Crédits photo (creative commons) : Chi King

On l'avait dit pourtant : nous ne laisserons pas la dette à nos enfants ! Bon, c'est raté, et aujourd'hui, il faut expliquer à ces mêmes enfants comment on s'est débrouillés pour se retrouver dans cette crise économique. Et plus on explique, plus on sent leur regard peser, l'air de dire "mais comment on peut être aussi con?". C'est pour ça qu'on ne voulait pas leur laisser le poids de la dette, parce qu'il faudrait un jour leur expliquer qu'on n'a pas été brillant. La preuve.

  1. Les plans d'aide à la Grèce : les Grecs, tu sais, c'est pas des gens très raisonnables... Pendant longtemps, ils ont emprunté beaucoup d'argent à des banques, et aujourd'hui, on pense qu'ils ne pourront plus rembourser. Alors pour les aider, on leur prête encore plus d'argent et on leur met plein de taxes qui les empêchent d'acheter des choses et de gagner de l'argent. Quoi?... oui, tu as raison, c'est complètement idiot, et ça ne marche pas du tout. Mais on n'a pas trouvé mieux.
  2. Le sauvetage des banques : tu sais, une banque c'est un endroit où tout le monde va poser son argent. Et cet argent, ben après elle le reprête à des gens. Ça s'appelle de l'investissement. Comme toi quand tu prêtes une bille à un copain à la récré parce qu'il te dit qu'il peut en gagner une autre, et tu le crois parce qu'il joue bien. Mais s'il perd, tant pis pour toi, tu ne peux pas demander ni à ta maîtresse ni au gouvernement de te rendre ta bille. Quand les banques font n'importe quoi, ben c'est ton papa et ta maman qui doivent les aider. Ca s'appelle la "mutualisation" des pertes. Quand elles gagnent? Ah non, elles gardent tout pour elles. La "mutualisation des bénéfices", ça n'existe pas. Donc oui, c'est plus facile de perdre des billes que d'en gagner.
  3. La politique monétaire américaine : tu te rappelles quand on était à Disney et que ton frère a vomi ? C'était les Etats-Unis ce pays, celui qui fabrique les M&M's, oui. Et ben dans ce pays, quand ils n'ont plus d'argent, ils en fabriquent plein. Alors plus ils en fabriquent, moins leur monnaie a de valeur. Comme toi quand tu as trop de jouets, t'y fais moins attention. Mais comme ça aux Etats-Unis, les produits qu'ils fabriquent sont moins chers. Mais comme nous, en Europe, on n'a pas le droit de faire ça parce qu'un chef, "Mr Trichet", a dit que ce n'était pas bien. Les Américains nous disent eux que ce sont les Chinois qui font ça, et que c'est à cause d'eux que c'est la crise. Les Etats-Unis, c'est jamais leur faute au fond.
  4. La "règle d'or" : nan t'emballe pas, c'est pas le trésor d'Ali Baba, elle n'est pas "vraiment" en or cette règle là. C'est plutôt un truc pour faire croire qu'on est capable de faire quelque chose quand ça va mal. Exemple: si je te donne 10 euros d'argent pour acheter des bonbons et que je te dis "tu peux dépenser 10,3 euros et t'endetter à hauteur de 6 euros auprès du confiseur pour respecter les critères de Maastricht", déjà, c'est bizarre hein ? Mais si tu dépenses 11 euros et que tu me demandes d'instituer une "règle d'or", là, je te dirais que tu n'es pas un bon gestionnaire et que je ne voterai pas pour toi comme président. Et t'auras plus jamais de bonbons. Si t'as rien compris, c'est pas très grave non plus.
  5. Le plan fiscal d'austérité : ça va très mal dans le monde, on est presque tous pauvres. La France, comme ta mère, a besoin de faire des économies: faudrait dépenser moins. Mais le problème, c'est que le gouvernement, les chefs, ne veulent surtout pas se fâcher avec les électeurs qui pourraient ne plus voter pour eux et aller voir les gens de la gauche ou d'autres, plus méchant. Mais toi, comme t'es pas encore électeur, le gouvernement s'en fout de ton avis. Donc il veut te taxer sur les sodas, Coca et Orangina compris, et sur les parcs d'attractions pour améliorer ses finances. Comme ça, tu comprends que c'est important le droit de vote, pour ne pas toujours être le bouc émissaire. Sinon, c'est toujours toi qui perds.
