Depuis que ton môme est en âge d’aller à l’école, t’as surtout l’impression qu’il est TOUT LE TEMPS en vacances, alors que toi tu dois TOUT LE TEMPS bosser. La vie est mal faite, que veux-tu. Mais de toutes les vacances scolaires, celles de la Toussaint ont la palme de la chiantitude (oui c’est un vrai mot).

1. Il fait moche

C’est pas encore l’hiver avec la neige et les déco de Noel, non non c’est juste l’automne avec le vent, la pluie, les baskets pleines de boue, les crottes de chiens cachées dans les tas de feuilles mortes et les toboggans mouillés. Les sorties au parc sont un calvaire et ton gamin chope la crève dès le deuxième jour des vacances. Tu culpabilises en te disant qu’il faut bien le faire sortir un peu de la maison alors que t’as qu’une envie: rester toute la journée sous un plaid à mater des dessins animés. Mais en bon parent soucieux du bien-être de ton rejeton: tu sors de chez toi, avec ce temps de merde.

2. T’as pas le budget pour partir en vacances

Tu reviens à peine de tes vacances d’été où t’as claqué l’intégralité de tes économies de l’année, et t’as pas du tout le budget pour te louer « un petit gîte champêtre dans les bois pas trop loin de la mer ». T’as à peine de la thune pour acheter autre chose que des pâtes, entre la taxe d’habitation, les impôts et la taxe foncière, bref t’es à sec quoi.

3. Toutes les activités intérieures sont blindées

Vu qu’il fait moche, tu cherches des activités qui peuvent se pratiquer en intérieur, parce que le cinéma ça va hein, mais on a vite fait le tour des films pour les mômes. Du coup tu te retrouves à faire les mêmes activités que 90% des autres parents, c’est à dire bouger à Little Villette au milieu des autres mômes qui courent et hurlent partout. Super.

4. T’es obligé de te taper Halloween

Alors qu’avant pour toi Halloween signifiait te trouver un costume de Catwoman et aller te la coller dans une soirée avec tes potes, ou bien larver devant un film d’horreur bien gore sur Netflix. Maintenant que tu es parent, tu dois te coltiner le tour des voisins avec ton môme déguisé en Mignon pour quémander des bonbons Marque Repère chez des voisins qui détestent les enfants.

5. Tu douilles en budget nounou

Parce que toi, tu ne peux pas en prendre, des vacances. T’as déjà claqué 4 semaines sur 5 de tes congés payés, et tu te gardes la dernière semaine pour les fêtes de Noël. Du coup, tu dois trouver une nounou pour gérer ton môme, et la payer pour ça en plus. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir des grands-parents qui vivent dans le coin hein, faut s’organiser, et t’as pas que ça à foutre.

6. T’as une chance sur deux que tout le monde chope une gastro

C’est le début de l’épidémie, comme chaque année. Et vu que tu trimballes ton môme dans des endroits où il est susceptible de fréquenter d’autres êtres humains de son espèce, tu peux être quasiment sûr(e) qu’il va choper la première gastro de l’année et te la refiler, histoire de couronner le tout.

7. Ton môme vient à peine de faire sa rentrée, qu’il est déjà en vacances

C’est pas de l’injustice, ça ? Soi-disant que les enfants sont fatigués et qu’ils ont besoin de se reposer. Oh ça va hein, ils ne sont pas non plus en Prépa tes mômes, juste à la maternelle, c’est pas ce qu’il y a de plus épuisant. Tu vas pas me faire croire que passer sa journée à coller des gommettes ou à faire du coloriage demande une énergie folle.

8. C’est des vacances beaucoup trop longues

Sérieusement, deux semaines ? Alors que ça fait moins de deux mois qu’ils ont fait leur rentrée ? C’est pas non plus des chercheurs en neuro-science, leur cerveau n’est pas en surchauffe, ils n’ont pas besoin de passer deux semaines vautrés devant la télé pour se remettre de leurs émotions. Si vacances il doit y avoir, une semaine c’est bien suffisant.

9. Ton môme commençait enfin à prendre un rythme scolaire, et tout est niqué

Il recommençait à se coucher tôt, à se lever tout seul correctement, il mangeait des repas sains et équilibrés, il avait un rythme bien cadré toute la journée et paf: tout est niqué. Maintenant qu’il est en vacances, il recommence à se coucher à 22h et ta soirée en tête à tête avec un plateau de fromage et une soupe au potiron est niquée, merci l’Education Nationale.

10. Tu te dois de lui répondre à ses questions sur la mort

T’avais toujours un peu essayé d’esquiver ses questions sur la Mort, mais bon, devoir le trimballer dans un cimetière à la Toussaint pour voir Mamie et Papy c’est pas la meilleure technique d’évitement. Du coup, tu te lances dans une grande conversation avec lui sur « où est-ce qu’on va quand on meurt » et « pourquoi y’a des gens qui meurt et pas d’autres ». Bonjour le malaise.

Allez, accrochez-vous, après y’aura les vacances de Noel, jingle bells.