Les règles concernent beaucoup de gens sur terre. A peu près une personne sur deux si nos calculs sont bons ce qui représente un chiffre assez conséquent. En toute logique 50 % des lecteurs de ce top se sentiront concernés et il se peut que ce soit des lectrices. TMTC quand tu as tes règles, tu expérimentes un certain nombre d’étapes de super lose mensuellement renouvelées.

1. La dépression : qu'est-ce qui m'arrive ? Pourquoi on vit, pourquoi on meurt ? Pourquoi je ris, pourquoi je pleure ?

Les règles ne sont pas forcément une torture pour tout le monde. Donc qu’on ne vienne plus nous dire qu’on est chiante parce qu’on a nos règles. Toutefois, si un chamboulement d’humeur se manifeste c’est surtout avant que les règles n’arrivent, c’est ce qu’on appelle le syndrome pré-menstruel. Ça ne concerne donc pas tout le monde mais ça peut donner lieu à un état dépressif. Sympa.

Source photo : Giphy

2. La surprise : OUPS "Eh merde j'ai pas de tampon"

A moins d’être une personne très organisée qui a eu la bonne idée de noter dans son agenda les dates exactes de survenue des règles, ou tout simplement à moins de prendre la pilule, tu ne sais jamais quel jour exactement ça va débouler. Et donc comme une connasse tu flingues ta culotte, ton pantalon ou ta jupe, tu galères à demander des tampons à la terre entière parce que tu vas quand même pas acheter une nouvelle boîte alors que tu as tout un stock chez toi.

3. La fatigue : adieu énergie et joie de vivre

Ça y est elles sont bien installées ces putes et tu commences à avoir quelques douleurs dans le bide. Si t’as de la chance et que tu n’es sujette à aucune douleur (comme moi, ouais allez y insultez-moi je m’en fous t’façon), dans ce cas tu peux te référer directement au point 5 qui te concernera forcément.

Source photo : Giphy

4. L'hémorragie : deux jours d'alerte rouge

C’est la phase sanguinaire intense. Tu perds des litres et des litres de sang par heure (mais en réalité tu ne perds que 50 à 150 ml sur une période de 3 à 6 jours, reste stable). Tu portes un tampon super flux + une serviette hygiénique + une culotte enveloppante + un jogging + une robe + un manteau + une écharpe (parce qu’il fait vachement froid dehors).

5. Les éboulements gastriques : ton corps ne répond plus de rien

C’est la totale débâcle dans les toilettes. Des giclées de sang et une semi diarrhée sans queue ni tête. C’est l’heure de la purge.

6. L'espoir déchu : quand tu penses que c'est fini et puis en fait non

Plus d’écoulements sanguins pendant quelques heures, voire une nuit, et c’est bon tu t’enflammes comme jamais, tu crois que t’as vaincu le concept de règles, tu te sens en pleine possession de tes moyens tu te la joues BALEK en mode sans tampon et sans serviette. Et puis c’est le drame. Tu flingues tes vêtements. Tu portes ta doudoune autour de la taille toute la journée et c’est pas ouf au niveau du style.

7. Le questionnement existentiel : pourquoi mon sang est devenu noir ?

Une phase bien étrange qui survient vers la fin de tes règles (youhou bonne nouvelle) mais qui te plonge souvent dans le désarroi. Ces pertes de sang noir seraient-elles le reflet de ton âme ?

Source photo : Giphy

8. Le bricolage : quand tu n'as plus assez de règles pour mettre un tampon mais que tu blindes quand même ta culotte de PQ pour pas prendre de risques

Parfois on se demande pourquoi on investit autant dans tes protections hygiéniques alors qu’un bon rouleau de papier toilettes double épaisseur, c’est quand même ce qu’il y a de plus beau.

9. La crainte : est-ce que c'est vraiment fini ? Est-ce que je peux porter ce pantalon blanc sans m'exposer à un risque majeur ?

A ce stade généralement tu peux être victime d’une certaine forme de névrose à force de craindre de repeindre de sang tout meuble sur lequel tu pourrais t’asseoir.

10. Le deuil : adieu petites culottes originellement blanches

Tu le savais pourtant que c’était con d’acheter de la lingerie blanche. On prend pas de risques on prend du noir ou du rouge point final.

Source photo : Giphy

11. La reconstruction : c'est bon c'est fini, le moment est passé, tu dois désormais réapprendre à vivre en harmonie avec la cuvette des toilettes

Jusqu’au mois prochain.

12. L'amertume : quand tes règles ne viennent pas et qu'en fait tu es enceinte et que le père il veut pas prendre ses responsabilités alors tu te retrouves à devoir te prostituer pour survivre

Les boules, les glandes, les crottes de nez qui pendent !

Source photo : Giphy

Allez, on se met en règle. MDRR JUSKO SANG.