  6. Le Fonds Européen de Stabilité Financière : quand un pays de l'Europe n'a plus d'argent, et que des banques lui demandent de payer ce qu'il doit, il y a ce qu'on appelle chez les grands un "défaut de paiement". Avant, quand ça arrivait, c'était tant pis pour la banque, quand on prête de l'argent contre des intérêts, on prend un risque c'est comme ça. Mais maintenant, grâce à nouveau truc qui s'appelle donc le Fonds Européens de Stabilité Financière, (retiens pas le nom, c'est pas grave), les banques peuvent continuer à gagner de l'argent sur le dos de pays ruinés. Parce que les autres pays européens, et nous aussi, disent "Allez y, faites vous plaisir, on est derrière...". Même si nous comme les autres on est presque tous aussi endettés. C'est vrai quand on est plusieurs et soudés, ça rassure. Mais avant de promettre ton dessert à la cantine en cas de problèmes, assure-toi d'en avoir toujours un.
  7. Les titres "toxiques" : prêter un jouet c'est sympa, mais prêter un jouet tout pété en le cachant et sans le dire, c'est moche. Les banques, elles font ça. Quand une banque a prêté de l'argent à un Américain et qu'elle sait qu'elle n'en reverra pas la couleur, qu'est ce qu'elle peut faire ? Et bien c'est ça, tu as trouvé, elle peut mélanger ce jouet/dette pourrie avec d'autres jouets/dettes tout neufs. Ca s'appelle les obligations d'état, et elles les remettent sur le marché financier avec une super note, AAA qui veut dire que c'est un super jouet et qu'il faut l'acheter, et pas des bâtons merdeux comme en vrai. Bien joué mon fils, t'as compris : méfie toi des jouets trop brillants.
  8. Les agences de notation : tu sais, à l'école, ton professeur il te met des notes, pour dire si tu as travaillé sérieusement. Et bien ces agences, c'est un peu comme si ton professeur, il avait fait passer dans la classe supérieure tous les plus nuls jusqu'en 2008, et que maintenant il disait "le niveau baisse, c'est n'importe quoi, je vais faire redoubler tout le monde". Si ton professeur faisait ça, il devrait s'expliquer devant l'inspecteur d'Académie. Les agences de notation, non.
  9. L'effondrement de la Bourse : on a un repère, comme un thermomètre mais pour l'argent, qui s'appelle le CAC 40. Et il a perdu dernièrement la moitié de sa valeur... Si c'est grave ? Et ben... oui! bien sûr... Tu as raison, il y a toujours de la viande au supermarché, y'a une nouvelle saison des Simpsons, le soleil se lève encore tous les matins, et on a de quoi se faire à dîner ce soir... Donc peut-être que tu as raison, et que ce n'est pas aussi grave que ça finalement.
  10. Les raisons profondes de la crise : pourquoi c'est la crise mon petit ? Et bien... il y a toujours du pétrole... il n'y a pas plus de guerres que d'habitude... il n'y a pas eu d'hiver particulièrement rugueux, ni d'attaque extraterrestre... Non, c'est juste que tout le monde se dit "tiens lui, je lui ai prêté du pognon... je me demande si il va me le rendre un jour" et qu'il en est de moins en moins convaincu. Et ça fait près de 3 ans que ça dure. Ça s'appelle une crise de confiance. Et la confiance, c'est ce qui est le plus important dans l'économie ! T'inquiètes, mois je suis ton père, tu ne dois même pas te poser la question, moi je serai toujours là. Mais ça t'embête si ton argent de poche de cette semaine, je te le donne la semaine prochaine ?

Et vous, vous avez trouvé les mots pour expliquer à vos enfants qu'ils n'auront pas de retraite et qu'ils seront quelques-uns à être propriétaire à 60-65 ans si tout va bien ?