Femmes de tous âges, libertaaaad ! Depuis la puberté qu’on nous serine avec la tyrannie du maillot. Et bien, voilà dix bonnes raisons de jeter ses bandes de cire froide.

  1. Ça fait assez /très/abominablement /mal : aucune fille normalement constituée ne me contredira. Même le traditionnel compte à rebours (à trois, « sskritch ») ne console qu’à moitié.
  2. Les poils, ça repousse : et oui, c’est le hic. « Trois à quatre semaines », qu’ils disent sur la boîte. Du flan. Moi, je les vois repousser à vue d’œil (true story).
  3. Aller chez l’esthéticienne, c’est la te-hon : On se dit qu’après tout, c’est son métier, qu’elle en a vu d’autres, toussa. Certes. Mais se mettre à quatre pattes pour faire le sillon inter-fessier, c’est la honte quand même. Surtout quand la dite esthéticienne lâche un compatissant « Ah, oui, il était temps…» A vue d’œil, je vous dis.
  4. Les poils, c’est la nature : pourquoi donc qu’on a-t-y des poils ? Pour protéger les muqueuses des agressions extérieures (microbes, pollution, pluies acides, mec entreprenant…) C’est pas moi qui le dis, c’est Jamy
  5. Les poils, ça bouche le siphon (pour les adeptes du do it yourself) : « J’ai la peau dooouceuh dans mon bain de mouusseuh ». Ah, ça oui, c’est glamour quand le plombier admoneste les idiots qui lavent leur chinchilla dans le lavabo. Marche aussi avec les baignoires et les bidets (d’ailleurs, le bidet, à l’origine, hein, ça servait pas qu’à se laver les pieds).
  6. Et le shorty, c’est pour les chiens ?: Béni soit l’inventeur du shorty ! Ça dépasse? Il dépanne (oui, c’est moi qui l’ai inventé).
  7. Et les hommes dans tout ça ? Un homme avec un ticket de métro, ce n’est pas précisément l’idée qu’on (je ?) se fait de la virilité. Le mien se laisse pousser la barbe parce que « ça soule de s’raser, t’vois…». Alors pouet pouet.
  8. Des poils ? Quels poils ?: Un mâle en rut n’est peut-être pas si regardant qu’un métrosexuel qui s’épile les sourcils et se met de la crème de nuit. D’ailleurs, a-t-il remarqué votre toison amoureusement taillée en forme de cœur ? Que dalle. Après, c’est donnant-donnant, hein.
  9. Gustave Courbet vs Marc Dorcel, un constat s’impose : même épilé, ça reste moche: Alors une petite toison aérienne, au moins ça habille, ça accessoirise, ça séduit. Seul ce qui est caché intrigue, dit le philosophe (ou la feignasse, c’est selon).
  10. Je suis glabre naturellement : c’est ça, on y croit. Pétasse.

Et vous, vous en voyez d'autres ?

Et sinon, rien à voir, mais parce que toi aussi tu détestes courir (sauf des fois), découvre notre dernière vidéo (et abonne-toi à notre page Youtube)