Crédits photo (creative commons) : billnwmsu

Les films indépendants, ce sont "ces films de hippies en noir et blanc qui parlent de cowboys pédés qui mangent du pudding" disait Eric Cartman dans un très bon épisode de South Park. Sans en arriver à ces extrémités, il faut bien convenir que les défenseurs les plus vigoureux du cinéma "alternatif", celui qui n'en a rien à foutre de rien, qui ne rentre pas dans le système et qui dénonce, sont parfois relous. Du coup, vous pourriez en retour vous mettre à cordialement détester ce cinéma qui prétend vous donner des leçons et vous interdire d'aller voir le prochain Transformers en VF avec un paquet géant de popcorn. Et on ne vous jettera pas la pierre.

  1. On ne sait pas ce que c'est ce truc au fond
    Selon l'Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (déjà, le nom...), les films indépendants sont ceux qui sont distribués par un distributeur indépendant (ok...) dans moins de 40 salles. Donc les films dont personne ne veut. Y'a bien une raison, non ?
  2. C'est surtout un truc américain
    Et les trois quarts de la production française, vu des États-Unis, c'est du cinéma indépendant selon leurs critères (gros mots, femmes à poil, dialogues entre deux mauvais acteurs derrière une vitre par temps de pluie...). Donc quand on parle de cinéma indépendant, c'est grosso-modo les films américains sans super-héros et sans Jennifer Aniston. Ok...
  3. Le "film indépendant" devient beaucoup moins "indépendant" dès qu'il a du succès
    Qui dirait aujourd'hui que Rambo est un film indépendant ? Personne à part la page Wikipedia "Cinéma Indépendant". Il y a quelques années, Radiohead était classé dans les bacs "Rock Indé". Est-ce qu'on perd son indépendance quand son talent est reconnu ?
  4. Un film indépendant est d'abord un film avec une bande-son validée par les Inrocks
    "Hard Candy" mise sur le morceau "Elephant Woman" de Blonde Redhead en guise de générique de fin et devient de fait un film indépendant. "Virgin Suicide" mise sur Air, "Garden State" sur The Shins, et "Clerks" glisse un petit Soul Asylum et un Alice in Chains, bingo, bienvenue dans le monde merveilleux de l'indépendance.
  5. Le principal rendez-vous du film indépendant (Sundance) est à Park City, dans une station de ski (indépendante aussi) et accessoirement capitale des Mormons, bien connus pour être très progressistes en matière d'avortement, d'homosexualité...
    Certainement dégoutés de ne pas avoir un festival aussi prétentieux que Cannes, les Américains comptent donc sur Robert Redford, un des symboles du cinéma hollywoodien et sur l'attractivité des pistes de ski de Salt Lake City pour rameuter chaque année les amateurs d'indépendance et de pistes rouges. Un beau mélange.
  6. La FNAC a un espace "cinéma indépendant". "Pulp Fiction", "Casino", "Heat", "Sur la Route de Madison", tout ça, c'est indépendant. Oui, on vous prend pour des cons.
    Et colle dedans à peu près tous les films américains dans lesquels il y a un gros mot ou un couple homosexuel.
  7. Un film indépendant, c'est le contraire d'un blockbuster. Oui tout ça.
    C'est à dire qu'une fois le film terminé, c'est le volume de la promotion qui définit le caractère "indépendant" d'une production. En gros, si tu n'as pas été réalisé par James Cameron dans les années 2000, ni par Spielberg dans les années 1980, tu es un film indépendant. Bravo à toi.
  8. Le cinéma indépendant a perdu son symbole : Miramax
    Miramax, considérée à une certaine époque comme une bande de punks à chiens, a été rachetée par Disney dès 1993 et depuis, les fondateurs, les frères Weinstein, se sont recyclés en faiseurs d'Oscars. Les autres sociétés de productions sont elles-aussi, pour beaucoup, des filiales de grands groupes désireux d'être présents sur ce segment de marché. "Indépendant my ass", donc.
  9. Les distributeurs du cinéma indépendant mettent tout dans le même sac
    Films à petit budget, films issus de pays pas possibles, films d'avant guerre, tout ça, c'est pareil, et ça se vend comme des petits pains à tous ces cinéphiles auto-proclamés qui trouvent qu'une bouse commerciale devient soudainement intéressante 30 ans après sa sortie ou dès lors qu'elle est tournée en Inde ou à Hong Kong.
  10. Le cinéma indépendant, c'est en fait le cinéma tout court
    Et penser que le cinéma indépendant est marginal, c'est considérer que la norme, ce sont les blockbusters. Et quelque part, penser qu'un film "normal" est une production hollywoodienne en 3D calibrée pour plaire au plus grand nombre, c'est insulter le 7ème art. Dire "j'aime le cinéma indépendant", c'est déjà avoir baissé les bras.

Et vous, branchés "films indés" (on dit "indés", c'est mieux oui) ?

Et sinon, rien à voir, mais parce que toi aussi tu détestes courir (sauf des fois), découvre notre dernière vidéo (et abonne-toi à notre page Youtube)