Adapter un film étranger (qui a marché) dans son pays, c'est tout l'art du remake. Les réalisateurs en manque d'idées peuvent toujours y recourir. Cela dit, la réussite d'un film dans un pays ne garantit pas le succès de son remake. La qualité n'est pas non plus forcément préservée comme c'est le cas dans ces 10 remakes américains de films français.

  1. The Man with One Red Shoe (1985) - Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972) : un Tom Hanks moins distrait que Pierre Richard ça donne une comédie moins loufoque et des gags moins réussis. A croire que tout l'intérêt comique du film réside dans la couleur de cette fameuse chaussure.
  2. And God created woman (1988) - Et Dieu créa la femme (1956) : il n'y a pas deux Brigitte Bardot. Rebecca de Mornay (homologue de BB dans l'adaptation américaine) peut donc aller se rhabiller au sens propre du terme, comme au sens figuré.

  3. L'embrouille est dans le sac (1991) - Oscar (1967) : lorsqu'un scénario est guidé exclusivement par l'excellence et l'originalité d'un acteur (Louis de Funès), les chances pour que la mayonnaise prenne pour le remake sont faibles. Dans le cas d'Oscar, les quiproquos tournent au vinaigre et la moutarde nous monte au nez.

  4. Mixed nuts (1994) - Le père Noël est une ordure (1982) : avoir fait jouer Adam Sandler est, en soi, une belle prise de risques. Adapter une comédie française, pleine de gags bien français, aux Etats-Unis a fini de parachever l'échec annoncé.

  5. Jungle 2 Jungle (1997)- Un indien dans la ville (1994) : le film familial par excellence travesti, aux Etats-Unis, en comédie minable aux gags grotesques. Un "Yes we can" qu'on a bien envie de changer en "No we can't".

    http://youtu.be/VsAbbL6R45I

  6. Just visiting (2001) - Les visiteurs (1993) : Godefroy de Montmirail devient Thibaut de Malfete tandis que Jacquouille la Fripouille devient André le Pâté. Jean-Marie Poiré est définitivement plus talentueux que Jean-Marie Gaubert (pseudonyme emprunté par Poiré aux Etats-Unis).

  7. New York taxi (2004) - Taxi (1998) : c'est quand même plus rigolo quand l'acteur principal (chauffard de formation) fait des excès de vitesse dans la vraie vie aussi.

  8. Dinner fo schmucks (2010) - Le dîner de cons (1998) : Steve Carrell incarne le rôle du con, mais au lieu de fabriquer des maquettes en allumettes, il reproduit des oeuvres d'art avec des souris. Et les américains n'ont pas non plus Thierry Lermitte. Ah remarque c'est peut être pas pour ça que c'est moins bien.

  9. The tourist (2010) - Anthony Zimmer (2005) : un casting de rêve (Johnny Depp et Angelina Jolie), un budget sidérant (100 millions de dollars) et des espérances hallucinantes pour un succès mitigé et des critiques négatives sans être trop sévères.

  10. Redneks rule the World ! (à venir) - Bienvenue chez les Chtis (2008) : la même histoire avec un New Yorkais muté au Texas. Ca ne présage rien de bon.

Et vous, vous en voyez d'autres?

Top inspiré par ickyknox

Source : wikipedia

Crédits photo (creative commons) : Leo Reynolds