Les joueurs qui se sont frottés il y a 10 ou 12 ans à l’interface spartiate des premiers jeux de management de football, Championship Manager en particulier, admettent sans peine que les types qui ont mis au point la base de données avaient souvent du nez. Mais pour un Saviola, que tout joueur sérieux de CM98/99 achetait a l’âge de 16 ans à River Plate, combien de carrières réelles très en dessous des promesses du jeu ? Petit florilège de ces destins brisés pour les grands malades du jeu comme moi.

  1. Mohammed Kallon : Le meilleur joueur sierra-léonais du monde coutait déjà un peu cher dans l’édition 1999 de Championship Manager. Mais l’investissement était rentable, l’attaquant terminait régulièrement ses rencontres avec le titre d’homme du match et tordait à lui seul à peu près toutes les défenses qu’il croisait. Quand l’Inter a commencé a lui donner du temps de jeu, les managers en herbe se disait que la réalité allait rejoindre la fiction vidéo-ludique… jusqu’au premières embrouilles : blessures, contrôle positif à la nandrolone, signature a Monaco, prêt à Al-Ittihad (Arabie Saoudite), AEK Athènes, Al-Shabab (Emirats Arabes Unis), Kallon FC, un club qu’il a monté tout seul pour finir en Chine, dans la province du Shaanxi. Non, vraiment, à Championship Manager ils pouvaient pas prévoir une carrière pareille…
  2. Kabba Samura : La filière sierra-léonaise était souvent un gage de réussite a Championship Manager. Kabba Samura, en plus de stats prometteuses (34 pions en 33 apparitions sous le maillot de l’IFK Ölme), avait en plus un nom de ballon d’or (au même titre que Simao Sabrosa et Radamel Falcao, et au contraire de Sacha Opinel et de Jeremy Pied). Samura pouvait a lui seul faire gagner une Ligue des Champions a celui qui savait en prendre soin pendant deux ou trois saisons, prêts malins, utilisation raisonnée, mise en confiance… En réalité Samura a traîné ses promesses entre la Suède, la Norvège, la Grèce et enfin l’Azerbaïdjan. Ce garçon n’a pas trente ans, clubs de Ligue 1, mobilisez-vous et sauvez Kabba!
  3. Peter Løvenkrands : Le recruteur qui revenait de Scandinavie avec le téléphone de Kabba Samura avait en général une VHS de Peter Løvenkrands dans son sac. Et on était bien inspiré de signer cet attaquant au nom digne d’un bassiste de heavy metal. Mais c’est en réalité chez les Glasgow Rangers que Løvenkrands fera l’essentiel de sa carrière. Le Danois signe ensuite à Shalke 04 pour pas un rond et repart pour le même tarif deux saisons plus tard après avoir trouvé sa place dans l’équipe réserve. C’est Newcastle qui l’accueillera durant quelques mois le temps de descendre en Coca-Cola Championship. Peter est libéré de son contrat, laisse passer l’été, et revient finalement chez les Magpies, faute de mieux. Carrière honnête, mais pas top.
  4. Soufiane Kone : Si le garçon d’Evry était prometteur pour Championship Manager il y a une petite décennie, il l’était pour à peu près tous les observateurs du foot français. Annoncé comme un nouveau Thierry Henry, cet attaquant, qui serait le neveu de Pape Diouf, a le physique, la vitesse et la technique pour faire les beaux jours de l’AS Nancy Lorraine, et à terme de l’équipe de France. Mais en aout 1999, le drame, Soufiane se bousille le genou, carrière terminée, malgré des tentatives de retour à Cannes et en Belgique. En mai 2010 il revient en haut de l’affiche avec une mise en examen pour trafic de drogue et la saisie à son domicile d’un pistolet-mitrailleur et d’une Kalachnikov. Il aurait pourtant été bien dans le bus des Bleus en Afrique du Sud.
  5. Jonathan Woodgate : C’est une evidence : les dirigeants du Real Madrid ont forgé le concept de « Galacticos » sur Championship Manager. En effet, seul ce jeu permet à un joueur anglais de faire carrière en Espagne. Dans la vraie vie, Woodgate met un but contre son camp et prend un rouge pour sa première sortie sous le maillot Meringue. Dans la vraie vie, Woodgate est sacré en 2007 « pire recrue du 21ème siècle » par le journal espagnol Marca. Dans la vraie vie, Woodgate prend une centaine d’heures de Travaux d’Intérêt Général pour avoir cartonné un étudiant d’origine asiatique avec son camarade de beuverie Lee Bowyer à la sortie d’une boite de nuit. Pourtant il était bon à Championship Manager.

Et vous, vous en connaissez d'autres des bons joueurs sur le jeu qui ont fait plouf dans la vraie vie ?

Top écrit par Top Alex Shirko, topiteur fan devant l'éternel de Football Manager

Footeu-se dans l'âme ? On a déniché les gadgets les plus cool :