Quand on est une jeune fille toute fraîche et pleine d’espérances sur le point de sombrer dans l’adolescence, on n’est pas toujours armée pour affronter cette transition chelou. Ah ça, pour éduquer les garçons, on a ce qu’il faut : la découpe du pénis dans les livres de SVT, la consommation régulière (et acceptée) du porno, la masturbation et tout le tintouin. Autant de sujets naturellement abordés sans pour autant qu’on y inclue les filles. Pourtant, il leur en arrive des trucs pas cool dont personne ne parle jamais parce que c’est crassou. Rassurez-vous donc, jeune donzelle, vous n’êtes pas un monstre.

1. Les pertes blanches

Elles arrivent aux alentours de dix, onze ans. Ça n’a rien à voir avec les règles. On les appelle les leucorrhées. C’est une sécrétion dont la quantité varie selon les femmes (entre 1 et 4 ml par jour). C’est ainsi que des pertes blanchâtres (ou parfois d’une couleur plus insolite) apparaissent dans le fond de ta culotte et comme t’en as jamais entendu parler, tu mets un peu de temps avant de comprendre que tu n’as pas un cancer de la teuch.

Source photo : Giphy

2. Les pertes blanches , vraiment quoi

Parce qu’on aurait bien aimé être prévenues de ce qui allait se passer dans notre vagin avant de pleurer à cause de cette pâte flippante. SALOPERIE.

Source photo : Giphy

3. LES PERTES BLANCHES BORDEL

Non mais t’imagines ? Des trucs bizarres qui sortent de ton vagin sans que tu saches pourquoi ? Militons pour la prise en charge psychologique de cette angoissante étape de vie !

Source photo : Giphy

4. Ce BG au collège deviendra très probablement un beauf cheum fan de tuning dans dix ans

Fuis, fuis tant qu’il est encore temps pour ne pas te retrouver engrossée à 19 ans.

5. La masturbation

Encore une activité ontologiquement réservée aux garçons parce que les filles, elles s’en fichent du sesque elles préfèrent lire des livres. Bah voyons. Le problème avec ce tabou sur la masturbation féminine, c’est que les filles n’osent pas en parler et ont peur de passer pour des freaks si elles avouent avoir glissé un doigt dans leur culotte.

Source photo : Giphy


6. Les règles

Certes, c’est déjà un sujet plus abordé, mais ça ne rend pas ce changement physiologique moins traumatisant (surtout parce qu’au début on pensait que ce serait des règles bleues, comme dans les pubs). C’est pourquoi il faut continuer d’en parler, toujours plus parce que les règles sont encore une honte, une galère, un truc crade pour les filles et ça commence à bien faire.

Source photo : Giphy

7. Ne pas montrer ses boobs devant sa webcam (même si le mec ou la meuf a l’air super sympa)

On ne le dit jamais assez, fais attention à ne pas te retrouver à te faire filmer par un bel inconnu qui se fera un plaisir d’utiliser les vidéos de toi à poil pour les mettre sur Facebook (ou pour les envoyer à sa mère). Ce genre de manipulation à l’adolescence peut être dure à assumer (à l’âge adulte aussi, mais disons qu’on temporise un peu).

8. Mettre un tampon

Quand on n’a pas été dépucelée, c’est parfois très compliqué d’en utiliser un. Alors on se cantonne aux serviettes hygiéniques collées aux culottes dont on ne sait jamais si le sang va bien couler au bon endroit et pas à côté. Le problème c’est surtout que personne n’a été foutu de nous montrer comment ça se mettait et qu’à onze ans on ne sait pas forcément comment orienter le tampon dans son vagin et que les notices de paquet de tampons nous ont filé plus de cauchemars que de solutions.

Source photo : Giphy

9. Non, on ne déchire pas son hymen par un claquement de doigts

L’hymen est une membrane qui se déforme normalement au premier rapport sexuel et qui selon sa forme peut poser problème pour certains usages comme celui du tampon (cf point précédent). Toutefois, il est quand même très rare de se déchirer l’hymen avec un tampon ou à cheval donc cessons de flipper.

10. Sortir avec un mec plus vieux ne veut pas dire qu’il est plus mieux (surtout si c'est ton père ou ton oncle)

Même si les deux mots n’ont qu’une lettre différente, cela n’a rien à voir. De la même façon que “mite” et “bite”, ou “anus” et “anis” sont des termes aux significations radicalement opposées. En revanche, même si les mots “enchevêtrement” et “galimatias” n’ont presque aucune lettre en commun, ils sont pourtant synonymes, comme quoi, il n’y a vraiment pas de règles.

Sachez que ce top aurait pu être intégralement consacré aux pertes blanches, ces fdp.

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !