Si vous êtes déjà sensibles au concept de fictions sonores telles qu’on en trouve sur France Culture ou sur des webradios comme Phaune Radio (je vous recommande tout particulièrement des séries sonores écrites par Alain Damasio qui valent le détour), vous serez forcément séduits par cette nouvelle création originale de Canal + qui donne à écouter dix enregistrements sonores mystérieux… Et ça fait flipper grave.

1. Parce qu'on est au croisement du thriller, de récit d'anticipation, de la SF et d'un délire apocalyptique

Une scène d’enlèvement, des échanges téléphoniques d’un couple en proie à des monstres d’une forme nouvelle, une équipe de plongeurs au bord d’une découverte, un fanatique en plein délire sur l’apocalypse et sa fonction de sauveur, un couple de thanatonautes… Toutes ces histoires aussi différentes soient elles nous plongent dans une ambiance d’angoisse où la frontière avec la science-fiction est de plus en plus poreuse. Si les genres divergent, chaque épisode finit par former un tout, comme les pièces d’un puzzle. 50 % kiffant, 50 % flippant.

Source photo : Giphy

2. La distribution est franchement pas dégueulasse

Marina Foïs, Sara Forestier, Jérémie Elkaïm, Jérémie Rénier, Mathieu Kassovitz, Kyan Khojandi… le casting a de quoi faire un tout petit peu saliver. OK, vous me direz que pour une série uniquement audio c’est pas forcément indispensable d’avoir des stars, et on est les premiers soûlés à voir des starlettes faire intrusion dans les voix du dernier Pixar. Mais là je dois dire que le choix est plutôt judicieux, les comédiens sont bons, justes, et assurent carrément.

3. C'est la première fois qu'on voit ça à la télé

On se plaint de voir toujours les mêmes choses à la télé, on critique son absence d’originalité, de prise de risque, eh bien pour une fois on peut se réjouir d’y voir quelque chose d’innovant. Et ça paye puisqu’on tout le monde en parle.

4. C'est visiblement sonore mais sonorement visible

Parce qu’on n’est pas face à un écran noir, il y a quand même un travail qui a été fait sur les images, un jeu de lumière propre à chaque épisode. On trouvera aussi le nom de chaque personne ainsi que l’audiodescription des échanges pas toujours très audibles. Donc même si on se concentre principalement sur notre conduit auditif, nos yeux sont tout de même interpellés.

Source photo : Giphy

5. Parce que de toute façon on aimait déjà les fictions sonores

Arte radio, Phaune Radio, AudioDramax, France Culture pour ne citer que ces radios et web radios qui sont les plus productives sur la question. De toute façon, quand on est addict aux podcasts, on a forcément un plaisir inégalé à déguster de la fiction sonore.

6. Les épisodes ne durent qu'une dizaine de minutes

Assez pour happer notre attention, juste le format qu’il faut pour écouter un épisode comme ça de temps à autre (à moins que vous ne préfériez tout mater d’un coup ce qu’on peut comprendre aussi).

7. Chaque épisode est indépendant des autres (jusqu'à ce qu'on comprenne que non)

Au début on ne capte pas le lien. On se laisse porter par l’univers différent de chaque épisode sans y déceler la moindre connexion qui se déclare progressivement en filigrane. Et même si je conchie ce terme beaucoup trop caricatural de la critique cinématographique, c’est « jubilatoire » de se voir associer tous les épisodes qui construisent du sens et une résolution finale commune.

8. Entendre un monstre c'est parfois plus flippant que de le voir

Le son est bien plus fort que les images. Là on est nous même réalisateurs de la série. Quelques perches tendues à notre imagination suffisent à nous faire le film nous-mêmes et je peux vous dire que c’est bien plus effrayant que n’importe quel effet spécial maquillage SF visuel.

9. On peut faire son repassage ou préparer son bœuf Bourguignon en même temps

Et ça c’est quand même vachement pratique. Vive le podcast.

10. Parce que dans le fond si Game of Thrones avait été une série sonore, ça aurait été p'tet un peu mieux marché

Là j’avoue HBO ils ont clairement merdé, quand on voit le flop intersidéral de cette petite série indépendante… Mais bon que voulez-vous, les gars sont mauvais, ils sont mauvais c’est tout qu’est-ce que vous voulez que je vous dise.

Allez zou je ne veux plus vous voir filez donc voir ça. Et pour vous allécher je vous livre en exclusivité mondiale le seul épisode disponible sur Youtube (un p’tit site de vidéo qui commence à bien marcher).