Devant un spectacle à chier, à un enterrement, pendant une rencontre primordiale pour la survie de votre boîte avec des clients, dans toute situation sociale qui prêterait à tout sauf à rire : c’est là que le fou rire survient. C’est là et pas ailleurs. Et il fout mal à l’aise. Et il gêne. Et il donne l’impression à celui qui en est victime qu’il est une très mauvaise personne. Ce qui n’est pas vrai. Enfin pas forcément, je ne sais pas, moi, j’imagine que les tueurs en série ont aussi des fous rires, parfois, mais dans ce cas j’imagine qu’ils tendent au sardonique. On peut pas faire rentrer les gens dans des cases comme ça, on n’est pas du bétail, on a un coeur, faut pas l’oublier bordel.

1. Eviter à tout prix de croiser le regard d'autres gens qui rient

Un fou rire peut se régler tout seul, mais il ne peut pas se régler quand on est deux à le subir. Impossible. Absolument impossible de se calmer si l’autre ne se calme pas et le jeu des vases communiquant peut durer des heures. Le mieux, c’est vraiment de s’isoler psychologiquement sans quoi on n’est pas sorti de l’auberge.

2. Penser à un truc déprimant

Même la mort de Chouki, ton cochon d’inde en 4ème, peut faire l’affaire. Sauf évidemment si Chouki portait des petites fringues mignonnes et ridicules ou savait faire des tours très amusants, comme danser la Lambada, par exemple.

3. Fermer les yeux, tendre les muscles

Fermer les yeux pour se couper de l’extérieur, tendre tous les muscles du visage pour contrôler les secousses et mettre ses mains devant sa bouche à la fois pour cacher son rire au monde extérieur et diminuer l’apport d’air immédiat de façon à fatiguer les muscles.

Source photo : Giphy

4. Respirer doucement

Et se concentrer sur sa respiration. Et sur Chouki en même temps. On s’oxygène doucement, dès qu’on sent que ça commence à retomber un peu. Parce que si tu t’oxygènes trop vite, le rire va reprendre le dessus. Il faut traiter le rire comme un hoquet, se relaxer, commencer à tout relâcher.

5. Se pincer ou se mordre la langue

C’est aussi une bonne technique pour distraire l’organisme. Tu te mords la langue jusqu’au sang ou tu te pinces très fort histoire de dire à ton corps qu’il y a des trucs plus importants à traiter que ce rire dingo déclenché par la vision d’un sketch tellement nul qu’il en devient hilarant de malaise.

6. Rire sans bruit

Il est possible de rire sans se faire entendre : une bonne technique dans une salle de spectacle, par exemple, mais pas dans un enterrement. Il suffit d’ouvrir sa bouche en grand et de laisser échapper les secousses de rire sans produire de bruit. Avantage : on se sent mieux ; désavantage : on a l’air d’un con.

7. Sourire fixement

Souriez fixement. Ca marche pour cacher votre rire. Essayez de donner à votre sourire fixe un air bienveillant, parce que de toute façon vous riez déjà avec les yeux. Ca ne règle pas le fou rire, mais ça donne le change, le temps de trouver une solution plus pérenne.

8. Fuir

Si vraiment rien ne marche, il faut s’éloigner de la source qui a déclenché le rire : que ce soit un discours absurde à un enterrement, un sketch nul, une pièce de théâtre à chier, quoi que ce soit, fuyez, fuyez pauvre fou.

9. Se jeter par terre et rire comme un véritable petit fou

En tapant du poing et tout le toutim. Ca finira par s’arrêter ce rire nerveux, autant s’y adonner et jusqu’à avoir mal aux côtés et tant pis pour votre street cred elle était déjà bien entachée depuis la fois où, après avoir bu une bière de trop, vous avez tenu à faire l’hélico bite devant vos collègues.

Source photo : Giphy

10. Dire aux gens à quel point leur truc était merdique, ce qui explique le fou rire

Le rire s’arrêtera immédiatement quand vous vous prendrez un poing dans la gueule.

Rire fou, fou rire : on ne sait plus très bien.