On ne le sait que trop, devenir parent c’est entrer dans un monde à part qui ne ressemble plus vraiment à celui qu’on connaissait avant de se décider à se reproduire. Et qui dit nouveau monde, dit nouveau langage avec des mots chelou qui n’ont pas franchement de sens pour ceux qui n’ont pas le nez dedans. On va t’aider à décrypter un peu tout ça, parce qu’on est des gens sympas chez Topito, altruistes et tout et tout (ouais).

1. Un bébé décalé

Quand on dit qu’un bébé est « décalé », ça ne veut pas dire qu’il se met dans un coin de la pièce pour ne pas gêner le passage hein, ça veut dire qu’il est en décalage par rapport à la vie normale, genre il dort le jour et non pas la nuit, il mange en continu H-24 et non pas toutes les 3-4 heures, ce genre de choses quoi. Un bébé décalé, faut le recaler si on veut tenter de retrouver une vie à peu près normale (et dormir, aussi. Surtout dormir en fait.)

2. Retourner le bébé

Alors oui, c’est assez simple à piger, ça veut dire que le bébé se retourne, jusque là c’est assez facile à comprendre. Mais dire que « le bébé DOIT se retourner », ça veut surtout dire qu’il serait sympa de sa part qu’il mette la tête en bas dans le ventre de sa mère avant l’accouchement, pour éviter quelques désagréments (comme une césarienne par exemple, on a connu plus fun comme moment à vivre).

3. Faire de l’haptonomie

Alors non, je t’arrête tout de suite, l’haptonomie n’est pas un nouveau sport à la mode ou un courant musical un peu sombre trouvé dans une communauté hippie au fin fond de la Creuse. En vrai, l’haptonomie, c’est des séances de préparation à l’accouchement qui permettent aux parents de « communiquer » avec leur bébé in utero.

4. Rééduquer le périnée

Avant d’avoir un enfant, rares sont celles qui connaissaient le nom de ce petit muscle qui a quand même un bon rôle à jouer dans notre corps (notamment pour éviter qu’on se pisse dessus, c’est quand même bien pratique). Du coup, pourquoi faut-il le rééduquer ? Pas parce qu’il claque la porte de sa chambre et qu’il gueule qu’il veut avoir son propre appart comme un ado en pleine crise, mais parce qu’il prend bien cher à l’accouchement et que faire des petites séances de muscu peut t’aider à ne pas te pisser dessus les prochaines fois où tu auras un fou rire.

5. Avoir un bébé RGO

Ça ne veut pas dire que ton bébé est un robot de Star Wars ou un agent secret, ou tout autre truc que ces sigles pourraient inspirer quand on sait pas ce que c’est. En vrai, avoir un bébé RGO ça veut dire que ton môme a un Reflux Gastro-Oesophagien, et qu’il dégueulasse tous tes tee-shirts après chaque biberon.

6. Etre en siège

Pour ces sièges-là, y’a pas d’option simili-cuir disponible, déso pas déso. Etre en siège, ça veut dire que ton bébé n’est pas trop au taquet pour mettre la tête en bas dans ton utérus, qu’il préfère rester en travers de ton bide et qu’il gâche un peu la fête, parce que y’a moyen qu’il soit dégagé des lieux par césarienne s’il ne se décide pas à bouger.

7. Avoir les galactophores bouchés

On pourrait croire qu’on parle d’un truc de science-fiction, genre une porte galactique bloquée ou un truc du genre. En vrai, avoir les galactophores bouchés veut dire que les canaux qui servent à acheminer le lait maternel dans les seins se bouchent, que ça fait un mal de chien, et que ça soule tout le monde (et surtout ton môme qui a du mal à bouffer du coup).

8. Enlever les croûtes de lait

On connaissait le mot « croûte » (qui est le mot le plus moche du monde), on connaissait le mot « lait », mais alors « croûte de lait » c’est un peu mystérieux. En fait, ce sont des espèces de pellicules que peuvent avoir les bébés sur le crâne, et son nom est dû à la ressemblance que ça peut avoir avec du lait qui a séché sur une plaque de cuisson chaude. Charmant.

9. Avoir un retour de couches

Ça ne veut pas dire qu’on se prend un gros paquet de couches (sales ou pas hein), dans la gueule, ça veut tout simplement dire que c’est le retour des règles après avoir pondu un petit héritier, elles qui étaient aux abonnées absentes depuis le début de la grossesse. C’est aussi le moment qui veut dire qu’on peut officiellement retomber enceinte, youpi youpi (non).

10. Acquérir la propreté

Et non pas « acquérir la propriété », ce qui est totalement différent. Etre « propre » pour un enfant, ça veut dire qu’il va faire ses petits besoins sur un pot et non plus dans sa couche. Ça ne veut pas non plus dire qu’il était sale avant hein, mais c’est le terme utilisé, c’est pas moi qui fait les règles ma p’tite dame.

11. Avoir du muguet

Quand on lit ou quand on entend le mot « muguet », on pense aux fleurs, à l’odeur, au désodorisant pour chiottes, au jour férié, ou allez, au pire, aux manifs du 1er Mai. Mais est-ce qu’on pense vraiment que c’est en fait le nom d’une espèce de champignon dégueu que les bébés ont dans la bouche ? Bah non. Et pourtant !

12. Faire du cododo

Ou le « co-sleeping » pour ceux qui se la pètent à utiliser des mots anglophones alors qu’ils ont eu 7/20 en anglais au bac, ça veut tout simplement dire « dormir avec son bébé », genre dans le même lit (si t’arrives à rentrer dans son berceau, j’veux bien une photo), ou en mettant le divin enfant dans le lit parental (afin d’anéantir toute chance de lui faire rapidement une petite soeur ou un petit frère).

13. Sevrer le bébé

Non, ça ne veut pas dire que le bébé est un gros drogué qui doit aller dans un centre de désintox pour arrêter la came, ça veut en fait dire que le bébé doit arrêter progressivement de tétouiller le téton usé de sa mère. Mais quand on sait pas, on imagine vite des trucs chelou.

C’est bon, vous y voyez un peu plus clair ? Si on peut aider, hein.

Et évidemment, tu le sais, on a plein d’autres tops sur la parentalité comme les légendes sur la parentalité ou les trucs qu’on t’avait pas dit sur la parentalité.