Crédits photo (creative commons) : Pierre-Alain Dorange

C'est un spécimen qu'on voit débarquer dans nos campagnes certains week-ends stratégiques, à la Toussaint, à Noël et surtout l'été, avec les beaux jours. Quand la chaleur devient étouffante dans la capitale, le Parisien migre naturellement vers les contrées verdoyantes où il a gardé un peu de famille pour s'adonner à quelques activités pittoresques et extrêmes comme marcher au bord d'un étang avec un K-Way ou manger de la cuisine au beurre. Malgré son grossier déguisement, le Parisien est aisé à reconnaître, quelques indices vous permettront de le repérer et de lui filer des indications erronées quand il vous demandera son chemin. Pour le faire chier.

  1. Le Parisien vient équipé
    Coupe-vent, gros pulls, bottes en caoutchouc toutes neuves, le Parisien se méfie toujours des éléments dans ces contrées hostiles. Il vérifie régulièrement qu'il a du réseau (3G minimum) sur son téléphone ("Rhooo putain! 4 briques, sur une départementale!") et a dans sa bagnole une trousse à pharmacie. Parce que les remèdes locaux, ça doit être à base de bave de sanglier ou de pisse de furet, à tous les coups...
  2. Le Parisien est complètement bourré, il est 18 heures
    Il est vrai que dans nos villages, on a tendance à montrer son hospitalité en l'accompagnant d'un godet, même à 9h du matin. Ce genre de pratique demande un peu d'auto-discipline (ou d'habitude) pour éviter de mettre à terme trop rapidement à sa journée. Et puis ce n'est pas à Paris qu'on entretient une belle tradition de bouilleurs de cru qui permet d'obtenir de l'alcool à 48° d'à peu près n'importe quelle plante.
  3. Le Parisien est un peu paysagiste et n'hésite pas à critiquer
    Parce que c'est bien beau le remembrement, mais ce square, c'est n'importe quoi, une vache n'y trouverait pas ses veaux si vous me passez l'expression. Et puis quelle idée de faire un square de 3000 hectares? Quoi? Une forêt domaniale? Y'a même pas un Starbucks dedans!
  4. Le Parisien se renseigne sur les prix de l'immobilier
    Et constate avec un émoi constant qu'il pourrait se payer une maison à trois étages avec le terrain qui va bien pour le prix de son T1 à Paris. C'est en tout cas ce qu'il tient à vous préciser, jugeant que vous n'avez pas la moindre idée des réalités de la capitale.
  5. Le Parisien pense aussi que personne du coin n'a jamais mis les pieds à Paris
    Et c'est une des raisons de son pèlerinage : venir conter aux locaux (les pèquenots) ce qu'est la vie Parisienne, avec ses autobus, ses trottoirs et tous ces trucs dingos de citadins. Il est même possible que le Parisien sorte négligemment un ticket de métro de sa poche pour vous impressionner (ou carrément de la verroterie, un miroir...)
  6. Le Parisien demande s'il a le droit de s'asseoir dans l'herbe
    Sait-on jamais, un employé municipal pourrait à tout moment surgir et le faire dégager manu militari de ce champ en friche. Le fait qu'il y ait des taupes et les traces du passage récent d'un troupeau de bovins aurait dû pourtant le mettre sur la piste.
  7. Le Parisien a peur des bêtes
    Tout ce qui est abeilles, frelons, sangliers, ours polaires ou loup-garou, le Parisien s'en méfie. Et il s'assure qu'il n'y a pas de serpents avant de s'installer à la terrasse d'un café.
  8. Le Parisien trouve que tous les aliments ont meilleur goût
    Y compris le Twix qu'il a acheté dans une supérette du bourg. Vous avez beau lui expliquer que les légumes qu'il mange à Paris ne sont pas des légumes de synthèse et qu'ils ont vraisemblablement poussé eux aussi dans de la terre, il n'en a rien à foutre. Et il n'acceptera pas non plus l'idée qu'en campagne aussi, parfois, on bouffe de la merde, parce que c'est bon ces conneries.
  9. Le Parisien peine à accepter que la vie est une jungle
    Et que le petit cochon qu'il a caressé tout à l'heure est prévu pour le déjeuner dimanche. Non, il n'existe pas de "jambonnier" dans lequel Monsieur Madrange vient cueillir son jambon, il faut parfois affronter la réalité..
  10. Le Parisien parle clairement, en séparant bien les syllabes
    Il sait qu'il parle le "parisien", et que c'est parfois très différent du patois local. Il évite tout anglicisme ou tout terme technique qui pourrait mettre dans l'embarras son interlocuteur. "BON-JOUR... Je cherche un parking... un espace goudronné où je pourrais laisser mon véhicule... ma "chariotte"... Il n'est pas indiqué dans mon GPS... C'est cet engin, c'est connecté au satellite, mais rassurez-vous, ça ne détraque pas la météo..."
  11. Le Parisien s'émerveille devant la volupté ambiante et devant les beautés de Dame Nature
    Finalement, heureusement que quelques citadins viennent parcourir nos contrées pour nous rappeler à quel point on a de la chance d'y vivre. Est-ce qu'on saurait qu'on a de l'air pur si on ne voyait pas de temps à autre un Parisien le respirer à pleines narines, les bras ouverts, sur le parking de la place de la mairie?

Et vous, vous êtes accueillant avec le Parisien ?

Voir également le top des astuces pour ne pas avoir l'air d'un provincial à Paris.

Top soumis par Junain