Bon bah ça y est, c’est officiellement les vacances, et vous avez décidé de vous barrer suffisamment loin pour avoir besoin de prendre l’avion. Sauf que c’est la première fois que ton enfant embarque dans ce gros machin, et tu ne sais pas trop comment il va bien pouvoir réagir. Il y a quelques astuces qui peuvent t’aider à lui faciliter la vie, mais aussi la tienne et celle des autres passagers.

1. Soulager ses oreilles

Parce que la pression, ça fait hyper mal aux oreilles, surtout pour les petits enfants, et particulièrement pendant le décollage ou l’atterrissage. Pour les bébés, c’est le moment de les faire têter, avec un biberon, une tétine, le sein, le pouce, et pour les plus grands, ils peuvent avoir un bonbon, un chewing-gum, bref tout ce qui pourra les aider à déglutir et à soulager la pression.

2. Privilégier les voyages de nuit

Pour les longs courriers, voyager la nuit peut être une bonne solution, parce qu’au moins il pourra dormir. Le temps passera plus vite, et même s’il sera un peu décalé en arrivant, le vol aura été moins pesant. Pour les vols plus courts, voyager tôt le matin peut être une bonne idée, les enfants étant plus frais et disposés au réveil qu’en fin de journée.

3. Si c’est un tout petit, optez pour le porte-bébé

Parce qu’il n’est pas rare que les compagnies aériennes vous demande d’enregistrer immédiatement votre poussette en soute, et que vous vous retrouviez ensuite pendant des heures à devoir porter votre bébé dans les bras. Certains aéroports proposent de prêter des poussettes en attendant, mais c’est pas toujours le cas. Avec un porte-bébé, vous ne serez pas embêtés.

4. Vous pouvez réserver un berceau dans l’avion

Selon les compagnies ou les vols, il est possible de réserver une espèce de petit nacelle pour les enfants de moins de 10 kg, qui vous permettra de poser votre bébé à plat pour le faire pioncer et pour vous soulager un peu les bras. Mais pensez bien à la réserver avant de partir, parce qu’elle n’est pas toujours garantie (et vous ne serez peut-être pas les seuls à en avoir besoin pendant votre vol).

5. Même s’il fait chaud au moment de partir, prévoyez une petite laine, comme dit mamie Josiane

C’est pas parce que vous partez en pleine canicule qu’il va faire chaud aussi dans l’avion. Un avion, ça vole (et ouais, vous pourrez pas dire que vous n’apprenez rien sur Topito), et vous pouvez vous cailler sérieusement les miches. Prenez une petite laine pour vous et votre enfant, ça serait con d’être malade dès le début des vacances.

6. Tout miser sur les activités

C’est le moment de le coller devant une tablette avec des dessins animés, de tout miser sur le collage de gommettes, de lire des histoires, de faire du coloriage, bref tout ce qui pourra occuper votre môme le plus longtemps possible.

7. Choisir son siège à l’avance

Certaines compagnies le propose et c’est bien pratique, car vous pourrez réserver les sièges où il y a le plus de places pour les jambes, notamment celles du premier rang. Au moins, vos gamins auront la place pour jouer, bouger, sans foutre des coups de pieds dans les sièges de devant.

8. Laisser les plus grands faire leur bagage cabine

Et choisir eux-mêmes ce qu’ils veulent emporter dans l’avion, les doudous, les jeux, les livres. Déjà, ça les responsabilise, ensuite ça leur fait un peu visualiser le voyage, et au moins, ils ne pourront pas vous engueuler parce que vous avez oublié tel ou tel jeu. Non là, c’est eux qui décident.

9. Désamorcer les crises avec les autres passagers

Souvent le problème avec les enfants dans un avion, c’est les autres. Les regards, les soupirs, les raclements de gorge parce que votre môme ose faire du bruit (c’est normal les gars, c’est un enfant), ça peut vite vous foutre mal à l’aise. Une petite idée : distribuez des mini-paquets de bonbons et des boules Quiès avant le vol, ça n’empêchera pas votre gamin d’hurler mais ça rendra les autres passagers peut-être un peu plus tolérants.

10. Pas de pression, c’est les vacances

Si malgré tout ça, votre môme ne gère pas le voyage, que les autres passagers sont désagréables et qu’en plus votre vol à du retard, bah c’est pas grave, c’est comme ça, c’est la vie. On dédramatise et on essaye de penser à la destination, parce que c’est quand même ça le plus important, non ?

Et sinon, bonnes vacances !