Parce que je trouve qu’on ne le dit pas suffisamment que c’est bien d’être mère. Genre… Parce qu’il faut le dire beaucoup-beaucoup si on veut avoir une chance d’y croire. Parce que même si parfois on a comme envie de mixer sa progéniture, on est mère toute sa vie alors pas le choix, faut aimer ça. Parce que malheureusement, on peut pas les rapporter au magasin. Font pas d’avoir pour ça. Pour toi, perdu(e), le top 10 des choses qui font que ouh-la-la-la c’est top-trop-bien d’être mère.

  1. Tu peux donner des conseils à la con à toutes tes copines enceintes de leur « premier » , elles t’écouteront comme si tu détenais la Vérité toute nue: Enfin de quoi briller auprès de tes proches femelles et parturientes, tu as ouvert la voie et peux désormais répandre ta lumière sur leur obscure ignarerie. Tu deviens l’équivalent d’une agrégée de philo. Et ça c’est bon pour l’égo, cette petite chose que tu as perdu le jour où tu t’es retrouvée pattes écartées devant ton cher et tendre alors qu’il y avait une tête qui te sortait du frifri…
  2. En parlant d’accouchement, toute ta vie tu auras un truc à raconter qui, tu le verras, mettra beaucoup de gens mal-à-l’aise et ça, ça n’a pas de prix: Imagine que tu dines avec des cons, ça arrive relativement souvent, quelle joie de voir se décomposer leur visage, entre la poire et le fromage, quand tu racontes comment on fait pour décoller les membranes ou quelle était l’exacte couleur et texture de ton bouchon muqueux. Miam.
  3. Finalement, dormir, c’est très surfait: Et quel bonheur d’être réveillée par la chair de ta chair, les cheveux encore tout emmêlés de sommeil et de sueur, la chair de ta chair qui te suce le nez et te fourre les doigts dans les yeux parce qu’il ou elle ne sait pas encore que cet exercice requiert des paupières closes et que ça l’inquiète, le pauvre chou.
  4. Parce que tu vas enfin pouvoir explorer ta beauté intérieure: Tu as pris vingt kilos. Voyons les choses en face, ta minute/heure/décennie de gloire est passée mais qu’a cela n’tienne. Refourgue tes jeans taille-basse, tes strings et tes jupes ras-l’bonbon aux oubliettes des jours anciens, désormais tu arrêtes d’être superficielle et tu te décides à t’incarner. Crois-moi, faut t’y mettre tout de suite parce que je t’explique même pas le boulot…
  5. C’est du grand art, de faire un môme: Ton corps et ton cerveau ont réunis le meilleur d’eux-même pour créer et faire vivre un petit être qui respire tout seul, qui a des yeux, dix doigts, des cheveux, tout ce qu’il faut. Un petit être qui va grandir et devenir médecin/avocat/journaliste/toxicomane. Un petit être qui est ton enfant. Et qui le restera quoi qu’il arrive. Non, moi-même, je ne suis absolument pas convaincue par le monceau de niaiseries que je suis en train de débiter.
  6. Pour toujours, tu sauras de quoi parler avec ta moitié.: Faire un môme, c’est la garantie d’un sujet de conversation tout trouvé, à vie. D’ailleurs pour tout te dire, y’a de grandes chances pour que vous ne parliez plus que de ça. Y’a aussi de grandes chances que vous finissiez par vous haïr avant de vous séparer façon étal de boucherie chevaline. Je sais, je te vends du rêve.
  7. Parce que c’est une chance extraordinaire de vivre une nouvelle vie par procuration: Tu as l’impression d’avoir raté ta vie? Pas de problème, tu peux désormais décider de l’avenir de ton enfant, qui est basiquement toi. A toi la joie de décider de l’inscrire aux cours de clarinette même si ce dernier voulait faire foot, afin qu’il te joue du kleizmer alors que toi-même tu as toujours eu une flemme monstre d’apprendre.
  8. En parlant de chance extraordinaire, la scolarité de ton môme, si tant est que tu t’y intéresses, te permettra de réapprendre à écrire et à parler sans que tes congénères n’éprouvent l’irrépressible envie de t’assommer à grands coups de Bescherelle.: C’est aussi une occas’ en or de réviser tes verbes irréguliers.
  9. Parce que tu seras toujours belle aux yeux de quelqu’un.: Et sans déconner, tu verras t’en auras besoin. Tu pourras être crade à mort avec une haleine de chacal frappé de cirrhose, les cheveux gras et mal coiffés, fagotée comme l’as de pique, tu pourras toujours entendre « Elle est belle, Maman ». Et en plus, le cœur y sera.
  10. Il y aura au moins une personne pour te pleurer à ta mort.: Ça ne dit pas le contraire, sans enfants, c’est pas gagné. Et même si c’est que pour l’héritage, même si tes enfants se battent déjà pour ta collec’ de Marvel alors que tes cendres ne sont pas froides, la vérité, ça fait toujours plaisir.

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Crédits photo (creative commons) : mugley