Elle est loin l’époque ou ton gamin n’était qu’un doux et petit bébé. Elle est loin l’époque où il disait qu’il voulait vivre avec toi pour toujours, et où tu étais le centre de sa vie. Maintenant, il lève les yeux au ciel dès que tu parles, pue des pieds et est persuadé que Jul est un génie de la littérature et de la musique. T’inquiète pas, ça finira bien par passer. Un jour.

1. Il grandit physiquement

Il a hâte de muer et s’inspecte quotidiennement sous les bras à la recherche que quelconques poils. C’est sûr, c’est une très bonne chose de grandir. Mais prendre 8 cm en un été et 2 pointures en moins de 6 mois te crament tout ton budget fringues. Tu attendais les soldes pour t’offrir cette petite robe qui te tendait ses petites manches hors de prix en te soufflant « prends-moi » ? Tant pis pour toi, les crampons de foot trop petits n’attendent pas, eux.

2. Il veut être comme les autres

Certes, ton enfant est un être exceptionnel, tout le monde t’as assez entendue le répéter. Mais lui, rentre dans une phase dans laquelle il ne veut surtout pas l’être. Il veut être le clone de ses potes. Même coiffure, mêmes fringues, mêmes chaussures, même sac à dos. Tellement que tu le confonds avec les autres quand tu vas le chercher au collège : « Tiens, c’est lui ? Ah non, c’est pas lui. Et lui, là-bas ? Non plus. »

3. Il est susceptible

Ne t’avise surtout pas de lui dire que le slim ne lui va pas, et que ça ne va pas à grand monde, en fait. Il est à prendre avec des pincettes dès qu’on ose une suggestion : « Tu sais mon chéri, Antoine Griezmann a une coupe de cheveux qui lui va bien, à lui… « Quoi que tu dises, tu auras droit à un : »Pfff !, t’y connais rien, d’faç’ »

4. Il pue

Ahh ! Cette odeur caractéristique des bébés qui nous faisait craquer et qui nous confortait dans notre instinct de femelle mammifère… cette odeur qu’on sniffait littéralement tellement ça sentait bon, a fait place à une odeur tout aussi caractéristique de l’ado secoué par ses hormones. En bref, ça pue. Tu glisses donc négligemment un déo dans le sac de sport de ton môme, tout en priant qu’il ne le prenne pas trop mal, et surtout qu’il l’utilise.

5. Il est insolent

Avant, un haussement de ton suffisait à le faire obéir et il obtempérait rapidement quand tu lui donnais un ordre. Maintenant, il lève les yeux au ciel quand tu lui parles, te répond avec un ton de merde, et claque la porte de sa chambre quand il n’est pas content. Sans compter que les punitions ne marchent plus franchement, et qu’il adore tester tes limites. #Kestuvasfaire #Tuvasrienfaire

6. Il te ment

« T’as fait ses devoirs ? -Ouais ouais ! Tu t’es douché ? -Ouais ouais »… avant, ton petit ne pouvait pas tenir un mensonge plus de 20 secondes ( avec la main dans le pot de Nutella et la bouche de la même couleur) sans qu’il ne craque et confesse ses crimes. Maintenant, il te regarde dans les yeux tout en te prenant pour un jambon. Va te doucher, tu pues !

7. Il cherche à négocier

« Allez !!! steuplééé !!! je joue encore 5 mn à la PS4 et après je t’aide à mettre la table/ je range ma chambre/ je tonds la pelouse ». Genre . S’il continue comme ça, il finira avocat, ce petit.

8. Il parle un langage chelou

« Tiiiiin ‘ j’ai l’seum, ma daronne elle veut pas que je joue à Fortnite. Faut qu’elle croive que j’ai fait mes dev’ pour que j’sois OKLM, Jpp d’elle. » Euh…finalement, il sera peut-être pas avocat, ce petit…

9. Tu lui fous la honte

Pas de câlins en public. Une bise éventuelle est tolérée. Une belle voiture est vivement conseillée pour aller le chercher au collège mais surtout pas avec une musique trop forte, on pourrait se faire remarquer. Pas d’esclandre, nul part. De peine de provoquer un fard interminable chez notre gamin et risquer de finir en Epahd plus tôt que prévu.

10. Il a un goût douteux

Pour à peu près tout. Ses fringues, la musique qu’il écoute et ses centres d’intérêts te dépassent. Il regarde des vidéos sur YouTube d’un mec qui mange un hamburger où d’un autre qui se filme en train de jouer à Clash of Clans. Oui, tu as bien lu. Tu te sens encore plus ridée tout d’un coup. Et l’apothéose arrive quand il te dit que le meilleur Star Wars est l’épisode 1.

Mais bon, on se souvient tous de notre adolescence, non ? Pardon à mes parents.