Tu pensais que survivre aux premières années de ton enfant, au manque de sommeil, au vomi dans tes cheveux, aux couches débordantes et à la fameuse crise des deux ans, faisait de toi un héros ? Raté, te voilà maintenant dans la crise d’adolescence et tout ce qui va avec. Il parait qu’on peut en réchapper, promis.

1. L’envoyer en internat

Ça, c’est assez pratique comme truc. Parce que du coup, c’est quelqu’un d’autre qui s’occupera de lui et qui se tapera ses crises. Oui bon, c’est un peu lâche, mais au moins ça fait des vacances 5 jours par semaine, on va pas se plaindre.

Source photo : Giphy

2. Etre dans le déni

« Non, mon ado ne fait pas de crise, il se comporte très bien, je crois que la crise d’ado c’est pas automatique chez tous les mômes ». Ouais ouais, c’est ça. En attendant, votre « petit chou » a encore séché les cours ce matin pour aller fumer des joints avec ses potes.

3. Augmenter ta fréquentation chez le psy

Mais chez le psychiatre hein, c’est remboursé et il peut te faire une ordonnance pour des calmants. Quitte à vivre avec ton ado, autant être shooté(e), ça passera plus vite.

4. Multiplier les séances de sophrologie

Inspirer, expirer, inspirer, expirer… Et cela plusieurs fois de suite. S’imaginer dans un monde calme et doux, où les nuages vous font des câlins, comme dans la pub pour les Kinder Maxi. Le tout sans votre ado qui vous hurle dans les oreilles que « vous êtes trop nazes putain, j’en ai marre je veux un scooter ».

Source photo : Giphy

5. Te dire que ça va bien finir par passer un jour

Genre quand il aura 25 ans, il finira bien par se calmer, non ? Y’a un moment où ça s’arrête tout ça ? Ou c’est comme le huitième cercle de l’Enfer ? Non mais faut qu’on sache hein, histoire de se rassurer un peu.

6. Se rappeler de sa propre adolescence

Tu critiques ton môme qui claque la porte de sa chambre en gueulant qu’il a trop hâte d’avoir son appart, mais toi, t’étais comment à son âge ? Si t’as un doute ou si ta mémoire te fait défaut, tu peux toujours demander à tes parents, ils seront ravis de te rappeler à quel point toi aussi tu étais insupportable.

7. Boire beaucoup de vin

Si la sophrologie c’est pas votre truc, un verre de vin rouge fait bien le job aussi. Pas la peine d’acheter des bouteilles, allez taper directement dans le cubi, c’est plus économique.

Source photo : Giphy

8. Se comporter comme lui/elle

Arrêter de faire à manger et ne proposer que des chips, lui piquer ses fringues, se maquiller avec son gloss rose à paillettes, soupirer et lever les yeux au ciel dès qu’il parle.. Peut-être qu’à un moment, il va piger que c’est chiant et arrêter de vous prendre pour un jambon.

9. Arrêter de le nourrir

S’il n’a plus de nourriture, il n’aura plus d’énergie. C’est comme lorsqu’on arrête de mettre de l’essence dans une bagnole, au bout d’un moment ça finit par caler. Bah si vous arrêtez de le nourrir, il arrêtera de parler. Bon il sera peut-être mort aussi, mais on ne peut pas tout avoir.

10. Se mettre en boule dans un coin

Dans le noir, dans le coin d’une pièce en pleurant, murmurant « j’ai pas signé pour ça, j’ai pas signé pour ça ». Ça ne risque pas de changer la situation, mais au moins ça soulagera un peu.

Source photo : Giphy

Et vous, c’est quoi vos techniques ?