Crédits photo (creative commons) : velodenz

Le Tour de France, "le Tour" tout court, c'est une institution, un patrimoine culturel français. Tous les étés, la grande compétition de la pédale et sa caravane nous signalent que l'été arrive. Et c'est encore plus vrai avec les étapes de montagne, moments clés de la course et de sa médiatisation. Au-delà des raisons purement sportives, il existe bel et bien des raisons pour passer une partie de son été devant la télévision à voir des mecs, aux maillots esthétiquement douteux, pédaler. Si, si. (MàJ juin 2012)

  1. C'est un puissant somnifère
    On défie quiconque de résister à la lente litanie d'une étape de plaine, surtout la première semaine. La prise d'antenne la plus tard possible, pour voir comme d'habitude un ou deux coureurs seuls dans une longue échappée de 150 bornes finalement se faire attraper comme des lapins de garenne par un troupeau de sprinters à leurs trousses. On se réveille après l'arrivée, la marque du canapé sur la joue.
  2. Un français n'a pas gagné depuis 25 ans (et des bananes)
    Si ça arrive, vous pourrez dire que vous y étiez, que l'histoire s'est écrite devant vous. Certes les chances sont encore minimes cette année, pour ne pas dire pire. Allez faites quelque chose, dopez-vous au besoin, vous ne serez pas les seuls, mais ne nous faites pas regretter les heures investies devant le petit écran.
  3. Voir un mec souffrir, quand c'est pas toi, c'est pas si mal
    Enchaîner 5 cols, déjà en voiture c'est long, alors en vélo... Il ne suffit plus d'être heureux, il faut maintenant regarder les autres lutter comme des fous au-delà de l'effort humain pour apprécier son petit confort. Avec le Tour, tu es servi.
  4. Jean-Paul Ollivier, commentateur star chez les mamies, vous apprendra que la dernière usine française qui fabrique des craies (de qualité) se trouve à côté de Limoges
    Utile non ? Ecouter Jean-Paul Ollivier nous détailler les curiosités du coin, c'est le plaisir d'un voyage organisé et de la découverte, sans l'horreur des trajets en bus et la bouffe médiocre.
  5. C'est toujours intéressant de savoir quelle erreur fera tomber finalement le cador du tour pour dopage, et à quelle étape
    Al Capone était tombé pour fraude fiscale, ça peut être une histoire de détails. Une viande contaminée, une bouteille qui traine... croisons les doigts. Ou du dentifrice frelaté, faut toujours se méfier du dentifrice.
  6. Vous aimez voir les progrès de la science en matière de dopage
    Ah il a l'air bien ce nouveau produit. C'est propre, rapide, et ça évite même visiblement la transpiration, c'est très complet. Les coureurs sont nickel pour les interviews, à peine essoufflés. La technologie pharmaceutique au service du sport, c'est beau un monde qui avance.
  7. C'est toujours bon pour le transit
    Voir 150 mecs pédaler pendant 7 heures face au vent sur une route toute droite avec des maillots qui piquent les yeux, ça fait ch....
  8. Vous voulez comprendre les raisons philosophiques ou cachées des millions de spectateurs sur le bord des routes et téléspectateurs quotidiens
    Il doit y avoir un truc. Forcément. Là on n'a pas encore trouvé, mais on cherche activement.
  9. Vous êtes au travail en juillet
    Forcément il faut bien s'occuper, c'est plus que calme, et vous avez déjà fait le tour des sites people. Votre patron vous avait bien demandé de dégager du temps cet été pour faire un peu de rangement dans les contrats fournisseurs, mais c'est une question d'envie. Le streaming légal pour le Tour de France, ça existe.
  10. Vous êtes golfeur. Et voir des mecs se faire aussi mal, pour gagner aussi peu, ça vous intrigue
    Sa propre souffrance est donc toujours relative.
  11. (bonus) C'est ça, ou les rediffusions du "Renard" sur France 3
    Alors à choisir, va pour le vélo. Vous pourrez revenir sur la 3 dans une heure pour avoir les explications sur le crime odieux de madame Schmidt, cette pauvre dame qui n'aurait pas fait de mal à une mouche, et vérifier vos soupçons sur le boulanger.

Et vous, vous en voyez d'autres ?