Crédits photo (creative commons) : indigo_jones

Une chance sur quatre selon les bookmakers. Marseille ne partait pas gagnant, mais on serait presque tenté de dire à celui sur les quatre qui a misé un centime sur la victoire de l'OM qu'il aurait mieux fait de directement balancer son fric par la fenêtre. Pas une fois on a senti l'OM capable de se mettre au niveau de son homologue allemand. Outre le fait que les chances françaises en Europe cette année sont maintenant profondément enterrées, on a réussi à tirer quelques enseignements de cette confrontation.

  1. A Marseille on a définitivement le sens de la fête
    Quand l'OM fête son retour en 1/4 de finale depuis 20 ans, les tribunes font la gueule. Avec ce problème de frigo et votre bière tiède, on peut le dire: les soirées foot, c'est plus ce que c'était.
  2. Le choix des hommes, ça compte
    Nous, on n'est pas spécialiste mais aligner dans les buts un Brésilien pas bien jeune, recruté en Roumanie et qui n'a pas joué depuis 14 mois pour un quart de finale de Ligue des Champions, et qui a plus du boxeur que du joueur de foot, c'est n'importe quoi. Ou peut-être que c'était dans le recrutement que c'était n'importe quoi.
  3. Dès la mi-temps, Deschamps avait l'excuse de l'arbitrage
    Une "main flagrante" à 80 mètres du but, autant dire "un complot". En France, on n'a pas toujours le talent, mais on a des excuses. Il en faut pour faire rentrer Brandao et espérer un autre contrôle du dos.
  4. Même si tu n'as pas fait pas un vilain match, quand ta meilleure arme offensive reste une touche longue ou une tête de Valbuena, c'est compliqué
    9 matchs sans victoire, ça s'appelle quand même une série ?
  5. A un moment, quand Brandao et Gignac sont partis s'échauffés, on aurait juré que le banc du Bayern a ri
    Et la Canebière a pleuré.
  6. Le public français aime Ribery, mais le cache assez bien
    A moins que ce soit l'inverse
  7. Bizarrement on a jamais vraiment cru qu'on regardait un 1/4 de finale de Champion's League
    Pas d'étincelles, pas de possibilités de retourner le match, pas d'ambiances des grands soirs, l'amère impression que le Bayern ne forçait pas son talent... Somme toute, un bon match de coupe de France avec deux clubs et au moins une division d'écart.
  8. N'Koulou, largement au dessus, devrait s'emmerder un peu l'an prochain en Europa League
    A moins qu'Arsène Wenger regarde aussi TF1 quand il ne commente pas.
  9. Il ya bien un arbitrage "Ligue des Champions"
    Et c'est M'bia qui en profite. Un coup de coude intentionnel en pleine gueule pour stopper une contre-attaque adverse, c'est un carton jaune. Il va être bien l'an prochain, Momo Sissoko.
  10. On sait maintenant que Quevilly ne battrait sans doute pas le Bayern
    Même pas en prolongation. Le Bayern peut enfin s'étalonner par rapport au foot français. Par contre, on sait que Morel aurait le niveau pour être titulaire en national.
  11. Christian Jean Pierre a quand même réussi à placer "n'oubliez pas Téléfoot dimanche, vous aurez toutes les infos exclusives"
    On n'est pas sûr de quelle exclusivité il parle exactement. Ce qu'on sait en tout cas, c'est que l'OM a 2% de chances de passer au retour. Autant dire que c'est carrément faisable.

Vous pouvez maintenant faire croire à votre femme que vous l'aimez tellement que vous préférez un resto avec elle plutôt que de regarder le match retour qui s'annonce bien triste...