une_paris_plages
Crédits photo : Romain D Moostik

Comme tous les ans entre les Solidays et Rock en Seine, c’est officiellement l’été à Paris. Et comme tous les ans nous sommes obligés de supporter Paris plages. Idée de génie ? Non, je ne pense pas. Voici donc le top 10 des raisons de mettre fin à cette escroquerie.

  1. C'est à Paris
    Paris reste Paris et on peut tout tenter pour le camoufler, les efforts sont vains. Paris plages comme Paris c’est donc une foule ininterrompue de badauds qui défilent comme des japonais aux Galeries Lafayette ou d’encravatés le matin sur le parvis de la Défense. Paris plages c’est aussi une propreté douteuse et deux flics au mètre carré. Rajoutez à cela le "bruit et l’odeur" de la circulation qui s’est déportée sur le quai du dessus et bien "le plagiste devient fou".
  2. Une Plage > Un bac à sable qui pue
    Un gros bac à sable certes mais juste un putain de bac à sable de 5 m de large maximum. Pas assez pour faire un beach-volley ni même un château de sable digne de ce nom. Ne comptez bien sûr pas vous baigner, il n’y a aucun accès à l’eau et de toute façon la baignade dans la Seine est strictement interdite. Le seul palliatif c’est la piscine Joséphine Baker, une piscine sur une barge sur la Seine. Un plan d’eau dans un plan d’eau, la mise en abyme ultime.
  3. beach
    La mer en moins et avec un temps de chiottes et vous êtes proche du tableau...

    Crédits photo (creative commons) : beija

  4. Ça coûte quand même une blinde on va pas se mentir

    Deux millions d’euros tous les ans. A ce prix là on ferait mieux de payer des d’aller-retour Paris-Normandie à tout le monde. De vraies vacances, à la 'vraie' plage.
  5. C'est pas vraiment écolo écolo cette histoire...
    Les types font venir des tonnes de sable par camion et étalent le tout sur le bitume. Moins écologique que ça, il y a peut être l’hélico de Yann Artus-Bertrand et encore faut voir. L’idée vient pourtant des mêmes mecs qui ont lancé le vélib, l’autolib et Yannick Noah. Aucune ligne directrice, on fait des efforts toute l’année mais non faut tout gâcher en juillet-aout.
  6. La circulation à Paris empire... si seulement c'est possible.
    Le seul avantage de Paris l'été c'est que ça roule bien mais ça c'était avant. Si vous avez l ‘impression de poser votre transat sur une aire d’autoroute, c’est normal. En effet, quand ce n’est pas une « plage », le reste de l’année la voie Georges Pompidou est ouverte à la circulation. Si vous pensez que les chauffeurs de Taxi sont grossiers tentez de le faire passer par la voie Pompidou en plein été, et ce que vous entendrez devrait vous faire revoir votre jugement.

    6500379693_cb5223d9f3_z
    Crédits photo (creative commons) : vezoul
  7. Parce qu’aucun vrai parisien n’y va

    Officiellement, l’opération a pour but de permettre aux parisiens qui ne partent pas durant l’été de se croire en vacances. Soyons francs, aucun parisien n’y va et encore moins celui qui n’a pas la chance de partir en vacances qui du coup a vraiment l’impression qu’on se fout de sa gueule quand il voit la pauvreté du truc. En réalité il n’y a que des touristes et des provinciaux. Le parisien y est allé une fois il y a longtemps pour voir où passait son fric et on ne lui refait pas le coup. Enfin si, on lui refait tous les ans (cf point n°3).

  8. Parce que ça peut encourager d’autres idées à la con
    À faire perdurer cette tradition il y a un risque non négligeable de faire croire aux gens que ça leur plaît. Sous couvert de ce « succès » d’autres idées aussi foireuses pourraient bien voir le jour. En fait elles ont déjà vu le jour avec le marché de Noël sur les Champs Elysées. À ce rythme on aura bientôt droit à Paris Ski, sans ski bien sûr mais avec de la neige artificielle pour faire des bonshommes de neige bronzés aux gazes d’échappement ou aux férias de Paris, sans taureaux mais avec du vin bio et de la limonade artisanale pour faire une jacqueline à la parisienne : dégueulasse mais chère.
  9. Parce que ça justifie la lecture d’ouvrages douteux en pleine ville
    Grâce à cette idée de génie, on peut tranquillement lire le dernier Marc Lévy/Super Picsou Géant/Guillaume Musso en terrasse ou dans le métro et se dédouaner en disant "qu’on l’a commencé à la plage cet après-midi". Oui mais non, certains ouvrages ne doivent pas être sortis de leur environnement naturel, on ne lit pas le dernier Jacques Séguéla à la fête de l’huma ou Le grand bazar dans un jardin d’enfants. Paris plages brouille les lignes à ce niveau et c’est mal.

    toutes-les-choses-quon-ne-sest-pas-dites
  10. C’est un pousse au crime vestimentaire
    Mettre des fausses plages en plein Paris c’est automatiquement amener les faux plagistes qui vont avec. Déjà qu’on ne supporte pas les touristes quand ils sont habillés convenablement (et c'est rare), on ne va pas en plus se fader des types en tongs/casquette/débardeur/maillot de bain dans le métro comme à Marseille. Certes niveau fringues ils ont abdiqué à Marseille mais ils ont au moins de vraies plages. On n’est pas sûr que ça justifie le laxisme vestimentaire phocéen mais Paris doit rester la ville du bon goût de Vincennes à Chatou.
  11. Parce que ça te rappelle que tu n’es pas en vacances
    Et ouais, à chaque fois que tu traverse le pont neuf, que tu vas à la mairie ou que tu vas acheter du crack à la Villette, toute cette débauche de sable et de palmiers te rappelle que tu aimerais toi aussi te la couler douce mais que non tu ne peux pas. Du coup tu fais ce que tu sais faire de mieux : tu râles... en top.

Top écrit par Elfminus

Tu ne sais pas quoi offrir pour la fête des mères ? On a déniché les trucs les plus cool :

Pour bien te marrer, même en voyage, c'est Topito Voyage qu'il te faut.