On sait comment ça se passe. Vous n'aviez pas l'intention de boire à la base, et c'est d'ailleurs l'intention qui compte. Vous avez pourtant fini dans un sale état hier soir. Et une fois de plus, vous avez ressenti ce sentiment provoqué par l'ivresse : un sentiment de toute-puissance, un peu comme si l’alcool vous dotait de super pouvoirs. A jeun, vous êtes Clark Kent. Ivre, vous devenez Superman… Ouais, enfin ça c’est dans votre tête, parce que pour les autres, vous devenez surtout super relou. 10 super pouvoirs dont vous vous croyez doté quand vous avez trop bu.

  1. Super-blagueur (vous avez dit "super-relou" ?)

    À partir du 1er verre (un peu corsé), vous devenez un vrai luron et trouvez systématiquement un bon mot, une vanne ou une remarque des plus spirituelles à glisser à votre auditoire, fourni et suspendu à vos lèvres. Quel déconneur vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 1er verre (un peu corsé), vous enchaînez les blagues, certes, mais les plus salaces et les plus immondes. Et les moins drôles. Par conséquent, vous enchaînez surtout les bides... L'alcool, vous rend aussi drôle que Gad Elmaleh, c'est vrai. Mais dans la pub LCL.

    laugh
  2. Super-polyglotte (vous avez dit "super-charabia" ?)
    À partir du 2ème verre, vous pouvez soudainement échanger "fluently" avec la superbe Indienne qui passe sa commande, à côté de vous. Dans un anglais irréprochable. Et cette superbe sévillanne, que vous aviez entreprise pendant de longues heures, dans un espagnol proche de celui de Cervantès ? Quel fin linguiste vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 2ème verre, vous êtes juste suffisamment décomplexé pour vous adresser au premier venu. Et cette soudaine confiance ne s'encombre pas de la barrière de la langue, si le premier venu est étranger. L'alcool ne vous rend pas polyglotte, il vous fait juste vous en branler de bafouiller à chaque mot et d'empiler les fautes de grammaire.

    When-Phoebe-Teaches-Joey-How-Speak-French
  3. Super-aventurier (vous avez dit "super-plan galère" ?)
    À partir du 3ème verre, vous devenez aventureux, curieux de tout et vous rendez dans toutes sortes d'endroits exceptionnels. Vous y faites toutes sortes de rencontres, découvrez de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. L'alcool vous ouvre les chakras et vous pousse à la rencontre de votre prochain... Quel aventurier vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 3ème verre, vous suivez juste vos potes dans les plans les plus pourris qui soient. En témoigne votre dernière escapade dans ce squat ("espace autogéré"). "Tu vas voir gros, la pinte est à 2€50, c'est super convivial ! Les keupons, tant que tu croises pas leur regard, ou que tu ne respires pas leur oxygène, ils sont quasiment pas agressifs..." Résultat, vous êtes réveillé, le lendemain matin (vers 17H), dans le terrain vague en face de l'usine désaffectée, en caleçon (sans chaussures, ni portable... ni dignité), couvert de vomi (le vôtre), d'urine (pas la vôtre), avec des pénis dessinés au marqueur sur tout le corps. L'alcool ne vous rend pas plus ouvert, il fait juste de vous un mouton assoiffé.
  4. Super-confiance (vous avez dit "super-narcissisme" ?)
    À partir du 4ème verre, vous n'hésitez pas, en vous rendant aux lieux d'aisance, à vous glisser un petit coup d’œil complice à vous même, en passant devant le miroir, pour vérifier que vos cheveux sont toujours impeccablement coiffés, et vos dents, immaculément blanche. Vous vous faites un petit clin d’œil, et vous regagnez votre auditoire, qui vous attend impatiemment. Quel bel homme vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 4ème verre, vous commencez déjà à perdre un peu les pédales, et vous enchaînez les grimaces les plus puériles devant le miroir, tout en rigolant bêtement, et en recouvrant de pisse le sol des toilettes. L'alcool ne vous rend pas plus beau, ni même plus sûr de vous ; il vous rend simplement moins exigeant avec vous même.

    danse
  5. Super-chanteur (vous avez dit "super-brailleur" ?)
    À partir du 5ème verre, emporté par la bonne humeur ambiante, vous vous laissez volontiers aller à pousser la chansonnette, pour vous mettre en valeur pour amuser la galerie et chauffer un peu tout le monde. Quel larron vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 5ème verre, vous chantez, oui, mais faux et fort. Vous hurlez, en fait. Votre harmonie vocale et surtout votre répertoire sont, excusez l'euphémisme, A CHIER. Ouais, c'est plutôt du Patrick Sébastien que du Jacques Brel que vous entonnez à tue-tête, au milieu de tous, debout sur la table, les parties génitales à l'air... L'alcool ne vous fait pas chanter mieux ; vous faites seulement saigner les oreilles des autres en restant en paix avec vous-même.

