Chacun son petit jardin secret. Ne comptez pas sur moi pour vous raconter publiquement que j’adore les trains électriques : ce secret n’appartient qu’à moi. De la même manière, l’Histoire crée ses propres zones d’ombre. Où était Vergès etre 1970 et 1978 ? Et où s’est donc planqué Gengis Khan à sa mort ? Et comment les Américains ont-ils réussi à développer un programme nucléaire entier sans que personne ne l’apprenne ?

1. L'emplacement du tombeau de Gengis Khan

Il a beau être mort en 1227, Gengis Khan n’a pas été honoré pour les siècles des siècles comme il aurait aimé ; et pour cause, on ne sait toujours pas où il a été enterré. Le mec avait expressément dit qu’il voulait être enterré dans une tombe anonyme, cela dit. On estime donc que son corps a dû être renvoyé vers sa région de naissance, dans les montagnes mongoles. Les esclaves employés pour construire la tombe auraient été massacrés, puis les soldats responsables du massacrés tués à leur tour… Histoire que personne ne connaisse l’emplacement. Ensuite, rumeurs, expéditions, chasses au trésor : et que les Soviétiques auraient découvert des indices en 1937, et qu’on aurait trouvé un mausolée en 2004 et… Un archéologue, Maury Kravitz, a juste passé 40 ans à la chercher. Bref, on n’en sait pas plus aujourd’hui.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Le projet Manhattan

130.000 personnes à l’oeuvre, 2 milliards de dollars de l’époque, ou comment mettre toutes les chances de son côté d’être découvert. Les recherches ayant mené à la création de la bombe atomique, entamée en 1939, sont probablement le secret de guerre qui avait le plus de chance d’être dévoilé et qui, pourtant, a tenu. Les fonds du projet provenaient d’une caisse spéciale dont l’attribution n’avait pas été validée par le Congrès. Mis à part les Britanniques, associés au projet, le reste des alliés ne disposait d’aucune information quant à l’existence des travaux. Même les ouvriers étaient invités à garder le silence, comme en témoigne ce panneau que l’on pouvait voir sur l’un des sites.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. L'existence de Mazarine

20 ans de secret. Entre 1974 et 1994, le secret le plus absolu a été gardé sur l’existence de Mazarine Pingeot, fille de François Mitterrand et d’Anne Pingeot avec qui il entretenait une liaison au vu et au su de sa femme Danielle sans que celle-ci ne soit officialisée. Bien sûr, dans certains milieux d’élite, Mazarine était un genre de secret de polichinelle : tout le monde savait mais se gardait bien d’en parler. Pour éviter que l’information ne filtre dès 1984, Mitterrand est tout de même parvenu à faire détruire un ouvrage de Jean-Edern Hallier avant sa parution ; c’est aussi sans doute pour les mêmes raisons que les écoutes téléphoniques ont été enclenchées, avec les dérives que l’on sait. A noter, de plus, que Jean-Edern Hallier est mort dans des circonstances suspectes en 1997, d’un accident sans témoin.

4. La catastrophe nucléaire de Kychtym

L’URSS, ce n’était pas que des camps de vacances au goulag, c’était aussi des vrais moments de grâce. En 1957, l’Union soviétique cherche à rattraper son retard sur les Etats-Unis en matière atomique et travaille tout azimut pour obtenir de l’uranium et du plutonium de qualité militaire. Tellement tout azimut qu’un jour, une panne du circuit de refroidissement de la centrale située près de Kytchyn provoque une maxi explosion équivalente à celle de Tchernobyl. Le nuage, en retombant, contamine les 20.000 kilomètres carrés autour. On fait comme si de rien n’était et on compte le nombre de morts. Surtout, ne rien dire aux gens du coin : motus et bouche cousue. Plus tard, les autorités russes créeront une réserve naturelle inaccessible autour de Kytchyn pour éviter que les cancers ne profilèrent trop trop. Il aura fallu attendre 1990, 33 ans plus tard, pour que les archives concernant la catastrophe soient déclassifiées. A noter que la CIA était au courant du désastre depuis 57 mais avait préféré la jouer taiseux.

