poux
Crédits photo (creative commons) : Gilles San Martin - Montage Topito

Le pou (oui on écrit “pou” quand il n’y en a qu’un, mais il n’y en a rarement qu’un, c’est ça le truc). La terreur des écoles, le squatteur de crâne qui a tendance à dégoûter un peu tout le monde, alors prenez le problème à bras le corps.

  1. La petite affiche vue à l’école “attention les poux reviennent” ment
    Les poux ne “reviennent pas”, ils ne sont jamais partis. On pense que ces messages sont contrôlés par la propagande poux pour mieux attaquer par surprise. Soyez vigilant, ils sont là tout le temps et rôdent dans la cour de l’école toute l’année en attente d’une chevelure.
  2. Le pou est fourbe, il s’attaque en priorité à nos gosses
    Si le pou avait un peu de courage, il s’attaquerait d’abord aux adultes. Mais non, ils visent en priorité nos enfants dans les collectivités, plus occupés évidemment à échanger leurs jouets et leurs rhumes qu’à faire attention à l’agresseur des récrés.
  3. Le morpion est un cousin très proche du Pediculus humanus capitis (le “poux de tête”, le plus commun)
    Il y a des familles de winners comme ça. Encore des remords à les faire partir ces pauvres petites bêtes ?
  4. Si ça vous dégoute un max, n’effrayez pas pour autant le petit
    Dans vos souvenirs d’enfants, vous avez sûrement plus d’images d’adultes révulsés par cette idée de squatt que de réels traumatismes parce que des familles d’insectes ont posé leurs valises sur votre cuir chevelu.
  5. Le pou a une faiblesse, il est sentimental
    Il vit et débarque en bande, copains comme cochons. Si vous en chopez un et que vous le butez, les autres respectent une période de deuil, mais de quelques heures seulement. C’est toujours autant de lentes en moins.
  6. Le pou aurait beaucoup à nous apprendre question sexe, donc méfions-nous
    Il est capable de féconder pas moins de 18 femelles à la suite, sans repos ni pilules bleues. Carrément. On peut donc en conclure qu’ils se reproduisent très vite. N’attendez pas pour traiter.
  7. N’ayez aucun remord à les éradiquer façon puzzle, ils ne servent à rien
    Alors oui, on pourrait dire qu’ils ont un rôle dans la chaîne alimentaire, que les esquimaux les mangeaient, que Louis XIV en avait plein sous la perruque... Peut-être, mais non : Kill them all.
  8. Vous avez le droit de faire une entorse à la Convention sur les Armes Chimiques
    On a essayé la méthode douce, la médiation, la négociation, rien ne marche. Ces trucs sont des “fous de cheveux” illuminés qui n’entendent rien d’autre que la force. Allez-y molo quand même, ça reste de l’insecticide.
  9. Attaquez-vous aux vivants et aux œufs
    Dis comme ça, c’est vrai que c’est un peu effrayant. Mais traiter les poux vivants sans s’occuper des lentes est inutile. Raser l’enfant est une solution pour le traiter, mais ne faites pas à votre enfant ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse, même à la fin de la guerre.
  10. Le pou au final, c’est pas si terrible, c’est même un “petit” problème
    Petits enfants, petits problèmes”. Quand il/elle vous ramènera à l’adolescence une demi-barette de shit dans sa trousse, vous repenserez aux poux avec nostalgie.

WAAAARR !