On en parle de plus en plus et c’est clairement une bonne chose: le harcèlement à l’école. Que tu aies été victime toi-même de ce genre de comportements ou que tu suspectes ton enfant de l’être, ce n’est pas un sujet à prendre à la légère, surtout quand on sait à quel point les conséquences peuvent être terribles. Il y a quelques signes qui peuvent t’alerter toi, en tant que parent, qui peuvent te permettre d’agir au plus vite, avant que ça ne dégénère encore plus, et qui peuvent t’aider à différencier une simple « bagarre de cour de récré » et un véritable harcèlement, physique ou moral.

1. Etre attentif à tout changement de comportement

Vous connaissez votre enfant, vous l’avez mis au monde, vous l’avez élevé, vous le connaissez par coeur. Et si vous remarquez un changement de comportement à la maison, comme un isolement, ou bien en classe avec, par exemple, une insolence qui ne lui ressemble pas, ça peut être un des signes que quelque chose ne va pas.

2. Il ne veut plus aller à l’école

Il cherche des prétextes pour ne pas y aller, il dit qu’il a mal au ventre, des nausées, il demande à ce que vous l’ameniez jusque devant les grilles ou que vous veniez le chercher à la sortie alors que ce n’était pas son genre avant, il traine des pattes pour y aller, pour prendre le bus, etc. Ce n’est pas qu’il devient soudainement un tire-au-flanc, c’est qu’il y a une angoisse, un truc qui le met clairement pas à l’aise.

3. Il a des traces de coups

Et de plus, de manière fréquente. Ce n’est pas simplement un bleu au genou parce qu’il s’est crouté comme de nombreux gamins, ça peut être un oeil au beurre noir, des marques sur le corps, des vêtements déchirés. Vous savez que votre enfant n’est pas si maladroit au point de tomber par terre tous les jours, c’est peut être plus que ça.

4. Son matériel est détérioré fréquemment

Il vous demande de manière répétée de lui acheter un nouveau sac/cartable, une nouvelle trousse, un nouveau manteau parce que le sien a été encore perdu… Ce ne sont pas des objets qui se cassent ou se détériorent facilement, et surtout, si ça se produit à de nombreuses reprises, ce n’est pas normal.

5. Il est très (trop) fatigué

Il dort mal, est angoissé, et s’il doit être sans cesse sur ses gardes quand il est dans l’établissement, ce n’est pas normal. Un enfant/ado ne doit pas avoir peur d’aller à l’école, que ce soit à cause d’un professeur un peu trop dur ou à cause d’autres élèves. L’école ne doit pas être une source de stress. Si vous remarquez une fatigue excessive et selon vous, injustifiée, ça peut être un signe.

6. Il a des troubles physiques

Il fait des cauchemars, de l’eczéma, il a des dérèglements hormonaux (comme un retard de règles pour les filles), il perd ses cheveux, vous constatez un retard de croissance, ou bien encore une soudaine énurésie nocturne : il ne faut pas hésitez à essayer de comprendre les origines de ces troubles, ce n’est pas anodin.

7. Il semble être isolé

Il n’est pas invité aux anniversaires, ne sait pas à qui demander les devoirs ou les cours à rattraper si jamais il est absent un jour en classe, et ne souhaite pas inviter de monde chez lui pour son anniversaire. Il est peut être seul face à ses harceleurs, et préfère s’isoler et se mettre en retrait, pour éviter d’avoir à affronter ceux qui lui font peur.

8. Il est en échec scolaire

Si l’école devient un endroit dangereux pour lui où il ne se sent pas en sécurité, il peut avoir des difficultés à se concentrer et à suivre les cours. Etant perturbé par son environnement et développant une vraie phobie de l’école et de ceux qui s’y trouvent, vous pouvez voir ses notes s’effondrer, et ses professeurs peuvent aussi vous alerter sur son manque de participation. A l’opposé, il peut aussi développer une grande insolence en classe, pour prouver à ses harceleurs qu’il peut être lui aussi comme eux, et cacher son mal-être et sa détresse.

9. Il ne veut pas en parler

Si vous lui demandez frontalement s’il est harcelé, il y a de grandes chances pour qu’il vous mente, par peur de vous décevoir, ou parce qu’il peut penser qu’il est capable de gérer cette situation, ou que vous ne pouvez pas le comprendre, ou bien encore parce qu’il peut penser qu’en parler pourrait lui causer du tord. Pourtant, si vous avez le moindre doute ou si vous constatez les signes précédemment cités, il ne faut pas hésitez à creuser un peu plus et aider sa parole à se libérer.

10. Le harcèlement peut être aussi sur les réseaux sociaux

On est dans une ère où le numérique est partout, et où pratiquement tous les enfants/adolescents y ont accès. Que ce soit Facebook, Twitter, Instagram et j’en passe, le harcèlement peut très facilement dépasser le cadre de l’école et arriver jusque dans les foyers grâce aux réseaux sociaux. Une photo ou une vidéo partagée sans son consentement, une avalanche de commentaires sous une publication peuvent faire des dégâts tout aussi dangereux que des coups portés physiquement. C’est vraiment un truc à surveiller en tant que parents, et si vous constatez des choses suspectes, faites des captures d’écran, et signalez-les aux personnes compétentes.

N’hésitez pas à consulter le site internet mis en place par le gouvernement pour comprendre, déceler et agir contre le harcèlement à l’école, sans déconner ça peut sauver des vies.

On a aussi fait un top sur quoi faire pour aider une victime de harcèlement scolaire, ça peut vous être utile.