Les chatouilles c’est un truc de bébé… Aucun intérêt de s’intéresser à ce sujet… EH BIEN SI. Figurez-vous que depuis un sacré bout de temps, la science se penche sur cette mystérieuse question. Aristote déjà tentait d’en saisir l’utilité. Darwin y voyait même l’origine de l’humour. Le chatouillement ou les guilis (terme qui vient d’une onomatopée hébraïque exprimant la joie) constituent un mystère pour l’humanité.

1. Qu'est-ce qui se passe dans notre corps quand on se fait chatouiller ?

Concrètement, il y a certaines zones de peau sur notre corps particulièrement sensibles qui disposent de récepteurs sensoriels qu’on appelle les corpuscules de Meissner : la plante des pieds, le cou, les doigts etc. Ces récepteurs sont ultra sensibles au toucher et envoient des messages au cerveau quand ils sont stimulés par surprise (donc a priori par une autre personne que soi). Les chatouilles doivent donc beaucoup au caractère inattendu de leur pratique.

Source photo : Giphy

2. Est-ce qu'on peut s'auto-chatouiller ?

Je ne vous apprends rien en vous disant que non, parce qu’on arrive rarement à l’âge adulte sans avoir essayé de se chatouiller soi-même (ce qui n’a rien à voir avec la masturbation). Comme on l’a expliqué dans le premier point, le chatouillement fonctionne par effet de surprise et ne peut donc être exécuté que par une tierce personne. Toutefois, les personnes atteintes d’un trouble psychologique tel que la schizophrénie peuvent se chatouiller elles-mêmes. Chanceuses.

3. Est-ce qu'il y a des animaux qui peuvent craindre les chatouilles ?

EH bah ouais ! Bon alors pas beaucoup hein, principalement quelques primates et vraisemblablement les rats dont les études ont prouvé qu’ils pouvaient couiner joyeusement après s’être fait tripoter le bidon.

4. Pourquoi est-on chatouilleux ?

Les origines du chatouillement sont sujettes à plusieurs hypothèses. Il permettrait potentiellement de faire adopter des mécanismes de défense aux enfants. La réponse du chatouillement sous forme de rire serait ainsi une réaction naturelle face à une agression. Des études ont par ailleurs montré que le chatouillement stimulait les mêmes zones du cerveau que celles qui gèrent la peur.

5. Peut-on se faire chatouiller par n'importe qui ?

Déjà de base non. Ça ne nous viendrait pas à l’idée de chatouiller des gens que vous ne connaissez pas dans la rue, non ? Pour qu’il y ait chatouillement, il faut qu’il y ait confiance. Car dans le processus de chatouillement, c’est notre cerveau qui peut choisir l’intensité de la sensation et on se laisse davantage aller avec une personne de confiance tout naturellement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’état mental peut jouer beaucoup sur la perception des chatouilles et si on n’aime vraiment pas ça, ça peut être horrible.

Source photo : Giphy

6. Est-ce que chatouiller c'est pareil que d'avoir envie de se gratter ?

Depuis la fin du XIXe on distingue deux mécanismes : la knismesis (qui renvoie à l’irritation, au grattage, elle est très répandue dans le règle animal) et la gargalesis (qui renvoie aux chatouilles).

7. Est-ce que c'est bon pour la santé ?

Encore une fois difficile à dire tout dépend de comment sont pratiquées les chatouilles. Il ne faut pas oublier qu’elles ont servi bien souvent de torture dans le passé. Il ne faut pas confondre le rire des chatouilles avec un rire d’humour et certains sites déconseillent même de chatouiller des enfants trop jeunes qui pourraient davantage se sentir traumatisés par ce geste pouvant créer une réaction suffocante. Toutefois d’autres études ont montré que les chatouilles dans le couple pouvaient créer davantage de complicité que les rapports sexuels. Donc on dit oui à la chatouille mais seulement si ça fait vraiment rire.

8. Sommes-nous tous égaux face aux chatouilles ?

Non, certains sont plus chatouilleux que d’autres mais vous allez être déçus parce qu’à ce jour on ne sait encore toujours pas pourquoi. INJUSTIIIIIIICE.

Source photo : Giphy