On ne vous l’apprend pas, 2017 c’est l’année de l’élection présidentielle. En mai prochain, on aura un ou une nouvelle présidente de la république. D’ici là, on ne va pas s’interdire de parler plus ou moins bien de politique. 2017 ça se passe sur TOPITO.

Top partenaire [?]

Depuis plusieurs jours, un tract fabriqué par le FN met en avant les supposés points communs entre les programmes de Mélenchon et de Le Pen de manière à convaincre ceux qui ont porté leurs suffrages sur le candidat de la France Insoumise de voter pour Marine Le Pen au deuxième tour. Nous ne sommes pas là pour donner des consignes de vote, mais il est important de comprendre que, si les propositions du FN et de FI convergent parfois en matière économique, les différences entre les deux programmes sont beaucoup plus nombreuses que leurs points communs.

1. L'idéologie directrice

C’est important à comprendre. Si certaines mesures entre les programmes de Mélenchon et celui de Marine Le Pen peuvent sembler proches, l’esprit dans lequel elles sont proposées diffère entre les deux candidats. Le Pen propose un cadre de pensée tourné vers la préférence nationale et la nation française quand Mélenchon a une approche internationaliste et humaniste. Ce n’est pas un jugement de valeur, ce sont les mots mêmes utilisés par les candidats. Pour faire simple, Le Pen installe ses propositions dans le cadre d’une charité bien ordonnée qui commencerait par soi-même quand Mélenchon avait organisé son programme dans une logique d’ouverture aux personnes ne disposant pas de la nationalité française. C’est une différence fondamentale.

2. L'Europe : une vision anti-européenne (Le Pen) contre une vision pro-européenne mais anti-libérale (Mélenchon)

Marine Le Pen veut organiser un référendum afin de savoir si les Français veulent ou non sortir de l’UE, dans le but de rendre « au peuple français sa souveraineté ». Elle ne doute pas de l’issue de ce référendum et table sur une sortie de l’euro pour relancer la croissance. Pour elle, la coopération européenne doit se faire dans le cadre d’une Europe des nations indépendantes.

Jean-Luc Mélenchon s’est quant à lui toujours défini comme pro-européen mais regrettait l’inflexion libérale prise par l’Europe. Mélenchon ne visait pas la sortie de l’Europe, mais des traités qui la régissent actuellement, par la renégociation de ceux-ci avec les partenaires au niveau de l’Union. En cas d’échec, il aurait été question de sortir des traités, sans pour autant sortir directement de l’Europe ou de l’espace Schengen, espace qu’il souhaitait renforcer en assurant une libre-circulation pleine et entière sur le territoire des pays membres.

En clair, Mélenchon approuve l’idée européenne et la libre-circulation des personnes, mais il veut éviter la concurrence économique entre les pays de l’UE. Le Pen, en revanche, est opposée à l’idée d’Europe en ce qu’elle est contraire à sa vision de la souveraineté nationale et rejette l’idée de libre-circulation des biens et des personnes.

3. Le protectionnisme : la préférence nationale (Le Pen) contre l'harmonisation sociale (Mélenchon)

Le corollaire de cette vision de l’Europe est la position de l’ex-candidat et de la qualifiée pour le second tour sur le protectionnisme.

Jean-Luc Mélenchon se positionne pour une harmonisation fiscale et sociale (niveau du SMIC, système d’imposition) au niveau européen pour éviter tout dumping social en prenant comme base de calcul le mieux-disant pour les salariés et les citoyens.

Marine Le Pen, elle, souhaite mettre en place une préférence nationale de manière à favoriser les Français au détriment des étrangers. Elle ne se positionne pas sur les questions d’harmonisation au niveau européen, puisqu’elle rejette de toute façon l’Europe.

4. La réforme des institutions : une VI° république parlementaire (Mélenchon) contre la V° renforcée (Le Pen)

Alors là, il n’y a aucun rapport. D’un côté Mélenchon voulait mettre en place une VI° république d’inspiration parlementaire (plus de pouvoir au parlement et aux citoyens, moins au pouvoir exécutif) ; de l’autre, Marine Le Pen compte renforcer les pouvoirs du président en revenant au septennat (unique) et en maintenant l’équilibre des pouvoirs.

La question de la mise en place de la représentation proportionnelle était traitée par Mélenchon et par Le Pen, mais là où Mélenchon voulait mettre en place une proportionnelle intégrale (5% des électeurs donneraient 5% des sièges), Le Pen souhaite accorder une prime majoritaire de 30% des sièges à la liste arrivée en tête des élections. Cela n’a donc aucun rapport.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon voudrait accorder le droit de vote aux étrangers non-résidents de l’UE aux élections locales quand Marine Le Pen se prononce tout à fait contre.

5. L'écologie : planification et sortie du nucléaire (Mélenchon) contre renforcement du nucléaire (Le Pen)

D’après la plupart des associations impliquées sur les questions environnementales, le programme de Jean-Luc Mélenchon était probablement le plus abouti sur la question écologique. Mélenchon envisageait de mettre en oeuvre une planification écologique et de privilégier les circuits courts et les productions locales dans la commande publique. Marine Le Pen n’évoque pour ainsi dire pas du tout ces questions.

Par ailleurs, le programmme de la France Insoumise visait la sortie du nucléaire à court-terme, alors que Marine Le Pen souhaite renforcer l’industrie nucléaire en France.

6. Le travail : travailler moins pour gagner plus (Mélenchon) contre travailler pareil pour gagner pareil (Le Pen)

Jean-Luc Mélenchon articulait son programme social sur trois axes : 32 heures hebdomadaires, partage du temps de travail, augmentation du SMIC de 16%, majoration substantielle des heures supplémentaires au bénéfice des salariés.

Marine Le Pen, elle, se prononce pour les 35 heures mais envisage leur assouplissement dans certaines branches, qui pourront fixer elles-mêmes la durée des travail des salariés qui dépendent d’elles. Le Pen a une approche proche de celle des Républicains en proposant la défiscalisation des heures supplémentaires au bénéfice des salariés mais surtout des entreprises afin d’encourager leur mise en oeuvre.

Enfin, Mélenchon souhaitait mettre en place un pacte social en limitant les écarts de rémunération de 1 à 20 au sein d’une même entreprise, ce que n’envisage pas Marine Le Pen.

 

7. L'imposition : refonte du système fiscal (Mélenchon) contre aménagement de l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes, y compris supérieures (Le Pen)

Le programme de Marine Le Pen prévoit une baisse de 10% de l’impôt sur le revenu jusqu’à 152.260 euros de revenus net annuel.

Mélenchon, lui, envisageait une refonte du système fiscal englobant la CSG pour créer 14 tranches d’imposition afin de taxer davantage les riches et de soulager les foyers modestes. Sa réforme aurait profité essentiellement aux classes moyennes inférieures.

8. Les revalorisations des retraites : revalorisation sans condition (Mélenchon) contre revalorisation avec préférence nationale (Le Pen)

Sur les retraites, Le Pen comme Mélenchon visaient une revalorisation des petites pensions et du minimum vieillesse. Sauf que Marine Le Pen conditionne l’accès au minimum vieillesse à la détention de la nationalité française ou à 20 ans de résidence en France. Encore un exemple de préférence nationale, puisque les étrangers qui, actuellement, en bénéficient, perdraient l’accès à cette aide sociale.

9. Le rapport à la nation : acception ouverte (Mélenchon) contre acception fermée (Le Pen)

Jean-Luc Mélenchon est pour le droit du sol, pour le maintien de l’aide médicale d’Etat aux clandestins, pour une amélioration des conditions d’accueil des demandeurs d’asile et contre la déchéance de nationalité en cas d’intelligence avec l’ennemi terroriste de citoyens binationaux.

Marine Le Pen est en tout point opposé à ce programme : elle souhaite supprimer le droit du sol pour ne permettre la transmission de la nationalité française que par le droit du sang, supprimer également l’aide médicale d’Etat aux étrangers en situation irrégulière, appliquer la déchéance de nationalité et réduire au maximum le droit d’asile. Marine Le Pen est également pour un durcissement drastique des quotas migratoires.

10. Société : une vision libérale (Mélenchon) contre une vision conservatrice (Le Pen)

Mélenchon est favorable au maintien du mariage pour les couples homosexuels et souhaiterait légaliser l’usage du cannabis. Marine Le Pen veut au contraire transformer le mariage pour tous en PACS revisité et durcir la répression pénale en matière d’usage de tous les stupéfiants.

11. Justice : désengorger les prisons (Mélenchon) contre durcir la réponse pénale (Le Pen)

Pour Jean-Luc Mélenchon, la prison n’est pas adaptée à tous les condamnés et l’état actuel des prisons françaises ne permet pas de réhabiliter les détenus. Il souhaite donc développer des peines alternatives à la prison pour désengorger les maisons d’arrêt et favoriser la réinsertion.

Marine Le Pen, en revanche, souhaite que la prison soit une réponse plus systématique à la délinquance et construire en ce sens davantage de places, non pour améliorer l’accueil des prisonniers, mais pour en accueillir davantage.

Bref, ce n’est VRAIMENT pas la même chose.

Source : Le Monde