    sing
  6. Super-séducteur (vous avez dit "super-lourdaud" ?)
    À partir du 6ème verre, vous n'hésitez plus à "solliciter" la gent féminine. Les plus beaux et les plus intéressants spécimens qui soient, bien entendu. Faut dire que vous devenez soudain beau, subtil, et sûr de vos forces. Brad Pitt, avec l'intellect d'Albert Einstein. Quel beau parti vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 6ème verre, vous êtes juste allégé des souvenirs des innombrables râteaux que vous n'avez cessé d'accumuler depuis le CE1, (lorsque vous vous étiez fait traiter de "cacaboudin" par la fille de vos rêves) jusqu'à votre premier (et dernier) rapport sexuel (il y a 4 ans avec votre cousine germaine). L'alcool ne vous rend pas plus beau, ni plus éloquent, il vous rend juste plus insistant. Et plus relou.

    dance
  7. Super-intimité (vous avez dit "super-haleine de chien de traineau" ?)
    À partir du 7ème verre en soirée, vous sentez soudain une réelle proximité avec les gens qui vous entourent. Une sorte d'intimité, indéfinissable, qui vous rapproche, et vous fait communier, l'espace d'un instant, en enchaînant les conversations de très haut niveau, sur la crise économique de 1929, ou sur la théorie des cordes... Quel grand sensible vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 7ème verre, vous vous mettez juste à parler à 1 cm du visage de chacun de vos "victimes", les saoulant avec des phrases aussi profondes qu'un pédiluve. "Franch'ment mec, ça m'fait chialer le racisme entre les peuples..." "Et la violence, franch'ment c'est vraiment de la merde..." Vraiment ? On en reparle dans 3 verres...? L'alcool ne vous rend pas plus sensible, il vous rend juste con et intrusif. Et vous fait méchamment puer de la gueule.
  8. Super-richesse (vous avez dit "super-découvert" ?)
    À partir du 8ème verre, vous vous affranchissez des contraintes matérielles de la vie quotidienne. Après tout, on n'a qu'une vie, et c'est maintenant que vous voulez en profiter, entouré des gens que vous aimez. Alors oui, vous enchainez les tournées, mais c'est pour la bonne cause. Quel philanthrope vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 8ème verre, vous perdez complètement pied et vous ne voulez pour rien au monde voir cesser cette sensation d'allégresse et retourner à votre misérable existence. On n’envie pas votre journée du lendemain, quand vous retrouverez dans vos poches de jean tous ces tickets de carte bleue, tandis que l'armée rouge au grand complet défile dans votre tête... L'alcool ne vous rend pas généreux, il vous fait juste vous accrocher à lui par tous les moyens qui soient.

    cash
  9. Super-foie (vous avez dit "super-vomito" ?)
    À partir du 9ème verre, vous commencez à vous dire que, "ce soir", vous êtes dans la forme de votre vie. IN - TOU - CHA - BLE. Porté par la grâce. Y'a des soirs comme ça, où l'alcool n'a aucune prise sur vous. "Tu nous remettras un mètre de Teq Paf steuplait ?". Quel briscard vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 9ème verre, vous vous mettez à enchaîner les consos, et particulièrement les mélanges, et ce malgré les regards désapprobateurs appuyés que vous lance votre pote le plus "sage" (on en a tous un comme ça). Quel rabat-joie ! Ce soir c'est pas comme les autres fois, vous le sentez bien. Lui, c'est votre vomi qu'il sent bien. D'ici. L'alcool ne vous rend pas endurant, il vous rend juste inconscient de vos limites.

    glass
  10. Super-justicier (vous avez dit "super-patient des urgences" ?)
    À partir du 10ème verre, le justicier qui est en vous refait surface et vous mettez un point d'honneur à défendre la veuve et l'orphelin. Vous devenez soudain 6ème dan de Karaté, et taillé comme un Dieu Grec. Quel type courageux vous faites...
    Euh... en fait, à partir du 10ème verre, vous vous mettez surtout à rechercher le moindre "affront", à l'encontre de votre personne, de vos proches, des proches de vos proches... ou des parfaits inconnus qui sont présents dans votre champ de vision. Comme la fois où un type avait presque frôlé ce mec, avec qui vous aviez failli discuter en tout début de soirée. Ni une ni deux, vous y êtes allé et avait expliqué au malotru votre façon de penser. En retour, il vous a pété le nez et 2 dents. Vous n'avez jamais fait de karaté de votre vie. Vous êtes toujours affublé d'un corps de faisan, et d'épaules de serpent. L'alcool ne vous rend pas plus fort, il vous rend juste plus belliqueux.

    simpsons

Boire ou être digne, il faut parfois choisir.

Sources: Des potes à nous qui ne savent pas boire. Évidemment, nous on n'est pas comme ça...

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !