Formule un peu bâtarde s'il en est (pas vraiment groupe, mais plus artiste solitaire), le duo a pourtant donné de riches heures au rock et à tous ses succédanés. Il faut dire que tout peut s'envisager en duo : duo familial (Madame et Monsieur, Papa et Fifille, Frérot et Soeurette...), duo avec deux membres de même valeur ou avec un leader et un faire-valoir, duo se cachant sous un nom de groupe ou duo s'appelant Machin et Bidule... Le duo est flexible, le duo est pragmatique, le duo est moderne... Bref, le duo est beau. Le duo, il vous en faut (si c'est pas bien vendre son top ça). La preuve avec les 10 duos de légende de la musique, où il sera question d'amour, de voyages mais aussi de violence et de sexe. De la vie, en somme.

  1. The Everly Brothers : vrais frères, vrais pionniers du rock'n'roll, inspirateurs des Beatles, et bien évidemment de Simon and Garfunkel, Don et Phil ont enchaîné les tubes à la fin des années cinquante, et au début des sixties, avant d'être chassés par la british invasion. Le parfait complément pour le visionnage en amoureux d'une comédie romantique se déroulant à Central Park (pléonasme).
    Titre à écouter : le si triste (et donc bien nommé) So Sad (To Watch Good Love Go Bad)
  2. Simon and Garfunkel : un des duos les plus célèbres de l'histoire, même si Art Garfunkel était surtout là pour faire le nombre, le vrai génie se cachant derrière les traits particulièrement quelconques du petit Paul (n'est pas Jim Morrison qui veut). Le parfait complément pour le revisionnage en amoureux d'une comédie romantique se déroulant à Central Park (pléonasme).
    Titre à écouter : l'inévitable Sound of Silence (faut quand même être balèze pour intituler une chanson comme ça).
  3. Roberta Flack and Donny Hathaway : le plus beau duo de la Soul musique, devant Otis et Carla, Marvin et Tammi, ou Sam et Dave (on n'exagère pas). Soit l'alliance d'une des voix les plus émouvantes de la création, autant qu'Aretha, ou Diana (on vous jure on n'exagère pas), et un compositeur/interprète égal à Stevie ou à James (puisqu'on vous dit qu'on n'exagère pas). Le parfait complément d'un week-end en amoureux à Etretat (je sais pas pourquoi Etretat, c'est venu comme cela).
    Titre à écouter : le toujours sans réponse Where is the Love ?
  4. The White Stripes : évidemment la petite Meg ne valait pas grand-chose face à la furia de son mari-frère Jack, mais le duo tricolore avait un son bien à lui, et nous laisse un peu orphelin depuis début février. Le parfait complément d'un road trip entre potes en Alabama ou dans le Mississipi, ou dans le Nevada... Bref dans un état américain qui semble n'être destiné à rien d'autre qu'à un road trip.
    Titre à écouter : vous savez lequel, et vous l'avez trop entendu.
  5. Les Rita Misouko : rarement groupe français fut si inventif, créatif, génial. Les Rita manquent. Rien de plus à dire.
    Titre à écouter : tout
  6. Daft Punk : Lles mecs qui se déguisent en aspirateur Dyson, sont devenus quand même un peu prévisibles : il aurait quand même été plus drôle et moins cliché de les voir faire la bande originale du Discours d'un roi, que celle de Tron. Mais ils demeurent notre seule petite fierté nationale depuis que plus aucun français ne se tape une Desperate Housewives. Le parfait complément d'une soirée à frapper son ordinateur, parce que la hotline de votre fournisseur d'accès ne répond pas.
    Titre à écouter : le tout-est-dans-le-titre Harder Better Faster Stronger
  7. Ike and Tina Turner : ok, Monsieur a battu Madame, et visiblement il l'a forcé à faire des choses que même une starlette de la télé-réalité bourrée (d'alcool hein ?) hésiterait à faire en prime-time sur TF1. Mais Ike Turner l'interprète de Rocket 88, une des deux ou trois personnes qui pouvait, sans que cela ne fasse sourire, prétendre avoir engendré le rock, n'a jamais eu meilleure période qu'avec sa diablesse d'ex-femme. Le parfait complément pour une nuit d'ivresse (pas d'alcool, hein ?).
    Titre à écouter : l'autobiographique Nutbush City Limits
  8. Suprême NTM : les frères ennemis sancto-dionysiens (vous chercherez. Cela vous cultivera. Parce qu'à surfer au bureau pour lire des tops, autant apprendre quelque chose et par soi-même en sus) ont remarquablement montré lors de leur reformation, qu'ils restaient les maîtres incontestés du rap hexagonal. Le parfait complément pour une promenade nuptiale en gondole sur le grand Canal. Non ?
    Titre à écouter : le (espérons) prémonitoire Back dans les bacs
  9. Richard and Linda Thompson : le temps de six albums, Richard Thompson (le plus fantastique guitariste qui soit) et sa première femme Linda ont réalisé dans l'indifférence la plus complète, la plus belle musique qu'on puisse imaginer, en montrant ce que signifiait littéralement folk music. Si ce top doit servir à quelque chose qu'il permette de (re)découvrir le plus parfait complément à...une bonne journée
    Titre à écouter : le qui-donne-un-sourire-niais-quand-on-l-écoute I Want To See The Bright Lights Tonight.
  10. A vous de choisir : Outkast, Air, Sam and Dave, Marvin Gaye et Tammi Terrel, The Righteous Brothers, The Black Keys, Sonny and Cher, Lee Hazlewood and Nancy Sinatra, Isobel Campbell and Mark Lanegan, Otis Redding and Carla Thomas, The Kills, ...

Et vous, vous pensez à quel duo ?

crédits photo (creative commons) : Eddie Mallin