Comme tout le monde, vous avez dû un jour tomber sur une série TV type les Experts où une brigade de la police scientifique zoom sur des images et dissèque des insectes pour résoudre un meurtre. Souvent caricaturée et simplifiée, la science est pourtant une alliée de poids dans les enquêtes policières, mais cela n'a pas toujours été le cas. Napoléon, Dianes de Poitiers ou même Ramsès III, tous ces personnages historiques ont en commun l'alliance des policiers, des scientifiques et des spécialistes en tous genres, parfois des millénaires plus tard, pour déterminer les causes exactes de leur mort. Dans un dossier très complet, le magazine Science & Vie revient sur 10 crimes historiques élucidés par la science, 10 cas que nous avons décidé de vous présenter ici. Prenez votre loupe et votre kit du petit chimiste, on se lance.

  1. Charles XII de Suède : la bastos inconnue
    Charles XII était un jeune roi suédois qui a passé le plus clair de son temps à faire la guerre contre une coalition de pays frontaliers bien décidés à profiter de son inexpérience pour lui mettre à l'envers et récupérer quelques terres. Lors d'un siège, alors qu'il visite une tranchée, il se prend une balle en pleine tête et s'effondre. Aujourd'hui encore on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé, mais la balistique et plusieurs exhumations et analyses du corps ont permis de dire ce qui ne s'était pas passé : vue sa trajectoire, il est impossible que la balle provienne du camp danois, bien trop éloigné, mais bien de son propre camp, ce qui est pourtant la thèse officielle. Aujourd'hui, une équipe réclame une nouvelle exhumation du cadavre momifié afin de rechercher des fragments microscopiques du projectile dans le crâne du roi défunt, ce qui permettrait d'en savoir plus sur la provenance du tir et l'identité du tireur. Prends ça JFK.

    1
    Crédits photo (creative commons) : Ynnox
  2. Mad Bomber : le profiling
    Le Mad Bomber est un homme qui pendant 17 ans a posé une trentaine de bombes dans New-York, sans jamais tuer personne mais en blessant plusieurs et en installant un climat de crainte chez les New-Yorkais. Face à l'impasse dans laquelle se trouvait la police, et comme les rédactions de journaux continuaient à recevoir des lettres anonymes du Bomber, le préfet de police décide de sortir des sentiers battus. La police demande de l'aide au docteur James Brussel, psychiatre et criminologue. Celui-ci va dresser un portrait ultra-précis du terroriste grâce à différents indices, il ira même jusqu'à prédire comment l'homme serait habillé lors de son arrestation, qui eut finalement lieu en 1957. Pour la première fois, on venait d'arrêter un homme grâce au profilage. Docteur Brussel > Docteur House.

    2
    Source photo : mentalfloss
  3. Jack l'Eventreur : le rendez-vous raté
    En 1888, un homme tue des prostituées trouvées dans les bas-fonds de Londres. Cet homme n'hésite pas à narguer la police en envoyant plusieurs lettres dans lesquelles il se surnomme "Jack l'Eventreur". Malheureusement à l'époque, les méthodes d'enquêtes scientifiques sont balbutiantes voire inexistantes et l'affreux jojo ne sera jamais attrapé. Ce n'est que bien des années plus tard que plusieurs analyses seront effectuées sur le papier des lettres ou sur l'ADN derrière les timbres. Le papier correspond à celui utilisé par un peintre, Walter Richard Sickert, l'ADN derrière les timbres serait en revanche celui d'une femme. Peut-être celui de Mary Pearcey, une sage-femme exécutée après avoir égorgé la maîtresse de son mari. Ne manque plus qu'une exhumation des 2 suspects pour confirmer tout ça, mais on attend toujours. A tous les coups, Jack court toujours.

