Difficile de ne pas être irrité par ce rituel qui consiste, au terme d'un match, à attraper un joueur dégoulinant de sueur pour recueillir ses impressions à chaud devant un panneau maculé de logos publicitaires qui se trouvait là par un heureux hasard. Mais tout semble indiquer que cette pratique gonfle encore davantage les intéressés qui répètent inexorablement, quelle que soit la question, les mêmes âneries, comme pour montrer l'absurdité du système. Un genre de rebellion contre le foot-business. Parce que, soyons clairs, on ne peut pas prononcer l'une des ces 10 banalités en le pensant vraiment.

  1. "L'important, c'est les trois points" : 1er commandement du footballeur, consciencieusement répété par Zidane au terme d'un match amical de l'équipe de France au micro de TF1...
  2. "On prend les matchs les uns après les autres" : Non, parce qu'au début, on voulait les jouer tous d'un coup, mais c'était vraiment le bordel. Le footballeur, c'est un mec qui vit sa vie au jour le jour, un hédoniste qui jouit seulement du présent. "No future."
  3. "Il y a des matchs où la réussite n'est pas au rendez-vous" : Ouais... Et puis il y a des matchs où tu es nul aussi, André-Pierre.
  4. "Il faut tout de suite se concentrer sur le match de samedi" : Le cerveau du footballeur exige parfois jusqu'à 7 jours de concentration intense pour un match d'une heure et demie.
  5. "Le bloc-équipe est bien en place" : Voila qui ressemble salement aux boniments d'un mécanicien qui s'apprête à nous embrouiller pour nous facturer au delà du raisonnable. Ce match, c'était une vraie purge sans occases, dis le franchement. Je t'en mettrai du "bien en place" moi.
  6. "On avait à coeur de faire un bon match" : Comment ça se passe ? Y'a un vote ? "Bon les gars... qui veut faire un bon match ? Ok... et qui veut faire un match pourri ? Ok... Sammy... Apoula... Le "bon match" l'emporte à 11 contre 2."
  7. "Un match, ça dure 90 minutes" : Prononcée en général à la mi-temps au micro de "l'homme de terrain" et permettant de rappeler quelques points élémentaires du règlement. Le foot se joue avec les pieds. C'est celui qui marque le plus de buts qui gagne. Et à la fin y'a une interview pourrie. Amen.
  8. "L'Angleterre, c'est un football qui me correspond" : prononcée à partir du mois de mars jusqu'au dernier jour du mercato. En tout cas c'est ce qu'on se disait avec mon banquier, Wigan ou Sunderland, c'est carrément le jeu qui me fait rêver. Et le projet sportif aussi. Sur ce, je vous laisse je vais m'acheter une grosse voiture qui me correspond.
  9. "L'objectif, c'est d'accrocher une place européenne" : Et comme ça, la saison prochaine, les joueurs de l'équipe réserve pourront cumuler des miles et faire des voyages linguistiques. Et ça permet de déconner sur le troisième maillot.
  10. "On peut avoir des regrets, il y avait la place de faire quelque chose ce soir" : Idéal quand on est une équipe française en Coupe d'Europe. C'est vrai que si on prend pas ces deux pions dans le premier quart d'heure et qu'on parvient à s'approcher de leur moitié de terrain, oui, on peut espérer quelque chose. Les meilleurs atouts des équipes françaises, ce sont les "si...".
  11. (Bonus) "J'emmerde tout le monde" : Finalement, c'est Yohann Mollo qui est le plus honnête. Pas la peine d'apprendre des phrases toutes faites, laisse parler ton coeur, bonhomme.

Et vous, d'autres réactions d'après match qui vous ont ébloui par leur contenu informatif ?

Crédits photo (creative commons) : Rusty Sheriff