Après les omnivores (qui mangent des trucs végétaux mais aussi des animaux), les carnivores (qui mangent de la bidoche), les herbivores (qui fument de l’herbe), les crudivores (qui mangent des trucs crus les bouffons) voici enfin venus le temps des locavores. Ce terme désigne les personnes qui se nourrissent des aliments issus de circuits courts (dans un rayon de 150 à 200 km) et refusent donc tout aliment importé. Et a priori c’est plutôt une bonne chose pour la planète. En nous basant sur plusieurs cartes et des études de La Ruche Qui Dit Oui, voici donc la liste des huit villes les plus locavores en évaluant le nombre d’AMAP et de ventes directes par habitant dans les grandes villes.

1. Bordeaux

Youpi. Bravo. Hourra. Chapeau bas. La ville des jupettes est aussi la plus locavore de France. Raison de plus pour aller vivre là bas (et aussi parce que c’est à côté du bassin d’Arcachon et qu’on aime bien se bronzer la couenne à poil au cap Ferret). Bordeaux est ainsi la ville qui concentre le plus de dispositifs de circuits courts (AMAP, ruches de La Ruche Qui Dit Oui et out le tintouin). Et ça c’est chouette parce que manger local rime souvent aussi avec manger de saison (enfin ça rime pas vraiment mais vous pigez l’idée) et donc manger mieux. Une appli a même été créée afin de recenser les meilleures adresses d’Aquitaine pour se remplir la panse sans pesticide avec des aliments dénichés dans le périmètre : Adresse Gourmandes.

Sources

Source photo : Giphy

2. Lille

Les Lillois étaient déjà assez cool sur l’échelle du cool avec leur braderie annuelle giga cool. Mais en plus d’être cool ils sont ultra locavores. On trouve ainsi entre autre La cueillette du Paradis aux portes de la ville qui propose des produits locaux et de saison et ravit les habitants. Le concept plait et de nombreuses cueillettes pointent le bout de leur nez dans le coin de Lille, parce qu’entre nous c’est franchement plus sympa comme sortie que d’aller au supermarché. Parce que c’est pas parce qu’il y a « super » dedans que c’est super. EH OUAIS.

Sources

3. Périgueux

Et un grand salut à tous les Périgourdins qui nous écoutent. Cette sympathique ville où j’ai moi même eu l’occasion de passer quelques vacances enfant (vous le dites si ça vous gonfle quand je vous raconte ma vie, hein, dites le en commentaire surtout n’hésitez pas), compte pas moins d’une centaine d’AMAP et de ventes directes, sans compter deux plateformes (SCIC Mangeons 24 et Isle Mange Bio) de producteurs locaux qui abreuvent la restauration collective de leurs produits.

Sources

Source photo : Giphy

4. Paris

Si Paris fouette la fiente de pigeon et le pot d’échappement pas frais, c’est aussi une ville qui fait beaucoup en faveur du circuit court (et c’est normal, plus une ville est grande plus elle jouit d’un meilleur réseau d’AMAP). Entre les jardins partagés, les fermes urbaines, les ruches et autre dispositif permettant d’acheter un panier de fruits et de légumes bio et/ou issus de circuits courts, il y de quoi se mettre bien localement. C’est comme ça qu’on peut déguster de la salade, les tomates ou encore du miel parisien.

Source

5. Lyon

Si Lyon intègre ce classement en cinquième position ce n’est pas que pour son nombre d’AMAP et de ventes directes locales. C’est surtout pour sa mousse locale. En effet la ville est ultra riche en brasseurs locaux. La région Rhones-Alpes compte ainsi pas moins de 500 cuvées, 107 brasseurs (le nombre le plus élevé de toutes les régions de France), et 80 000 hectolitres de binch produites chaque années.

Source

6. Toulouse

Ah la belle Toulouse, ville rose mais aussi ville très locavore puisqu’on peut compter une centaine de points de vente directe de produits locaux dans la ville et ses environs.

Source photo : Giphy

7. Marseille

Selon la carte du Marché Citoyen qui recense toutes les ventes directes par villes, Marseille semble être pas trop mal placée sur l’autoroute du circuit court avec au moins 81 points de vente intra-murros. Ça ne compense par forcément de niveau de pollution de la ville mais c’est déjà pas mal peuchère.

8. Nantes

Une septième position largement méritée pour cette ville formidable, en plus j’adore la Bretagne.

Source photo : Giphy

Les cinq premières villes du classement reposent sur les recherches de la Ruche qui Dit Oui, les 3 dernières se basent sur la carte interactive du Marché Citoyen.