Kikoo les tatoués. Bon a priori statistiquement, il y a 48 % de chances pour que toi qui me lis sois tatoué. Et sur ces 48 % de lecteurs tatoués, à peu près 99 % ont été tatoués à peu près de la même façon. C’est à dire une technique moderne, avec un dermographe électrique. Mais il faut savoir qu’en fait, s’il y a quelques grandes techniques historiques de tatouages, concrètement il y a à peu près autant de techniques de tatouage que de tatoueurs.

1. Tatouage électrique

Comme je vous le disais c’est la méthode la plus répandue, a priori la moins douloureuse et la plus moderne. Elle consiste simplement à utiliser un dermographe électrique ou ce qu’on appelle un « machine gun ». Cet outil est fait de plein de petites aiguilles qui puisent leur encre dans une recharge.

2. Tatouage au bambou

Technique ancestrale mais qui est encore utilisée de nos jours en Asie. Elle est plus rare car très difficile à maîtriser contrairement à la technique du dermographe. L’aiguille est cette fois-ci insérée au bout d’un bambou et on la plante pareil dans la peau. Apparemment c’est assez impressionnant à voir et il paraît que c’est moins douloureux que le dermographe parce que l’aiguille pénètre moins profondément dans la peau.

3. Le tatouage maori

Déjà, il faut savoir que le mot « tatouage » vient d’Océanie et aurait été ramené en Europe par l’explorateur James Cook. Il vient du mot « tatau » qui veut dire frapper en tahitien et a fini par être franciser au milieu du XIXème siècle. En effet cette technique peut aussi être nommée technique du marteau puisqu’on trempe dans l’encre un poinçon qui viendra ensuite « piquer » la peau avec un marteau. Ça fait peur dit comme ça mais visiblement, on en survit.

4. La technique au tube de métal

Sauf erreur (amis tatoueurs, n’hésitez pas à vous manifestez), cette technique est très proche de celle du bambou sauf qu’à la place du bambou, on utilise quoi ? On utilise une tige de métal of course. Cette technique est encore courante au Japon.

Source photo : Giphy

5. Le tatouage à l'aquarelle

Ce n’est pas vraiment une technique en soi mais plus une pratique de tatouage. Il s’agit comme son nom l’indique de reproduire tout simplement un effet aquarelle sur la peau en utilisant des couleurs mélangées afin de reproduire cet effet de transparence. Généralement il s’accompagne d’un motif plus précis avec une forme. En revanche, c’est un tatouage qui s’estompe plus rapidement.

6. Tatouage "blacklight"

C’est la nouvelle tendance de tatouage, qui consiste à tatouer avec une encre phosphorescente dont le motif disparaît après cicatrisation et n’apparaîtra que sous les rayons d’une lampe UV. Autant dire que tu as peu de chance de te lasser de on tatouage. En revanche c’est pas ultra répandu parce qu’on n’est pas encore ultra confiant sur la composition de l’encre.

Source photo : Giphy

7. Un tatouage botanique

C’est une technique totalement inventée par la tatoueuse Rita Zolotukhina (on l’appelle Rit Kit dans le ghetto). Sa méthode consiste à récupérer des feuilles qu’elles trouve plutôt respectable sur le plan esthétique et qu’elle trempe dans l’encre. Après avoir utilisé ce vrai motif naturel, elle utilise les couleurs et rajoute les détail de façon à faire un tatouage ultra réaliste.

??#liveleaftattoo #ginkobiloba #tattoo #tattrx #leaftattoo #nature #floraltattoo #dsfloral #ritkit #ritkittattoo

A post shared by ?tattoo and Illustration? (@rit.kit.tattoo) on

8. Le tatouage tendance "prison"

Un cuter pour tailler dans la chair et un style avec lequel rentrer l’encre et le tour est joué. Bon tu passes difficilement à côté d’une sale infection mais au moins, même si tu n’as plus de peau, tu auras un tatouage gratuit et ça c’est kikoo lol. En revanche, laisse bet pour le tatouage du plan de sortie sur ton corps, le plan a déjà été grillé.

Source photo : Giphy

Sources :

Boredart

Planetd