos potes les dino sont surtout dead de cette 5e extinction ultra récente puisqu’elle date d’il y a 66 millions d’années (c’était un mardi je crois). Bon là encore, on n’est pas sûr à 100 % des causes mais en gros, les gars se sont pris une météorite pas piquée des hannetons, des volcans en veux-tu en voilà, des incendies, des tsunamis bref ils ont bouffé l’équivalent d’un Fukushima puissance 10 tous les matins avant le p’tit dej alors forcément le t-Rex avait beau avoir des canines bien lustrées, il a fini par sentir le bacon grillé.

6. L'extinction de .... maintenant ! SURPRISE POUR LA FIN !!!!

Les extinctions c’est comme les enfants, quand c’est les nôtres on n’est jamais objectif ! En effet, vu qu’on a le nez en plein de dans c’est pas évident de voir à quelle sauce on va être mangés et les mouches reptiliennes sauteuses qui peupleront la terre dans quelques millions d’années se demanderont certainement qui étaient les pauvres nazes à se la péter autant alors qu’ils sont restés même pas trois minutes sur la planète les gros boloss. Toujours est-il que depuis 13 000 ans, on est dans l’ère de l’Holocène, et certains scientifiques parlent même d’Anthropocène, qui se caractériserait par la colonisation de la planète par ces chameaux d’humains. Bon sur la question de l’anthropocène, le concept n’est pas approuvé par toute la communauté scientifique, et il y a débat sur les dates qui délimitent la période. On date plus souvent l’anthropocène à la fin du XIXe et donc au début de l’ère industrielle.

En gros, on a tout déglingué sur la planète à force de pomper les ressources naturelles et de buter tout le monde. Résultat des courses, ça chie dans la colle (et donc pour nous). Toutes les espèces meurent à vitesse grand V. A ce rythme-là on pourrait bien causer la disparition des 70 % de la totalité des espèces d’ici la fin du siècle. Kikoo la 6e extinction de masse ! Et donc bah forcément si tout le monde meurt, il y a fort à parier pour qu’on galère un peu à survivre (perso, sans côte de bœuf, je peux tenir 2 heures max).

Et toi, avec quelle extinction de masse aimerais-tu partir en vacances ?

Si tu veux en savoir plus tu peux retrouver notre top sur les réponses aux questions qu’on se pose sur le dérèglement climatique, ou sur la théorie de l’effondrement.

Sources : Brut, Futura Science