5. Les responsables de la mort de JFK

Vous savez quand Trump a annoncé qu’il allait tout déclassifier ? Ah bah finalement non. On ne va pas vous refaire tout l’article sur les trucs mystérieux de cette affaire, depuis l’existence avérée d’un deuxième tireur à l’assassinat d’Oswald par Ruby, en passant par la personne non identifiée sur la vidéo et jusqu’à la commission Warren qui a eu des bâtons dans les roues… Vous pouvez écouter un bon vieux Rendez-vous avec X pour vous remettre dans le bain.

6. Les responsables de la mort de Robert Kennedy

Autant les mettre l’un à côté de l’autre. Le frère Kennedy, plus à gauche et plus idéaliste que John, était le favori de la primaire démocrate de l’élection de 68 et le favori de l’élection tout court. En plein mouvement des Droits civiques, il incarnait une vraie politique de mixité sociale et raciale (même s’il y avait bien sûr du positionnement politique). Enfin, il s’est fait flinguer, dans un hôtel pendant la campagne, par Sirhan Sirhan, un employé de l’hôtel fortement antisioniste. Le mec a avoué le crime.

Sauf que : les témoins n’ont vu Sirhan tirer qu’une balle, celle qui a tué Kennedy est venue d’un angle différent de celle tirée par Sirhan… Ca ne vous rappelle rien ?

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. La date du débarquement allié

Entre le débarquement échoué de Dieppe de 1942 et Omaha Beach en 1944, les Alliés ont eu deux ans pour préparer le débarquement. La moindre fuite sur la date et c’était un carnage encore pire. Pour parvenir à noyer le poisson, les Alliés ont créé divers mécanismes, l’un impliquant un leurre organisé par la Résistance pour laisser entendre au Commandement allemand que le débarquement aurait lieu plus au Nord, l’autre visant à faire croire à ces mêmes nazis que le débarquement de Normandie n’était qu’une opération de soutien au vrai débarquement. Et pour éviter toute fuite, les Alliés ont même été jusqu’à maintenir la date de l’opération malgré les conditions météo de l’enfer.

8. La fabrication de l'acier de Damas

Egalement appelé Wootz, l’acier de Damas était un type d’acier incroyablement résistant dont les origines sont à chercher du côté de l’Inde et dont le secret de fabrication a disparu au cours du XVIII° siècle. On en fabriquait dès le IV° siècle avant JC. On ignore comment qu’ils faisaient, les champions.

9. Le décodage d'Enigma

Inventée en Allemagne en 1919, la machine Enigma (en réalité toute une gamme) produisait des codes inviolables qui permettaient aux Nazis de communiquer sans risque d’être compris par les Alliés. Jamais personne n’était parvenu à décoder les messages échangés et les Nazis ne pouvaient s’imaginer que les Britanniques y étaient parvenu, ce qui a permis à l’Etat-major allié de prendre un avantage certain sur les ennemis pendant la guerre. C’est à Alan Turing et à sa bande que l’on doit le décryptage, Mais une fois celui-ci effectué (c’est un peu plus compliqué que ‘ça y’est on a le code les mecs’, mais autant simplifier), il fallait éviter à tout prix que les Allemands n’apprennent que leur méthode de communication avait été craquée. Le plus grand secret régnait donc autour du projet et les documents n’ont été déclassifiés qu’en 1970.

10. Où était Vergès entre 1970 et 1978

Avocat anticolonialiste du FLN, marié avec Djamila Bouhired, Vergès disparaît en abandonnant femme et enfants un beau jour de 1970. Personne ne sait où il a été tout ce temps-là. A Barbet Schroeder, qui lui a consacré un documentaire L’avocat de la terreur, il raconte qu’il revenait régulièrement à Paris, dans la clandestinité, pendant cette période. Pour certains, Vergès avait rejoint Pol Pot avec qui il avait fait ses classes à Paris ; pour d’autres, il travaillait aux côtés de l’OLP. Vergès n’a jamais levé le voile sur ce mystère. A son retour, les poches pleines de dollars dont on ignore la provenance, il change de braquet et se met à s’occuper d’affaires médiatiques, loin de ses engagements politiques originaux : il défendra ainsi notamment Klaus Barbie, Jacques Médecin ou Slobodan Milosevic. Mystère.

Motus, et bouche cousue.

Source : Reddit