    3
    Portrait de Walter Sickert, soupçonné d'être Jack l'Eventreur

    Crédits photo (creative commons) : George_Charles_Beresford

  4. Charnier de Herxheim : on se fait un barbeuk ?
    1996, à Herxeim, en Allemagne. Un site de fouille archéologique est ouvert avant d'autoriser la construction d'une zone industrielle. Une équipe d'archéologues découvre les vestiges de ce qui ressemble étrangement à une immense fosse commune. Il s'agirait d'une peuplade nommée les Rubanées dont le village d'Herxeim devait accueillir une centaine de membres. On estime pourtant qu'un millier d'individus est enterré ici, les squelettes désarticulés et éparpillés. On pense d'abord à un lieu de culte servant de cimetière aux Rubanées de la région mais la violence subie par les os écarte cette hypothèse. Une étude minutieuse des ossements et des dents montre l'existence de griffures, de cuisson et de traces de mastication humaine, ce qui laisse penser à un rituel cannibale. Enfin, l'analyse du strondium dans les dents a permis aux chercheurs de déterminer l'origine géographique précise des victimes : un tiers d'entre-elles viendrait d'une peuplade montagnarde des Vosges qui serait devenue la proie des Rubané. Une source d'inspiration pour la deuxième saison "des Revenants" ?

    4
    Crédits photo (creative commons) : Kuebi
  5. Napoléon : l'Ogre empoisonné ?
    Parfois la science s'emmêle un peu les pinceaux, et Napoléon en sait quelque chose. Officiellement, il était mort d'un cancer de l'estomac à Sainte-Hélène le 5 mai 1821 et tout le monde était content. C'était sans compter sur cette foutue science. En 1961, une analyse d'une mèche de cheveux décèle la présente anormalement élevée d'arsenic. Plusieurs sur un empoisonnement possible (et ses raisons) vont fleurir durant de nombreuses années, jusqu'à ce que la science vienne de nouveau contredire cette version. Grâce à un accélérateur de particules, les cheveux sont analysés un par un et on constate que l'arsenic est réparti de manière anormale ne coïncidant pas du tout avec un empoisonnement mais plutôt par une contamination extérieure (et posthume) des cheveux. On attend donc la prochaine preuve de l'empoisonnement, qui se fait un peu attendre. "Yasser Arafat likes this".

    5
    Crédits photo (creative commons) : PHGCOM
  6. Les parapluies bulgares : Meurtre au pébrok
    Si la science n'a pas pu résoudre tout le mystère de l'affaire des parapluies bulgares, elle a tout de même tenu un rôle important dans ce qui demeure aujourd'hui encore un des faits d'espionnage les plus rocambolesques de l'après Guerre Froide. Le 7 septembre 1978, Georgi Markov, un dissident bulgare réfugié à Londres, est bousculé par un passant muni d'un parapluie qui s'enfuit dans un taxi. Toute la journée il se sent moyen et finit à l'hosto le lendemain avec de fortes fièvres. Septicémie, insuffisance rénale et...vomissement de sang. Et mort. Dans une petite plaie au niveau de la cuisse on retrouvera une bille en fer minuscule qui devait contenir le poison que les médecins furent incapable d'identifier). Il faudra étudier les anti-corps développés par un autre dissident bulgare lui aussi empoisonné mais qui s'en est sorti pour déterminer de quel poison il s'agissait : de la ricine. Qui a dit "Breaking Bad" ?

    6
    Source photo : novinite
  7. Ötzi : les Experts Chalcolithique
    Quand un couple de randonneurs découvre, le 19 septembre 1991, les restes momifiés d'un corps humain dans un glacier des Alpes, ils ne se doutent pas qu'ils viennent de tomber sur le plus ancien corps momifié jamais retrouvé : il a 5300 ans. Commence alors une enquête scientifique visant à déterminer qui était Ötzi (son petit nom), de quoi est-il mort, et pourquoi ici. Scanner, décryptage du génome, âge, inspection du contenu de son estomac etc. On inspecte aussi les pollen qu'ils transportait sur lui, on fouille ses vêtement, son sac à dos, rien n'est laissé au hasard. Résultat : Ötzi est un homme de 46 ans, sûrement chef ou chaman de sa tribu, qui avait mangé de la chèvre sauvage et du blé dur et qui aurait été tué par une flèche reçue par derrière, la tuile. On parvient même à déterminer que la flèche a sectionné une artère et que l'homme serait mort en moins de 30 minutes. Mais la science peut-elle aider à déterminer par qui Ötzi a été tué ? En analysant la pointe de flèche, des scientifiques italiens ont déterminé qu'elle était similaire à celles d'Ötzi et qu'il aurait donc été tué par des membres de sa tribu, sûrement par jalousie. Et voilà comment on élucide un crime datant de 5300 ans. Et qu'on sait qu'il faut se méfier de ses potes.

