Lors d’une soirée, on est confronté à un ensemble de compromis. Le principal étant de durer longtemps sans se faire chier en étant bourré mais pas trop (à ce sujet retrouvez notre top sur meilleures astuces pour tenir son verre quand on est torché). Bref il y a tout un art à savoir tenir en équilibre sur cet axe sensible de l’ébriété. Pour ne pas faillir, il est par exemple conseillé de ne pas s’attaquer trop vite au pinard, encore moins aux alcools forts et donc d’opter pour l’option des buveurs longue durée en soirée : la bière. Mais le problème avec la bière c’est qu’il faut la décapsuler à tire larigot. Or, passé la première heure de la soirée, on n’a plus la main mise sur le décapsuleur officiel. Il faut trouver des solutions alternatives ingénieuses et nous sommes là pour vous aider dans votre quête.

1. Le coup classique : le briquet

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui savent décapsuler avec un briquet et les autres. Et croyez-moi que quand ce sera la fin du monde je donne pas cher de cette seconde catégorie d’êtres humains inéluctablement vouée à une mort lente et douloureuse. Voici donc une bonne fois pour toute un tuto pour apprendre à faire ce putain de geste bordel c’est pas si compliqué !

Bon OK, perso, j’ai jamais réussi à le faire sans m’écorcher la moitié de la main, mais je ne désespère pas d’y arriver. Un jour… Peut-être…

2. Le méta-décapsulage : une bière avec une bière (comme dans la chanson de Mécano)

Si on a une bière, c’est qu’on a généralement au moins deux bières (sinon ta vie est trop triste, suicide-toi). Dans ce cas, tu peux alors utiliser la première bière pour décapsuler la seconde bière jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une seule bière ce qui renvoie à la première option (le suicide).

Je sais pas vous mais chaque fois que j’ai essayé j’en ai foutu partout. Mais au moins ça donne l’excuse de chanter à tue-tête : « Une bière avec une bièèèèèèèèère ».

3. Le décapsulage anarchiste : avec un parc-mètre

Inconvénient n°1 : il faut être dans la rue et avoir un parc-mètre dans le périmètre. Il faut ensuite s’assurer de ne pas avoir de policiers en patrouille à moins de 15 mètres (distance au delà de laquelle leur vision ne permet de distinguer exactement ce que vous êtes en train de foutre). Si toutes ces conditions sont réunies, tu peux alors te saisir de ta bouteille injustement fermée et disposer le goulot au niveau du clapet métallique. Une simple pression devrait suffire à ouvrir la bouteille contenant le précieux élixir de houblon.

Attention, la dernière fois que j’ai moi-même mis en pratique cette technique, j’ai cassé la bouteille et après j’étais très triste.

4. Le décapsulage qui brise les frontières : avec une porte

Soit en calant le goulot de la bière dans le trou du verrou, soit en mode gros bourrin en calant le goulot dans l’ouverture de la porte et en refermant par petits à-coups jusqu’à ce que cette conne de capsule dégage bordel à fion. Attention, il y a 75 % pour que cette méthode entraîne une flaque de bière au pied de ladite porte et qu’elle soit elle-même abîmée par l’opération. Ce n’est pas une solution locataire-friendly.

NDRL, ça marche aussi avec le rebord d’une table que tu ne tiens pas particulièrement dans ton cœur.

5. Le décapsulage façon champagne : avec un sabre

Normalement, le sabrage du champagne doit suivre des règles très précises comme par exemple avoir une bouteille dont la pression est de 4 à 6 bar, il faut l’incliner dans 30 et 45° et qu’elle soit bien froide. A priori, tous ces critères ne semblent pas vraiment compatibles avec une bouteille de bière. Soit. Mais qui ne tente rien n’a rien. Et si vraiment ça ne marche pas tu peux toujours te démerder pour décapsuler la bïnche avec la lame du couteau.

6. Le décapsulage scolaire : avec une feuille de papier A4

Bon pour le coup, je trouve que cette technique est une vaste arnaque. Parce que nous on est naïf, on pense que la feuille va décapsuler la bière comme par magie. Et puis en fait non. Il faut la plier en 10 de façon à ce qu’elle soit assez épaisse et solide pour servir de levier et décapsuler la bière comme un briquet finalement.

7. Le décapsulage gastronomique : avec une cuillère ou une fourchette (ou un tournevis pour les plus intrépides)

Bon vous avez commencé à comprendre comment ça marchait le concept de faire levier avec tout et n’importe quoi. Bon bah la cuillère, la fourchette, c’est comme la lame du couteau. Pas plus compliqué que ça en fait dans le fond.

8. Le décapsulage "accident de la route" : avec la boucle de ta ceinture

Cette technique est doublement peu recommandable. D’abord parce qu’elle suppose que tu bois en conduisant ce qui est très vilain. Ensuite, elle suppose également que non seulement tu bois en conduisant mais qu’en plus que n’a pas mis ta ceinture, et qu’en plus tout en conduisant tu fais une manœuvre qui dévie ton attention sur autre chose que la route. La bonne nouvelle c’est qu’au Paradis, les bières s’auto-décapsulent. YAY.

9. Le décapsulage BALEK : avec n'importe quelle surface qui ressemble de près ou de loin à un truc sur lequel on peut crocheter la bière

La preuve, un type est même parvenu à décapsuler sa bïnche avec le plafond de son train. Bon après ça dépend des design de trains de toute évidence, mais tout ça pour dire que si tu es un peu imaginatif/ve tu peux utiliser n’importe quel élément de ton environnement pour en faire ton allier décapsuleur.

10. Le décapsulage nucléaire : avec un sèche-cheveux

Le tutoriel ci-dessous parle pour lui-même, je ne saurais trouver les mots pour mieux vous expliquer comme procéder de la sorte.

Alors, heureux ?