Si tu n’as jamais entendu parler de la kinesthésie, ce top est pour toi. Encore plus si tu as des enfants, parce qu’on va se pencher sur cette méthode d’apprentissage qui pourrait bien aider ton gamin qui n’arrive pas à suivre à l’école et qui commence à décrocher complètement. Installe-toi, bois un thé et enroule toi dans ton plaid, on t’explique tout ça.

1. Il existe trois profils d’apprentissage

On apprend et on ne mémorise pas tous de la même manière. Les profils les plus connus sont ceux qui utilisent leur mémoire visuelle ou auditive, mais il existe aussi une troisième méthode moins connue appelée kinesthésie.

2. C’est la sensibilité du mouvement

C’est à dire que l’enfant apprend mieux s’il manipule, touche, sent ou goûte. En gros, il a besoin de mettre la main à la pâte pour piger comment une chose fonctionne. Sa mémoire auditive et visuelle ne sont pas les seules qui lui permettent de retenir un apprentissage, il a besoin que ça passe par son corps.

3. Ça fonctionne mieux sur les petits groupes d’enfants

C’est un peu plus difficile pour les enseignants de faire apprendre quelque chose à une classe de 30 élèves, qu’à un petit groupe de 8 enfants par exemple. Forcément, la mémoire kinesthésique passant par le corps, organiser des ateliers en conséquence est plus facile si le nombre de participants est réduit, sinon c’est vite le gros bordel.

4. Ça peut parfaitement s’associer aux méthodes Montessori et Freinet

Montessori est totalement compatible avec la kinesthésie, puisque c’est une méthode qui fait appel notamment aux sens de l’enfant, avec les constructions, les couleurs, les jeux et surtout la participation active de l’enfant. Du coup, ça va très bien ensemble. Pareil pour la méthode Freinet.

5. Les enfants kinesthésiques sont pas vraiment sensibles à la théorie

Forcément, puisqu’ils doivent manipuler pour comprendre et aussi utiliser leur corps, la théorie ça les fait vite iech et ils n’ont pas l’impression d’apprendre et de retenir en apprenant des textes par coeur par exemple. Apprendre une poésie en la dansant est bien mieux pour eux.

6. C’est juste une question d’organisation

Oui, c’est peut-être moins facile de faire apprendre quelque chose à un enfant kinesthésique, car cela demande une organisation différente. Mais puisque cette méthode est facilement applicable pour tout le monde, il peut être intéressant de généraliser cette méthode d’apprentissage au plus grande nombre.

7. Il faut faire plus de pédagogie « active »

Et non pas seulement théorique, comme dit plus haut. Si un enfant doit apprendre les différentes roches du sol (par exemple), c’est plus facile pour lui s’il a ces dites-roches à manipuler entre les mains, plutôt qu’à juste les regarder en photos. Les sorties scolaires ont donc une grande importance pour ces enfants-là.

8. Les enfants kinesthésiques peuvent décrocher à l’école

Puisque leur capacité de mémorisation différente n’est pas forcément connue de tous, ils peuvent se sentir à part, en échec, et décrocher plus rapidement du système scolaire qui privilégie les mémoires visuelles et auditives pour faire apprendre des choses aux enfants. Alors qu’en fait, c’est juste pas la bonne technique avec eux.