    7
    Crédits photo (creative commons) : Jacklee
  8. Diane de Poitiers : vieillesse dorée
    Diane de Poitiers, maîtresse et confidente de notre bon roi Henri II n'avait pas connu une fin bien romanesque. Recluse dans son château d'Anet après la mort du roi, elle décède à 66 ans (âge vénérable pour l'époque), loin du tumulte de la Cour. Mais en 2008, dans le cadre d'un programme universitaire sur les technique d'embaumement, un médecin-légiste français analyse une mèche de cheveux et constate qu'ils sont saturés en or, un poison autrefois très utilisé. En étudiant les os de la défunte, on constate aussi la présence d'or. Alors, empoisonnée Diane de Poitiers ? Ici ce n'est pas la science qui trouvera la réponse mais l'histoire. Dans les écrits d'un médecin contemporain de la comtesse, on apprend que "des bouillons composés d'or potable" pouvaient être administrés pour lutter contre le vieillissement. Connaissant l'obsession de notre duchesse pour la beauté (elle était réputée pour faire 20 ans de moins), l'hypothèse semble tenir. Diane serait donc bien morte empoisonnée...mais par elle-même.

    9
    Crédits photo (creative commons) : Ecole de Fontainebleau
  9. Ramsès III : complots et oreilles coupées
    Quand le pharaon Ramsès III meurt après 30 ans de règne sur la grande Egypte, son fils Ramsès IV monte sur le trône et organise immédiatement un immense procès lors duquel seront condamnés à mort de nombreux notables égyptiens, d'autres ont le nez et les oreilles tranchés. Le nouveau pharaon avait en effet découvert l'existence d'un complot visant à mettre un autre fils de Ramsès III sur le trône. Mais face à une telle sévérité, peut-on imaginer que le pharaon ne serait pas mort de causes naturelles ? Le complot aurait-il été mis à exécution ? Aucun document ne l'atteste. Intriguée, une équipe de spécialistes a décidé de se pencher sur la momie de Ramsès III en 2011, 3000 ans après sa mort. Au programme, des radios ainsi qu'une tomographie, des analyses génétiques, médico-légales, bref la totale. Et le résultat est incroyable. Sous le larynx, ils ont découvert une entaille longue et profonde jamais observée jusqu'alors et sans nul doute une blessure mortelle. Un autre élément confirme cette thèse de l'assassinat, une amulette de la forme d'un oeil d'Horus retrouvée dans la blessure et placée là par les embaumeurs. Ramsès III a bel et bien été assassiné.

    10
    Source photo : Le Monde
  10. John F. Kennedy : l'enquête bâclée
    Parfois, la science a beau se démener, elle ne parvient pas à trouver de réponse, et quand il s'agit du meurtre de la personne la plus importante du monde, c'est assez frustrant. Il ne faut d'ailleurs pas tout mettre sur le dos de la police scientifique ayant planché sur le sujet, mais bien blâmer les bâtons multiples qui ont été mis dans leurs roues. Après l'assassinat du président des Etats-Unis le 22 novembre 1963, et du présumé tireur, Lee Harvey Oswald 2 jours plus tard, l'enquête semble n'être qu'une succession de maladresse. L'autopsie de Kennedy qui aurait pu nous apprendre beaucoup de choses a été bâclée : Les agents des Services Secrets ont rapatrié illégalement le corps vers un hôpital militaire où l'examen du corps a été réalisé par des médecins militaires non compétents. La trajectoire des balles a par exemple été totalement ignorée. Les analyses d'enregistrement audio ont néanmoins permis de déterminer que 4 coups de feu avaient été tirés et, en analysant les échos différents, qu'ils n'avaient pas tous été tirés du même endroit. La théorie d'un deuxième tireur contredit donc la thèse officielle et sème le trouble sur une affaire déjà pas bien nette et qui ne risque pas de s'éclaircir.

    8
    Crédits photo (creative commons) : Walt Cisco

Et si ces affaires vous intéressent et que vous en voulez tous les détails, vous pouvez acheter le hors série de Science & Vie en suivant ce lien.

Source : Science & Vie